Covid-19 : Pourquoi la piste de la bactérie Prevotella n’est pas une Fake News

J’écris cet article pour faire suite aux accusations de Fake News concernant la Prevotella comme jouant un rôle dans le Covid-19.

D’où viennent ces accusations et pourquoi ?

 

1*lA3cApPJz8wxCXhPYDUSCg.jpeg

Dans la nuit du 19 au 20 Avril, j’ai écrit un article sur un professeur de Science et Vie de la Terre de Lycée vivant à Clermont-Ferrand (Bio Moon) dont la thèse a fortement attiré mon attention.

Son hypothèse générale fait de la bactérie Prevotella un facteur clé jouant un rôle peut-être décisif dans l’expression du Covid-19.

C’est pourquoi, j’ai tout de suite publié sur plusieurs pages et groupes Facebook un article évoquant cette thèse.

https://www.facebook.com/groups/562991074424698/?post_id=582164892507316

 

1*LJiL4hxs5wH0jGm87VXAnw.png

Dans ce billet, j’évoquais très rapidement son travail en me promettant d’y revenir et en engageant d’ores et déjà le plus de monde possible à lire ses articles.

https://medium.com/@igaalhanouna/billet-sur-le-covid-19-larticle-m%C3%A9dical-le-plus-%C3%A9trange-et-le-plus-pertinent-que-j-ai-pu-lire-c14384858565

J’ai alors évoqué la piste qui me semblait la plus stupéfiante et la plus improbable de sa thèse : le Covid-19 comme bactériophage de la Prevotella, bactérie qui serait en quelque sorte un Cheval de Troie du virus.

Ayant reçu un accueil favorable de mes précédents articles qui ont été partagés quelques milliers de fois, cet article a aussi circulé plusieurs milliers de fois dans la nuit.

Le lendemain, c’est-à-dire dans la journée du 20 Avril 2020, Israël Magazine publiait dans la foulée un article sur cette thèse.

https://israelmagazine.co.il/covid-19-une-decouverte-majeure/

Compte tenu de mon réseau Facebook, de mon origine cultuelle et culturelle, il est possible (je ne veux pas dire probable pour ne pas blesser l’auteur de la news) qu’il se soit inspiré de ce premier billet en l’ayant caviardé et détourné pour lui donner un côté un peu plus sensationnel.

Ce billet évoque des pseudos chercheurs lillois et/ou américains qui avaient fait une découverte majeure sur la bactérie Prevotella pour le Covid-19. Je précise d’ores et déjà que ceci est bien une fausse information que je n’ai d’ailleurs jamais relatée ou diffusée et qui n’engage que ses auteurs.

Israël Magazine écrit aussi « le virus Covid-19, en effet, ne tuerait pas directement, mais par l’intermédiaire d’une bactérie intestinale qu’il infecterait, la Prevotella » et paraphrase en quelque sorte mon article sur ce point.

Le même jour, des milliers de messages Whatsapp sont échangés sur cet article publié par Israël Magazine et dont je crains d’avoir été malgré moi l’inspirateur.

Il y a donc de fortes chances que je sois à l’origine de la circulation de cette information lacunaire voire fausse et qui ne rend pas justice aux auteurs des travaux que je cite dans mes articles.

Le lendemain de ma première publication, à savoir le 21 Avril 2020, je publiais un autre article sans même savoir que ce message était en train de faire le tour des réseaux sociaux.

https://medium.com/@igaalhanouna/destins-crois%C3%A9s-la-folle-histoire-de-la-premi%C3%A8re-th%C3%A9orie-globale-expliquant-les-m%C3%A9canismes-2f8b66be01e8

Dans cet article, fruit d’un travail assez minutieux d’investigation (ayant communiqué moi-même avec Bio Moon), j’expose cette fois-ci l’ensemble de la thèse que j’attribue à Bio Moon et Sandeep Chakraborty et que je résumerais ainsi :

La bactérie Prevotella pourrait être un facteur intervenant dans l’expression des symptômes sévères du Covid-19. On peut effet distinguer des corrélations assez nombreuses entre d’un côté la symptomatologie et le profil épidémiologique des malades atteints de Covid-19, et de l’autre la Prevotella .

J’exposais ensuite par quels mécanismes cellulaires cette corrélation pourrait trouver une éventuelle causalité. J’évoquais donc deux pistes.

La plus probable (qui a d’ailleurs été observée par d’éminents chercheurs spécialistes du microbiote) serait celle d’une coopération classique entre le Covid-19 et la bactérie Prevotella.

La moins probable (je soulignais dans l’article qu’il s’agirait là d’un phénomène très improbable) serait l’éventualité du Covid-19 comme un bactériophage pathogène de Prevotella.

Voilà deux articles confirmant l’existence de cas de virus bactériophage dont des virus bactériophages de Prevotella.

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/maladie-gigantesques-phages-plus-gros-bacteries-74846/

Le plus extraordinaire dans tout cela étant que le Covid-19 s’attaque à la fois aux cellules humaines et aux bactéries (ce sont deux cellules de nature différente et un virus ne s’attaque qu’à un seul type de cellule en théorie).

En tout état de cause, le message principal était d’alerter les chercheurs professionnels et les experts médicaux sur cette piste bactérienne nommée Prevotella, piste qui pourrait de facto donner raison à la bi-thérapie de Didier Raoult concernant le volet antibiothérapie de son traitement.

Mais pendant ce temps-là, une grande partie de la presse s’est emparée du message viral Whatsapp pour dire que le “Prevotella était une Fake News” (la formulation est alambiquée mais c’est celle qu’on retrouve dans la presse).

Les principaux reproches à propos de ce message Whatsapp et de l’article Israël News sur le sujet étaient que :

· La découverte par des chercheurs lillois et américains était une fumisterie : c’est vrai

· Il s’agirait d’une propagande des soutiens du docteur Raoult sur Facebook : c’est vrai qu’ils m’ont largement soutenus et partagé (plus de 7000 partages sur un sujet aussi aride)

· L’hypothèse du bactériophage pathogène était impossible : faux c’est une hypothèse envisageable dans l’absolu mais très improbable. Pour donner un ordre d’idée, elle serait aussi improbable que les premières observations faites en physique quantique et qui ont remis en cause certains paradigmes de la physique classique.

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/04/24/des-bacteries-intestinales-les-prevotella-sont-elles-les-veritables-responsables-du-covid-19_6037624_4355770.html

https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/22/covid-19-est-il-vrai-que-la-bacterie-prevotella-joue-un-role-dans-l-infection_1786037

La presse ne se tromperait donc pas trop si elle se contenter de dire : ce message Whatsapp et cet article de Israel News sont des fake news.

Sauf que dans son manque de précision coupable (le travail de journaliste consistant à vérifier les sources), cette même presse a affirmé sans ambages que la piste de Prevotella était une fake news (à l’exception notable de France Soir qui est revenu dessus après mes appels à relire et à citer mon article).

Je constate donc que la presse a fait une faute de raisonnement en confondant la partie pour le tout. Je rappelle qu’il est souligné à maintes reprises que la piste du Covid-19 bactériophage pathogène serait extraordinaire.

Seul le journal Marianne a fait honneur à sa profession en présentant cette théorie avec les nuances adéquats et en précisant qu’on ne pouvait qualifier cette thèse de Fake News. Je les en remercie

https://www.marianne.net/societe/cas-mortels-lies-au-covid-19-la-bacterie-prevotella-une-fausse-piste

L’essentiel du propos était en réalité de dire que Prevotella jouerait un rôle dans cette maladie et que nous souhaitons juste vérifier cette hypothèse avec des experts qui nous éclaireraient sur la question.

Elle a donc injustement discrédité les travail de auteurs.

Mais en écartant inutilement et gratuitement cette piste sans l’avoir éprouver, par manque de professionnalisme et de discernement, la presse contribue à ralentir les observations et les expériences sur Prevotella et la piste du microbiote en général.

Or cela peut avoir des conséquences funestes dans cette pandémie dont on ne voit pas la fin.

Enfin, j’ajouterais un propos un peu plus polémique. Les auteurs de cette théorie sur la Prevotella ne font que poser une hypothèse de travail. Et lorsque poser une question devient une fake news, on peut se demander si on ne touche pas du doigt la réalité d’un certain terrorisme intellectuel envers ceux qui ne sont ni chercheurs ni journalistes de profession.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.