IL N'Y AURA PLUS DE NUIT
Documentaire de cinéma
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2021

La solitude de l’œil militaire dans «Il n'y aura plus de nuit», au cinéma le 16 juin

Elodie Lemaire et Christel Coton donnent dans ce texte leur regard de sociologue sur le documentaire d'Éléonore Weber. Composé d'images d'hélicoptères de guerre, le film nous montre la réalité des conflits contemporains, leur asymétrie et leurs problématiques.

IL N'Y AURA PLUS DE NUIT
Documentaire de cinéma
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il ne suffit pas de voir pour juger ! Le spectateur le comprend rapidement en passant derrière la caméra des militaires, censée augmenter leurs capacités visuelles pour identifier « l’ennemi » et dépister les comportements suspects, lors d’opérations aériennes au Moyen-Orient.

Si l’on peine à voir et encore plus à comprendre ce qui se joue dans la ligne de mire, c’est parce que les images ne parlent pas d’elles-mêmes selon l’expression consacrée. L’œil profane et celui des militaires ne voient pas la même chose et ne sont pas convaincus de la même manière par ce qu’ils voient. Ce que les images donnent à voir est construit, en l’occurrence par ce que les militaires y voient et pensent devoir y voir.

Cette interprétation de la réalité repose toutefois sur une vision partielle : certains éléments des scènes observées subissent un effet de loupe et ce qui se passe hors champ des caméras n’est pas interrogé.  La thèse d’une substitution progressive du contrôle humain par le recours aux technologies de pointe, censées régler les failles humaines, est ici sérieusement remise en cause : c’est l’humain qui actionne la caméra et fait « parler » les images. Le film d’Éléonore Weber nous rappelle que la technologie est (encore) peu autonome. Elle dépend de celui qui l’utilise et suppose toujours d’activer des savoir-voir, reconnaître, convaincre. Malgré tout, la croyance commune dans la « vérité » des images, dont on ne pourrait plus se passer, semble solidement ancrée. Il n’y aura plus de nuit écorne un peu plus ce mythe

 L’œil civil ne saurait comprendre ce que l’œil militaire entrevoit avant d’engager le feu.

Cette solitude de l’œil militaire, incompris, nous rappelle combien l’institution militaire n’a de cesse, aujourd’hui comme hier, de se draper dans les plis d’une autonomie et d’une spécificité radicale dont nul autre qu’un militaire ne pourrait rendre compte. Seuls pourraient « voir » ceux qui, à terre ou dans le cockpit, travaillent à collectivement construire et légitimer la suspicion qui ici arme le regard. Le temps de l’action ne semble pas autoriser de doutes ou de remises en cause.

Mais on entrevoit aussi, dans ces échanges entre le militaire et la cinéaste que, à distance du théâtre des opérations, d’autres grilles de lecture laissent filtrer des doutes. C’est bien en aval des tirs et des images chancelantes que se dessine une certaine solitude du soldat. Quand l’institution, les pairs et leurs échanges ne sont plus en mesure de fabriquer les sous-titres qui justifient les tirs et les éliminations, le salon familial devient le théâtre de doutes.

Le « raffinement des tirs » dont peuvent s’enorgueillir, en situation, les soldats professionnels semble difficilement pouvoir être exporté hors du théâtre des opérations extérieures. Restent le doute et les silences de ce militaire que l’on sent ponctuellement travaillé par une absence de reconnaissance tout à la fois sociale et institutionnelle : « ne plus être accueillis nulle part comme des héros ».

Trailer de Il n'y aura plus de nuit (HD) © Cine maldito

Elodie Lemaire, maîtresse de conférences en sociologie à l’Université de Picardie Jules Verne, et chercheure au CURAPP-ESS, a notamment publié L’œil sécuritaire, mythes et réalités de la vidéosurveillance, Paris, La Découverte (coll. L’envers des faits), 2019.

Christel Coton, maîtresse de conférences en sociologie à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, et chercheure au CESSP, a notamment publié Officiers. Des classes en luttes sous l’uniforme, Marseille, Agone (coll. L’ordre des choses), 2017.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie