Discours d’un dictateur "démocrate"

Cher peuple Si je suis président de la république aujourd’hui, c’est évidemment grâce à Moi. Vous avez certes voté pour moi, mais pour cela j’ai dû vous donner un sacré coup de main.

Cher peuple 

Si je suis président de la république aujourd’hui, c’est évidemment grâce à Moi. Vous avez certes voté pour moi, mais pour cela j’ai dû vous donner un sacré coup de main.

D’abord, pour vous simplifier la tâche, j’ai tout mis en œuvre pour être candidat unique. Je me suis attelé à éliminer mes adversaires politiques un à un, jusqu'à tous les exterminer. Je tiens à préciser, qu’emporté dans mon élan, j’ai aussi supprimé deux de mes fils que j’avais intronisés chef du parti majoritaire pour l’aîné, et chef du parti de l’opposition pour le cadet.

La voie de la sagesse est gorgée d’embuches et la paix s’instaure toujours dans douleur et dans le sang.

J’ai aussi œuvré de très près pour faciliter l’inscription de tous les citoyens sur les registres de vote. Nous avons mobilisé des milliers de moyens de transport pour vous amener jusqu’aux urnes. Plus que cela, nous sommes allés jusqu'à voter pour ceux qui ne le pouvaient pas. A ce propos, je vous informe que nous avons réalisé une première mondiale qui restera dans les annales de la démocratie en faisant voter des morts. Car, qui a décrété que les morts n’avaient pas le droit de vote ? Alors même que nous savons pertinemment que la mort n’est pas synonyme de fin. Au nom des vivants et des morts, je  félicite le Marabout Mbilou Mbilou qui a joué le rôle d’intermédiaire entre les deux mondes et je le nomme Marabout de la nation.

Mon engagement pour la démocratie n’a d’égal que ma haine des démocrates.  Car, les démocrates ne sont là que pour pervertir la démocratie. Et si je suis un ardent défenseur de la démocratie en tant que principe, j’estime que vouloir s’accaparer un idéal pour assouvir de basses besognes est un crime de la pire espèce.

Sachez que c’est pour vous sauver que j’ai mené mon combat démocratique qui a fait 300 000 morts dont 13000 opposants politiques. Ce ne sont aucunement  les richesses du pays que je partage avec la France en échange de ma protection, ni les aides internationales destinées à notre pays  que j’intercepte et partage avec les généraux, qui m’ont poussé à briguer mon 10ème mandat. Ô que non !

Mon dévouement pour vous émane du profond sentiment et de l’ultime conviction que sans moi vous êtes foutus !

Concernant mon programme politique, il se résume en un seul mot : offrir le meilleur à notre pays _ quand je dis pays, je veux bien entendu parler de ce qu’il en reste_. Car, comme vous le savez, j’ai été poussé à bombarder 5 des 7 villes que compte notre pays pour sauvegarder………. la démocratie.

La démocratie est une quête perpétuelle, et notre combat continuera contre nos opposants terroristes radicaux de gauche comme de droite.

Alors, battez-vous pour l’idéal démocratique incarné par ma personne.

N’abandonnez pas votre pays, ne le trahissez pas. Car, les vrais citoyens sont ceux qui meurent pour leurs idées et l’histoire jugera chacun de nous.

Vive le peuple (….ce qu’il en reste), vive MOI.

 

                                                      

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.