Inc57
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 févr. 2017

Dégoût

2017 ou comment désespérer le peuple et le blâmer d'avance pour le pire qui risque d'advenir

Inc57
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cela fait très longtemps que j'ai renoncé à regarder les émissions "politiques" à la télévision, toutes chaînes confondues. Néanmoins, hier soir j'ai fait une exception pour celle consacrée sur France 2 à JL Mélenchon.

Et bien, cela restera une exception, pas particulièrement parce que je n'aurais pas apprécié le traitement infligé à JL Mélenchon - je pense que le procédé est le même quel(le) que soit l'invité(e) - mais justement à cause de ce procédé.

Il me semble, à tort apparemment, qu'une chaîne publique devrait avoir pour but de fournir une information la plus objective possible quant aux propositions politiques du moment. Or, on a la très nette impression que les émissions comme celles animées par D. Pujadas et consorts, ont pour unique objectif de donner naissance à un buzz quelconque, au profit des animateurs d'ailleurs. Ils paraissent utiliser le plateau comme une scène de théâtre destinée à leur faire jouer les premiers rôles au détriment de leur invité(e). C'est fatigant et vain, au sens que cela ne participe en aucune façon d'un vrai débat politique de fond.

La France insoumise, complètement ignorée par les journalistes hier soir, propose un réel changement de société et sincèrement, j'ignore ce que les personnes totalement extérieures à ce mouvement ont pu en percevoir lors de cette émission. Elles auront surtout entendu que le programme "L'Avenir en commun" prévoit 120 milliard d'impôts supplémentaires (sans que l'on s'attarde trop sur qui les paiera effectivement) et que JL Mélenchon est prêt à "sacrifier" 220 000 emplois (chiffre avancé par Mme Mouton, maire de Tricastin) en arrêtant le nucléaire. Une question au passage à cette dame : les centrales, on les fait tourner ad vitam aeternam pour préserver les emplois ? Il ne faudra jamais les arrêter, même après 60, 70, 80 ans ou plus de fonctionnement, au nom de ces emplois ?

Je parle de l'émission d'hier soir parce que je l'ai regardée mais je suis convaincue qu'il en va de même avec d'autres personnalités politiques. Croit-on réellement enrichir la vie politique et développer la démocratie avec ce genre de shows, dont un peu de recul permet de voir combien les analyses présentées par les journalistes sont superficielles ? Pense-t-on apporter de vrais éléments de réflexion aux citoyens ?

Dans le même ordre d'idées, les maires et autres élus qui vont apporter leur parrainage effectif à F. Fillon, dont la morale personnelle est aux antipodes de celle affichée en public, se rendent-ils compte de l'impact que cette affaire a sur les citoyens ? Ont-ils conscience du dégoût ressenti par une bonne partie de leurs compatriotes face à ces mensonges et cette hypocrisie ? Ne sentent-ils pas l'exaspération qui monte dans la population ? Où et avec qui vivent-ils pour être ainsi sourds et aveugles ?

Et tous ces (ir)responsables de brandir bien haut l'épouvantail du FN tout en s'acharnant à jouer avec le feu !

PS : si certains ne l'ont pas encore compris, B. Hamon n'est qu'un leurre dans cette élection, il serait bon d'ouvrir les yeux !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Ce soir, reportage à la frontière avec la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et nos invitées : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn