Oscar Yana : les Andes s'affichent au 38e Festival de cinéma de Douarnenez

Pacha Mama, Inti (Soleil), Mama Quilla (Déésse Lune), condors, pumas. Les oeuvres d'Oscar Yana racontent la culture indienne, à travers les figures mythiques qui viennent se fondre et se mêler à son imaginaire moderne. Ce plasticien et musicien bolivien est l'invité de la 38ème édition du Festival de cinéma de Douarnenez, dédiée aux Andes. Il est aussi auteur de l'affiche de l'été.

Pacha Mama, Inti (Soleil), Mama Quilla (Déésse Lune), condors, pumas. Les oeuvres d'Oscar Yana racontent la culture indienne, à travers les figures mythiques qui viennent se fondre et se mêler à son imaginaire moderne. Ce plasticien et musicien bolivien est l'invité de la 38ème édition du Festival de cinéma de Douarnenez, dédiée aux Andes. Il est aussi auteur de l'affiche de l'été.

Le tableau Ñustas en Bretagne est une gravure sur bois issue de la série Tous les temps, tous les ailleurs. Oscar Yana se laisse happer par l’instant, et l’inspiration du moment. Il aime se promener dans des brocantes, trocs et puces et autres vide-greniers dans lesquels il picore des bribes de vie laissées à l’abandon. C’est le cas avec ces poupées de tissus, usées, périmées et laissées de côté qu’il a prises en main pour leur redonner vie, poursuivre leur histoire, la mêlant à la sienne. Il s’approprie ces figurines d’enfance bretonne pour les projeter dans l’univers précolombien, dans lequel les hommes, les animaux, l’environnement sont tous représentés au même plan, à égalité, sans perspective, issus d’un tout, parties du tout, de la vie, de la Pacha Mama.

Il crée ou recrée des créatures hybrides, mi-humaines mi-animales, ni homme ni femme, des personnages complexes, surgis de l’époque pré colombienne qui viennent, avec leurs regards et leurs allures, se confronter au présent de façon parfois inquiétante et qui, à l’image de leur auteur, affirment une identité multiple, fruit d’un brassage culturel et temporel.

De la Paz à Quimper

Oscar Yana a vécu jusqu’à ses 22 ans entre la Bolivie et le Pérou, sur les hauts plateaux andins. Il a effectué son service militaire au sein de la marine bolivienne, sur le lac Titicaca. Au lieu d’entamer ses études à La Paz, Oscar Yana part rejoindre sa soeur en Espagne, et au fil des rencontres se retrouve en France, à Lorient, où il fonde une famille.

Également musicien, Oscar Yana a créé un groupe de musique des Andes. Dans les années 1980, cette musique était en vogue en France, Oscar et son groupe étaient invités un peu partout en Bretagne. Alors qu’ils se produisaient sous les Halles de Quimper, ils ont rencontré un Douarneniste qui leur a parlé d’un petit festival de cinéma dans sa ville. Aussitôt invités ils sont venus y passer quelques jours, logés chez l’autochtone et nourris en échange de leur musique. Cétait en 1984 et le Festival des minorités de Douarnenez accueillait alors les Indiens d’Amérique du sud!

Oscar Yana sera présent au festival 2015, avec une installation des ses figurines. Son histoire, ses voyages, les cultures, les sociétés
et les richesses rencontrées, Oscar Yana les conte à travers différents supports et techniques qui seront déclinés dans cette exposition.
Ses oeuvres variées interrogent l’histoire, celle d’aujourd’hui et celle d’hier, la sienne, des histoires faites de contrastes, de mélanges, de transformations, d’affirmations et de réappropriations.

Stéphanie Pihéry

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.