Du Bouton de Nacre (de Patricio Guzman) à Los Viajes Del Viento ( de Ciro Guerra) en passant par Much Loved (de Nabil Ayouch), le Festival de cinéma de Douarnenez vous offre une mise en bouche de sa 38e édition. Bande-annonce. 

Neuf jours et 170 séances

Pour son édition 2015, la section principale met à l'honneur les peuples des Andes, de la Colombie à la Terre de feu. Les documentaires, fictions et films d'animation parlent des problématiques des peuples, de leur accès aux ressources naturelles, de la spoliation des terres mais aussi la préservation de la langue et des existences, chaque jour menacées.

En parallèle de la thématique principale, coup de projecteur sur la production cinématographique et audiovisuelle bretonne dans le cadre du Grand Cru. Hors des standards "carte postale", une trentaine de productions racontent la Bretagne sous un angle parfois déroutant. 

Mais aussi, une section dédiée à la culture sourde : Le Monde des sourds ; une fenêtre sur l'Ukraine, entre création cinématographique et enjeux géopolitiques et un focus sur le dispositif de création cinématographique Lumières du monde qui valorise la production et la création d’images par les auteurs / réalisateurs locaux d'Afrique, de l' Océan Indien, d' Eurasie, d'Amazonie-Caraïbe, de Nouvelle-Calédonie et d'Asie. Un regard alternatif sur les réalités de leurs pays et du monde.

Festival du cinéma de Douarnenez. Du 21 au 29 août 2015. ww.festival-douarnenez.com

https://vimeo.com/134193920

Bande annonce réalisée par Gabrielle Cadaze et Théo Fléchais. Avec les extraits de Los Hongos de Oscar Ruiz Navia, 2015 (Colombie) ; Moonkup,  2014, France (Grand Cru Bretagne) ; Tropic Pocket  de Camilo Restrepo, 2012 (Colombie) ; Sigo Siendo de Javier Corcuera, 2013 (Pérou) ; The Devil  de Jean Gabriel Périot, 2012 (Grande Tribu) ; Los Viajes Del Viento, Ciro Guerra, 2009 (Colombie) ; Le Bouton de Nacre de Patricio Guzman, 2015 (Chili) et Much Loved de Nabil Ayouch, 2015 (Grande Tribu). 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.