A la rencontre des peuples de Turquie

Du 19 au 26 août, Douarnenez accueille les Turquies - Turcs, Kurdes, Arméniens, Roms, la diversité des peuples aura droit de cité dans le Finistère. Cette édition exceptionnelle du Festival aura lieu dans un contexte très lourd, quelques semaines après la tentative de coup d'Etat militaire du 15 juillet. Invitation au voyage et au débat.

Les larmes aux yeux et le cœur gonflé, Mîna, tout juste arrivée en France, découvre sur le bitume et les murs de Douarnenez, tracée à la craie et en toutes lettres, le vocable «Kurdistan». Une dénomination alors taboue, interdite, en Turquie. C’était en 2003 et le Festival de cinéma de Douarnenez mettait à l’honneur le peuple et l’identité kurdes, pour une édition emplie de rencontres et d’amitié

Cette édition aura pourtant lieu dans un contexte bien lourd. La guerre frappe depuis de longs mois le Kurdistan turc, dont les populations civiles sont une nouvelle fois les victimes, et une sanglante tentative de coup d’État, avortée, vient de secouer la Turquie et conforte les pouvoirs de son président tout-puissant Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier en profite pour initier une folle purge : des dizaines de milliers de personnes incarcérées, poursuivies, licenciées ou suspendues de leur fonction par le gouvernement. Des militaires et des policiers certes, mais surtout, et c’est beaucoup plus inquiétant, des magistrats, des enseignants et des organes de presse, touchés en masse par la répression. Ceci alors que le champ de la démocratie, de la liberté d’expression et des droits humains était déjà réduit à peau de chagrin et les voix discordantes étouffées.

En août, aux côtés de nos invité(e) s de Turquie, nous souhaitons échapper à la dictature de l'information instantanée pour interroger la diversité culturelle des Turquies, sans fossiliser les «cultures» ni les «identités», avec l’ambition  de dépasser les essentialismes nationalistes, culturels et religieux. Pour cela, le festival questionnera l’histoire et le présent de la Turquie contemporaine, les violences d’hier et d’aujourd’hui et s’attachera à souligner les influences réciproques, le dialogue et l’espoir ténu du «vivre ensemble».

Un voyage visuel, sonore et textuel, à la rencontre des peuples et des minorités kurdes, alevis, arméniennes, gitanes, entre autres, mais aussi des paroles essentielles et courageuses des militant(e) s pour la liberté d’expression et des droits humains, des féministes, des LGBTQI. Bref, réunis en agora, tout ce qu’exècre Erdoğan, tout ce que nous aimons et défendons ici à Douarnenez, tout ce qu’une partie des peuples de Turquies, défend là-bas, en risquant souvent leur vie. Nous accueillerons des âmes, corps et coeurs qui battent, qui combattent. Pas par les armes, mais par la réflexion, le débat, les arts, le témoignage, l’analyse. Femmes, hommes, transgenres, toutes et tous debout.

130 films, et des débats à n'en plus finir

Le festival du cinéma de Douarnenez s'attache depuis plus de 39 ans à détricoter le monde qui nous entoure, causer des peuples, des peuples sans nation, des peuples oubliés, avec et autour des peuples minorisés ou des minorités ou encore des communautés humaines stigmatisées, on s'attache aux urgences politiques, à l’engagement des sensibilités, des Hommes...

Voici  l’itinéraire du festival sur le site : www.festival-douarnenez.com.

Le Festival du cinéma de Douarnenez, c'est du cinéma (plus de 130 films projetés), mais pas que, c'est aussi des débats, des joutes verbales à 18 heures sous l'Agora, des palabres matinales, des expositions éparpillées au sein de la ville, des ponctuations musicales, une librairie éphémère avec plus de 600 titres, une belle journée littérature...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.