A vos plumes, quitte à en perdre !


A vos plumes , quitte à en perdre !

 

C’est le défi que Maria Del Cid a lancé à plus d’une centaine d’hommes et de femmes médiatiques. Normal, c’est son métier… Depuis près de trente ans, elle exerce la graphologie pour le compte de prestigieux cabinets de recrutement, et jours après jours, elle a dressé les portraits de plus de 150.000 anonymes, sans les rencontrer ni les connaître.

 Pour écrire ces « portraits croisés », elle contacte donc des femmes et des hommes de tous horizons que nous connaissons à travers l’image qu’ils veulent bien laisser paraître dans les médias. Certains se sont prêtés au jeu en n’y croyant pas, d’autres se sont rétractés, d’autres encore ont refusé naïvement par lettre manuscrite ! Finalement, ce sont peut-être les plus philosophes d’entre eux qui ont répondu massivement et composent donc ce panel de treize personnalités qui ont été choisies pour ce premier opus.

 Souvent controversée, la graphologie n’est pas une science exacte, mais ce n’est pas non plus une croyance ni un art de la divination ! C’est une technique d’analyse de l’écriture permettant de faire coïncider la trace graphique laissée par le mouvement de l’écriture avec certains traits de la personnalité et du caractère de l’individu. On peut dire que c’est une science humaine et c’est bluffant !

 On pourrait penser que Maria Del Cid s’est lancé aussi un pari à elle-même, puisqu’elle prend le risque d’aller au fond de la personnalité d’individus qui ne sont plus des anonymes. Pourtant elle affirme que cela ne fait aucune différence pour elle. Elle « lit » dans l’écriture comme si c’était un livre ouvert, et il suffit de voir les commentaires en retour de ces personnalités pour s’en convaincre.

 Jean-Louis Servan-Schreiber lui a également fait l’honneur d’une magnifique préface dans laquelle il la qualifie de « magicienne » et qu’il conclut brillement : « Maria n’a t-elle pas occulté quelques traits moins recommandables  de nos personnalités, comme ces tireuses de cartes, qui n’avoueront jamais que l’as de pique, soudain devant elles, annonce la mort du trop curieux de lui-même ? »

 On peut dire que Maria Del Cid a relevé le défi avec brio, et qu’elle démontre parfaitement que la graphologie est un vrai métier dès l’instant où il est exercé par une professionnelle.

 Cela se lit comme une galerie de portraits, où se côtoient Eliette Abécassis et Michel Onfray, ou encore Patrick Poivre d’Arvor et André Comte-Sponville, Véronique Vasseur et Pascal Bruckner, Jean-Louis Servan-Schreiber et François Hollande, Guy Gilbert et Alain Satié, Lorette Nobecourt et Aldo Naouri ou enfin Jacques Salomé, et où l’on est souvent surpris par la stupéfaction des intéressés eux-mêmes, devant la justesse de l’analyse …

 

A paraître le 20 octobre

 

Pour ceux que le livre intéresse, dès à présent :

 

http://libre-label.izibookstore.com/produit/112/9782361281540/A%20VOS%20PLUMES%20

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.