Boum, boum… Et la seule entité progressiste de la région dans tout ça ?

En clair, Erdogan va-t-il profiter des frappes pour poursuivre son nettoyage ethnique ?

Trump possède une Trump Tower à Istambul, May vends des armes dans le dos de l’UE à Erdogan, Macron le reçoit en grande pompe et signe des contrats avec lui.

Et ils viennent de lancer quelques dizaines de missiles de façon ciblée sur la Syrie.

On peut se poser la question suivante : Et le Rojava dans tout ça ?

On rappelle que la Turquie se vautre littéralement dans les crimes de guerre à Afrin, après avoir obtenu un accord tacite des occidentaux ainsi que le soutien de Poutine et l’ouverture de l’espace aérien de la Syrie. Et qu’elle ne souhaite pas s’arrêter là. Et que ça n’a posé aucun problème à la coalition évoquée ci dessus.

Il semblerait qu’Erdogan ait eu un moment de flottement ces derniers jours : On imagine le dilemme :

  • Dois-je faire semblant de m'indigner et pousser à la roue des frappes occidentales, en tant que membre de l’OTAN ayant besoin du soutien tacite des occidentaux (et réciproquement) pour poursuivre tranquillement mes petites affaires criminelles plus à l’est (Manjib, Kobane…) ?
  • Dois-je au contraire temporiser genre "ho là ho doucement gaffe il pourrait y avoir la guerre hein"  et ménager mon nouvel allié Poutine ?

Le fait est qu’il a fait les deux, en se faisant discret jusqu’à ce qu’il sente une faiblesse après les frappes chez Poutine, ce qui l’a encouragé à cirer aujourd'hui les pompes des occidentaux qu’il insultait hier…

Donc il tenterait de jouer la carte Trump après avoir joué la carte Poutine, ce qui colle à son agenda bien rempli de massacres et de crimes de guerre ?

  • Soit il passe pour ce qu’il est auprès des deux parties : un traître, un criminel et agent du terrorisme. Et se retrouve isolé.
  • Soit il trouve encore des oreilles attentives à ses chantages et marchandages, et tire ses marrons du feu..

A priori, Macron est déjà tombé dans le panneau :

https://www.ouest-france.fr/monde/syrie/frappes-en-syrie-emmanuel-macron-remercie-erdogan-de-son-soutien-5696676

Mauvaise nouvelle donc.

Poutine va-t-il s'apercevoir qu' Erdogan lui tirera dans le dos à la première occasion et donc fermer l’espace aérien syrien aux avions turcs, pour le coup de façon tout à fait légitime vu qu’il s’agit de rien d’autre que d’agression terroriste ?

Le premier avion turc descendu par Poutine le fera rentrer à la niche, sans aviation il n’a pas les moyens de ses ambitions, et l’otan ne pourra rien y redire. Ça, ce serait la bonne nouvelle.

Les occidentaux vont-ils encore se laisser entraîner et compromettre dans un nouveau et odieux marchandage avec un criminel de guerre mafieux et terroriste avéré ?

Après, quand on ne sait pas trop quelle carte va jouer la Turquie, on peut regarder les comptes tweeter des propagandistes pro-turcs étiquetés « experts » qui sévissent en France : Il semblerait qu’il va la jouer "alliance contre le terrorisme", vu que jusqu'à présent la maxime "plus c'est gros plus ça passe" lui réussit plutôt bien :

 

caillet-avril-2018

Ce qui ne manque pas de sel, parce que ces pseudos experts qui s’inquiètent du fait que les kurdes puissent relâcher les daeschiens (qu’ils ont attrapé, en respectant les conventions internationales, pour qu’on les trahisse ensuite…) n’ont rien trouvé à redire au réemploi de djihadistes et à leur sanctuarisation par la Turquie en Syrie via l’opération au doux nom de « rameau d’olivier »… C’est dire pour qui ils roulent.

Et puis c'est quand même bassement crapuleux de sous-entendre que les kurdes seraient responsables des attentats en France, et donc le qualificatif qui me vient pour Romain Caillet est hors charte.

Aujourd’hui, à la veille d’un probable nouveau marchandage destiné à un nouveau lâchage des kurdes, ils remettent le couvert.

Le problème, c’est qu’en mêlant le vrai à la plus grossière propagande pro turque ils se sont forgés une aura d’experts et ils ont leur rond de serviettes chez pas mal de médias, qui leur offrent sur un plateau une possible influence sur l’opinion publique et les décideurs.

 Est-ce que ça va encore marcher ce coup-ci, sachant que personne ne peut plus faire semblant d’ignorer en quoi consistent les opérations turques en Syrie ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.