Vaccination obligatoire 8 février 2017 | Décision contentieuse

Lobbies pharmaceutiques // Merci Macron , Merci Marisol, Agnès Buzyn => Confirmation que Servier et les autres labos corrupteurs ont toujours des larbins à la tête de l’État.

    Il y a 7 mois, le 03/02/2017, Paris Match titrait:

- 3 vaccins obligatoires en France doivent être disponibles sans association avec d'autres (Paris Match)

Le Conseil d'Etat a tranché : les trois vaccins obligatoires (contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite) doivent être disponibles sans association avec d'autres vaccins.

   Il contraignait la ministre de la Santé, d'alors, Marisol Tourraine qui ne voulait pas écouter des associations qui se sont retournés devant le conseil d'Etat contre le fait que ces trois vaccins n'étaient disponibles qu'associés à d'autres facultatifs. Ces associations de parents se sont donc rebiffées contre le ministère de la Santé et le conseil d’État leur avait donné raison, obligeant la mise à disponibilité des seuls 3 vaccins obligatoires sans autres vaccins ajoutés.


 

    4,5 mois plus tard, Agnès Buzyn et Macron changent la loi pour les Labos obligeant les 11 vaccins à être injectés.

    Un collectif publie une pétition le 23/06/2017:
- Pétition : Non à une campagne massive de vaccination forcée !

La nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzyn, soutenue par le Premier Ministre, a confirmé sa volonté d’étendre l’obligation vaccinale pour nos enfants, en passant de 3 vaccins à 11 obligatoires d'ici 2018.

Disons le tout net : obliger des parents à voir 11 vaccins (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, haemophilus influenzae B
pneumocoque, méningocoque C) injectés à leurs enfants dès le plus jeune âge, sans avoir leur mot à dire, n’a rien d’une évolution de société. Une telle vaccination massive et à marche forcée serait un véritable hold-up sur notre liberté individuelle et notre santé !

  • Des vaccins controversés ou à l’efficacité mal démontrée (hépatite B, méningocoque C…) deviendraient obligatoires. Or, on ne compte plus les accidents post-vaccinaux ou les signalements d’effets indésirables graves, voire mortels, et les procès intentés par les victimes ou leur famille se multiplient.
  • Personne ne connaît aujourd’hui l’impact à moyen et long terme d’un bombardement de 11 vaccins sur le système immunitaire immature de jeunes enfants. La mise en œuvre de l'ensemble du calendrier vaccinal, tel qu'il est recommandé aujourd'hui, représente pas moins de 76 antigènes injectés  avant l'âge de 18 mois ! Plusieurs études ainsi que des données des laboratoires ont déjà montré l’augmentation significative des accidents neurologiques liés à l’injection simultanée de plusieurs vaccins. Avec sa proposition, Agnès Buzyn joue aux apprentis sorciers.
  • Chaque enfant réagit différemment à chaque vaccin. Leur imposer autant de vaccins sans prendre en compte leurs particularités, c’est prendre des risques imprévisibles quant à leur santé.

Non seulement ce projet va à l’encontre des règles minimales de sécurité sanitaire, mais il viole également nos libertés fondamentales. Alors que la grande majorité des pays européens n’ont pas d’obligations vaccinales, sans conséquences sanitaires notables, le Parlement suédois vient même de déclarer l’obligation vaccinale anticonstitutionnelle.

À contre-courant de ces pays soucieux des libertés individuelles, notre ministre de la Santé veut faire fi de la défiance justifiée des Français envers les vaccins, comme l’avait fait ..............

Alors qu’on parle tant aujourd’hui de conflits d’intérêts et de moralisation de la vie publique, il est urgent de préférer la transparence et le dialogue avec les Français aux cadeaux offerts aux laboratoires pharmaceutiques.


 

     Le retour des 11 vaccins obligatoires indique donc qu'Emmanuel Macron, comme Sarkozy avec Servier, ou Aquilino Morelle avec l'IGAS (Conseiller politique de François Hollande ex-inspecteur à l'Igas & consultant pour le laboratoire pharmaceutique Lündbeck) répondent aux lobbyings des labos pharmaceutiques qui ne voulaient pas se pliés, avant Février 2017, à rendre disponibles les seuls 3 vaccins obligatoires sans vaccin ajouté.

     Décidément, il y a-t-il une seule connerie que Macron n'a pas encore songé de faire, un seul lobbying à Cash auquel il saurait dire autre chose que OUI patron ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.