Sophie Binet. Pour une tout autre politique fiscale. (L'Humanité) - Mardi, 10 Novembre, 2015

http://www.humanite.fr/sophie-binet-pour-une-tout-autre-politique-fiscale-589251

copié collé:

38947.HR.jpg?itok=9wmNfPE_

Le gouvernement organise le partage de la pénurie, par Sophie Binet, secrétaire générale adjointe 
de la CGT 
des ingénieurs, cadres et techniciens (Ugict-CGT)

Ça y est, le président de la République a fait son mea culpa. Pour enfin reconnaître qu’il a abandonné ses promesses de 2012 et oublié de lutter contre la finance ? Non, pour expliquer qu’il n’aurait pas dû annuler la « TVA sociale » de son prédécesseur – annulation aussitôt suivie d’une augmentation de la TVA et de l’impôt sur le revenu. Depuis, c’est la valse des regrets exprimés par chaque ministre, se repentant d’avoir augmenté les impôts. Il n’y aurait qu’une alternative : baisser la dépense publique, tailler dans les prestations sociales et les services publics. Oui, la pression fiscale sur les ménages a beaucoup augmenté et chacun le sent bien au moment de régler la « douloureuse ». Mais cette augmentation est d’autant plus néfaste qu’elle a lieu sans réforme fiscale et repose sur l’augmentation des impôts les plus injustes, la TVA et la fiscalité locale. Quant à l’impôt sur le revenu, mité de dizaines de niches fiscales, il repose sur celles et ceux qui ont assez d’argent pour le payer et ne sont pas assez riches pour financer une stratégie d’« optimisation » fiscale. Ainsi, les 50 % de Français les plus modestes ont un taux d’imposition global de 45 %, les 45 % restant sont taxés à 50 % de leurs revenus, taux qui diminue pour les 5 % les plus riches et s’écroule en dessous de 35 % pour les 1 % (1). Surtout, l’augmentati.........................................


(suite sur le lien)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.