Aujourd'hui 27/06/2017, nombre de Chiens de Garde vendent que M. Valls quitte le PS.

C'est réécrire l'histoire que de prétendre que Manuel Valls quitte le PS. Il ne le quitte pas, il se fait enfin dégager du PS.

Voici une recherche Google simple "Valls" qui montre comment, ce 27 Juin 2017, les chiens de garde (Télé et presse rampante) traitent ce fait:

genre "Valls rejoint Macron"...

La presse rempante annonce que Valls quitte le PS © Capture Google La presse rempante annonce que Valls quitte le PS © Capture Google

 

    Ce qu'oublient les chiens de garde qui story-tells l'arrivée de Manuel Valls chez les Forest Gump, c'est qu'avant aujourd'hui (26~27 Juin 2017) et bien que le PS a été très lent à le faire, Manuel Valls est visé depuis plus d'un moi et demi (depuis le 09~10/05/2017),  par une procédure d'exclusion du Parti Socialiste.

    Et bien que le tachon Jean-Christophe Cambadélis (l'homme à la palette rouge) lançais tardivement cette procédure d'exclusion... Il faut quand même rappeler que Cambadélis n'avait pas mis de candidat PS contre le traître et qu'il a encore attendu une Nième trahisons supplémentaire de Manuel Valls (son souhait d'une investiture par EM, qui lui a évité un concurrent aux précédentes législatives - ce qui n'a pas empêché Valls de passer ric-rac et peut-être même avec tricherie) pour commencer à se sortir les doigts...

    Tout cela ne faisant que confirmer, encore, cette carrière d'ultra traitre ultra-protégé que Manuel Valls a débutée bien avant 2012, 2007 et même avant 2002, et qu'Hollande et d'autres sont complices de ce faussaire, qui n'aurait jamais pu autant trahir sans complices.


    Recherche concernant la procédure d'exclusion lancé bien avant cette réécriture des chiens de garde inventant un Valls rejoignant Forest Gump par choix:

fireshot capture valls procedure recherche google fireshot capture valls procedure recherche google

    Manuel Valls a aussi eu le droit, comme souvent, à son interviewe guidée par des chiens de garde rampants, sur RTL qui ne le bousculent pas du tout et boivent ses paroles et le laisse diffamer la candidate qui continue son action pour contester son élection louche (il était premier ministre et serait le seul à ne pas être touché par la défaillance de nombreux candidats PS ayant subit les claques suite aux politiques foireuses de Valls / Hollande (incapable même de se représenter)):

Manuel Valls aidé par des chiens de garde pour venir chialler à la radio © RTL

 

    Conclusion: Depuis le 09 Mai 2017 au minimum, donc plus d'un moi et demi avant l'annonce de Manuel Valls en cavale chez LREM, Manuel Valls sait, pour le moins, qu'il risque de se faire dégager du PS. Il ne le quitte donc pas, il devance son exclusion, un coup de pied au cul tardif que le couché Jean-Christophe Cambadélis (mr Dipôme ) n'a que trop tardé à lui mettre, et que la PRESSE#ouPas rampante déforme encore comme un acte vaillant, alors que Manuel Valls n'est, dans le cas présent, qu'un vil fuyard. Un coup de pied au cul, que Martine Aubry, elle, songeait déjà lui mettre à l'été 2009 (au moment des "Blancos") mais qu'une armée de larbins ont sciemment interprété dans les médias (aidés l'humaniste #ouPas, Gérard Collomb, et le pote d'Hollande fan de Macron, Jean-Pierre Mignard) comme une vengeance pour victimiser le faussaire Valls.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.