Irene Ovonji-Odida
avocate et membre de l'ICRICT
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juin 2022

Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation

L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.

Irene Ovonji-Odida
avocate et membre de l'ICRICT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’expression a commencé à fleurir dans la presse britannique : « l’été du mécontentement », une référence directe à « l’hiver du mécontentement » et les mouvements sociaux qui ont secoué le pays en 1978 et 1979. Plus de 40 000 fonctionnaires des chemins de fer et du métro londonien ont multiplié les grèves de 24 heures pour dénoncer la dégradation de leur pouvoir d’achat face à une inflation de plus de 10% et exiger des hausses de salaire. Dans la foulée, les infirmiers, les employés des télécommunications et des aéroports, les éboueurs et les postiers ont annoncé leur intention d’en faire de même. Le secteur éducatif devrait suivre, alors que les écoles, les bibliothèques et les piscines municipales sont victimes de coupes budgétaires.

La Grande-Bretagne n’a rien d’une exception. En France, les soignants sont en colère, avec des dizaines de services d’urgence, et déposent des préavis de grève. En Tunisie, le principal syndicat du service public appelle à débrayer. A Puerto Rico et dans le Minnesota, ce sont les professeurs qui ont investi la rue. En Amérique Latine, les Péruviens sont les premiers à faire grève, mais la brutale augmentation des prix des produits alimentaires et de l’énergie laisse présager un regain d’agitation sociale dans toute la région. Au Sri Lanka, le gouvernement vient d’adopter la semaine à quatre jours pour les fonctionnaires, pour qu’ils aient le temps de cultiver de la nourriture chez eux pour subvenir à leurs besoins. Partout, l’inflation galopante est la goutte d’eau qui fait déborder le vase après plus de deux ans de pandémie de Covid-19 qui ont mis à l'épreuve les travailleurs restés sur le front.

Dans les hôpitaux, le personnel soignant est sur les genoux, dans les pays pauvres, mais aussi dans les plus riches, après des décennies d’austérité, de précarisation des contrats et de privatisation. Beaucoup ont payé de leur vie le combat contre le virus, et la majorité enchaînent des journées interminables sans revalorisation salariale ni reconnaissance sociale. Et ce sont les femmes qui payent le plus lourd tribut, puisqu’au niveau mondial, elles représentent 70 % du personnel de santé. Une situation d’autant plus insupportable que ce sont elles qui, chez elles, prennent en charge l’essentiel du travail domestique non rémunéré, qui augmente à mesure que les services publics au bord de la rupture s’avèrent incapables d’assurer leurs missions.

L'inflation est de retour, dans le monde entier, provoquée par la pandémie, aggravée par la guerre en Ukraine, et s’avérant plus tenace et persistante que les grandes banques centrales ne le pensaient. Mais nous ne sommes pas égaux devant l’inflation. Dans les pays les plus pauvres, elle provoque déjà une augmentation de la faim et de l'insécurité alimentaire. Même au sein des pays riches, les ménages modestes en sont les premières victimes, les produits alimentaires, dont les prix se sont envolés, pesant plus dans leur panier de consommation que dans celui des plus aisés.

Alors que nous venons de commémorer la Journée internationale de la fonction publique, les images de centaines de milliers de fonctionnaires protestant dans la rue contre les ravages de l’inflation rappellent qu’ils comptent de plus en plus de travailleurs pauvres et précaires dans leurs rangs, y compris dans les pays les plus puissants du monde. Rien d’étonnant, dans ce contexte, à ce qu’il devienne impossible, dans de nombreux pays, de trouver des candidats pour des postes d’infirmiers, de routiers ou de professeurs.

Cette dégradation des conditions de travail, la réduction des budgets des services publics, et le transfert de leur contrôle au secteur privé ne sont pourtant pas une fatalité. Les ressources pour revaloriser les salaires, embaucher plus, et redonner à la fonction publique ses lettres de noblesse existent, et il faut aller les chercher là où elles sont : dans les comptes des multinationales et des plus riches discrètement logés dans les paradis fiscaux. Depuis le début de la pandémie, la fortune des dix hommes les plus riches du monde a doublé, alors que les revenus de 99% de la population mondiale ont diminué. La crise sanitaire n’a fait qu’approfondir une tendance de fond : depuis 1995, les 1% les plus fortunés ont accaparé près de 20 fois plus de richesses que la moitié la plus pauvre de l’humanité. 

C’est pourquoi il est urgent de repenser la fiscalité internationale afin que les multinationales payent enfin leur juste part. Même le G20, qui réunit les 20 pays les plus riches du monde, s’en est convaincu, en défendant l’année dernière un accord pour la mise en place d’un impôt minimum de 15% sur les bénéfices des multinationales. Cette proposition constitue un pas dans la bonne direction, même si elle est trop peu ambitieuse, puisqu’elle ne générerait que 150 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires, qui, selon les critères de distribution adoptés, iront en priorité aux pays riches. On obtiendrait 500 milliards de dollars avec un taux de 25% tel que le préconise l’ICRICT, la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises dont je fais partie.  

Les Etats ont aussi la possibilité de faire contribuer plus les super-riches. Une poignée d’entre eux, les « Millionnaires Patriotiques », en est conscient de l’urgence de le faire. « Taxez-nous, les riches, et taxez-nous maintenant », disent-ils dans une lettre ouverte, demandant l’introduction d’«un impôt permanent sur la fortune des plus riches afin de contribuer à réduire les inégalités extrêmes et de dégager des recettes pour une augmentation durable et à long terme des services publics tels que les soins de santé ». Et qu’on ne nous dise pas que leurs richesses sont impossibles à débusquer. Il n’a fallu que quelques jours au monde entier pour connaître les yachts et les appartements de luxe des oligarques russes proches de Vladimir Poutine. Un effort similaire peut être fait pour toutes les richesses cachées des multimilliardaires de tous bords.

Avec la crise de l’inflation, il est impossible de continuer à éviter le débat : les Etats vont-ils continuer à se financer à coup de programmes d’austérité, de coups sombres dans les services publics, en repoussant l’âge de la retraite et en augmentant la contribution des plus pauvres via des impôts sur la consommation enflés par l’inflation ? C’est la recette du chaos. Pour rétablir la confiance des citoyens et reconstruire des sociétés plus résilientes, plus inclusives et égalitaires, capables de faire face à la menace existentielle du changement climatique, il faut changer radicalement de cap et faire contribuer plus tous ceux qui en ont les moyens et qui parviennent aujourd’hui à échapper à leurs obligations. Sans cela, il faut s’attendre à ce que, dans le monde entier, le mécontentement dure bien plus qu’un été.  

Irene Ovonji-Odida est avocate et membre de l'ICRICT (Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises). Elle a également été membre du Groupe de haut niveau sur la responsabilité financière internationale, la transparence et l'intégrité pour la réalisation de l'agenda 2030 (FACTI).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu