Iris Boréal
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme

L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?

Iris Boréal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A nos amis – vraiment ? Militants de la gauche radicale, vous qui exécrez les violences policières, les discriminations raciales, le capitalisme et les inégalités sociales, l’insurrection vient, oui – mais sans vous. Sous les mots et les bonnes intentions apparaît la posture – et l’imposture. Il y a comme un gouffre entre la théorie et la pratique que ne suffisent plus à dissimuler vos réflexions incisives et vos émois militants, vos engagements et votre bonne conscience. Le (gros) caillou dans la chaussure, c’est la domination qui passe sous vos radars révolutionnaires : celle que vous exercez chaque jour sur vos épouses, vos compagnes, vos amies, vos collègues et comparses de lutte.

Cette domination, vous l’exercez tout d’abord en reléguant les violences sexistes et sexuelles au second plan, dans un avenir indéfini, quand les autres luttes seront gagnées. Si, ne serait-ce qu’un seul instant, vous faisiez l’effort de vous mettre à notre place, assignée à la catégorie femme par la société, vous ne pourriez plus faire de ces questions un sujet secondaire. Comme nous, vous auriez la rage d’être considéré comme subsidiaire. Un combat accessoire, le féminisme ? Vous sous-entendez qu’il y aurait une concurrence entre les luttes et que mettre en avant la question des violences sexuelles et sexistes équivaudrait à passer sous silence la question sociale (ou la question coloniale, etc.). Ne voyez-vous donc pas combien ce discours est méprisant ? Pour les femmes que vous côtoyez (blanches, éduquées, à votre image) bien sûr, mais aussi, surtout, pour les femmes pauvres et/ou racisées, invisibles parmi les invisibles, dont certaines subissent une triple peine : être victimes de sexisme, de racisme et de pauvreté. Cette relégation est non seulement une façon délétère de diviser les luttes mais c’est aussi une négation des mécanismes de la domination : le croisement des situations de vulnérabilité intensifie l’oppression. Vous savez cela, alors pourquoi un tel aveuglement ?

Cette domination, vous l’exercez en second lieu en délégitimant la dénonciation des violences sexistes et sexuelles au nom d'un retour à l'ordre moral (1). Ne ressentez-vous pas un malaise – Malaise dans la gauche radicale – à ce que ce discours converge autant avec celui de personnalités politiques que vous vilipendez par ailleurs – Macron, par exemple, qui, en réponse à ces femmes courageuses dénonçant les agressions sexuelles de Nicolas Hulot et PPDA, s’est inquiété de l’émergence d’une « société de l'inquisition ». En agitant le spectre de la police des mœurs, le message que vous nous envoyez, c'est que parler conforte l'ordre moral (« on ne peut plus rien dire » / « on ne peut plus rien faire ») et la justice d’État. Est-ce conforter l’ordre moral que de chercher l’émancipation ? Par ailleurs, si certaines d’entre nous recourent à la justice, ce n’est pas pour cautionner le système – car, nous aussi, figurez-vous, rêvons d’un autre horizon politique – mais parce qu’elles n’ont pas le choix. Que vous nous rétorquiez avec condescendance que nous devrions plutôt nous tourner vers la justice restaurative (ou transformatrice, etc.) ne fait qu’apporter une preuve supplémentaire des privilèges dont vous jouissez. Il ne s’agit pas de nier l’avancée que pourraient constituer des solutions alternatives à la répression, mais si vous vous couliez une seconde dans nos vies – expérience de pensée que visiblement vous êtes incapables de faire –, vous comprendriez que nous blâmer de la sorte ne fait que confirmer votre arrogante indifférence à notre condition. Car, concrètement, quand on est en danger, là, maintenant, on fait quoi ? Que vous nous reprochiez de recourir à la justice d’État est d’autant plus inaudible pour nous que la justice, jusqu’à preuve du contraire, reste aux mains des puissants et est rarement tendre avec les femmes qui mettent en cause leur agresseur. Il y a par ailleurs de la mauvaise foi à nous accuser d’utiliser un système auquel vous faites vous-même appel quand vous êtes incriminé, acceptant soudain – comme par enchantement – toutes les compromissions avec le pouvoir honni. Vous pourriez donc y recourir, mais pas nous. Décidément le double standard est la règle.

Cette domination, vous l’exercez enfin, et c’est bien sûr le pire, en vous autorisant des attitudes et comportements sexistes et violents puis en minimisant les faits et/ou en usant du mécanisme de l’inversion de la culpabilité. De tel « star » de la gauche radicale accusé d’agressions sexuelles à tel sympathisant écopant de plusieurs mois de prison avec sursis pour violences conjugales, le spectre est large. Vous rétorquerez qu’il s’agit d’exceptions. Peut-être. Mais la solidarité de genre que vous manifestez à ces occasions, elle, n’est pas rare : c’est même la norme. Soit vous détournez le regard, ça ne vous regarde pas. Soit vous laissez entendre que c’est une affaire montée en épingle, que la victime exagère – la figure de l’hystérique, qui devrait être aussi éculée et insoutenable que la figure de Banania, a malheureusement encore de beaux jours devant elle : toujours ce deux poids, deux mesures… Pire vous vous mobilisez pour soutenir l’agresseur, jusqu’à activer vos réseaux militants. Cette solidarité entre dominants, vous la conspuez lorsqu’elle émane des élites au pouvoir – quand c’est la vôtre qui est en jeu, votre réquisitoire soudain fait défaut. Ce que vous ne voulez pas voir, c’est qu’à votre échelle, militants en rhizomes cherchant à essaimer les ZAD, vous ne faites que répandre le vent de l’impunité générale des représentants de l’ordre patriarcal – fissures dans les nouvelles façons d’habiter le monde. Bien plus, vous ne semblez ressentir aucune empathie concernant les violences faites aux femmes. Pour nous qui sommes concernées au quotidien, cette absence de compassion provoque un cri, un écœurement, une colère. Les victimes s’enfermeraient dans une spirale victimaire ? Ce que nous constatons, c’est la grande force de celles qui témoignent alors que les agresseurs, au contraire, cultivent une position de souffre-douleur, de bouc-émissaire, de martyr.

Cataloguer comme réactionnaires des femmes qui luttent pour leur libération : comment expliquer que vous arriviez à ce point à déformer la réalité ? Nous ne sommes pas naïves : nous ne pensons pas qu’il s’agit d’un égarement, d’une perte de lucidité passagère, voire d’une erreur que vous seriez prêts à corriger. Il nous semble plus clairement que relégation, délégitimation, inversion de la culpabilité, minimisation des faits sont des stratégies visant à nous faire taire.

Pourquoi ? Parce que vous avez peur. Vous tremblez de perdre vos privilèges – le couple, l'hétérosexualité, bobonne à la maison, c’est confortable, n’est-ce pas ? Petits chefs domestiques, vous redoutez le désert d’un monde privé des commodités (sexuelles, affectives, émotionnelles, organisationnelles…) procurées par vos femmes, compagnes, amies... Est-ce parce que – transfuges de classe, blancs, éduqués, pour la plupart – vous n'accéderez jamais aux véritables postes de pouvoir – ce pouvoir qui continue à vous faire rêver, encore, toujours, si compatible en réalité avec le romantisme révolutionnaire dont vous êtes pétri ?

Il y a comme un air de défaite dans votre déni des apports du féminisme. Si vous aviez davantage de recul, d’intelligence, de sensibilité, et même de sens tactique, vous percevriez que nous sommes tou.te.s victimes du patriarcat. Vos existences seraient plus riches si vous brisiez le carcan de vos vies minables de petits despotes, des vies intimes merdiques, crispées sur la continuation, malgré vos dires, du couple bourgeois et hétéronormé qui vous rassure – tant il est commode et doux d’avoir tant d’avantages à portée de main. Que rien ne bouge surtout ! Et vous vous percevez comme progressistes !?

Le féminisme n'est pas un combat subalterne, en-sus, marginal. C’est un levier essentiel, majeur, fondamental pour sortir des rapports de domination. De tous les rapports de domination. Pourquoi vous priver de ses outils précieux capables d’irriguer l’ensemble des luttes ? Le féminisme n'est pas exclusif, il ne fait pas de tel ou tel combat une priorité, il embrasse toutes les dominations, y compris celle de l'homme sur la nature (en déconstruisant l'articulation entre domination de la nature et des femmes). Au lieu d’être discrédité comme le symptôme d’un retour à l’ordre ou d’une « hystérisation » de la société, il devrait vous inspirer. Mais vous ne lisez pas les féministes, vous lisez des hommes – préjugés sexistes.

Au-delà de la colère, ce texte est une ultime tentative pour que vous vous réveilliez. Car il viendra un moment où, lassées de perdre notre temps, nous ne vous lirons plus et nous déserterons vos réunions. Déjà, face à votre morgue, votre déni, votre absence de remise en question et vos œillères d’enfants gâtés, l’envie nous prend de vous fréquenter moins. Pour ne plus subir votre schizophrénie : de beaux discours sans lendemain.

Faire sécession.

Ce que vous ne voyez pas, c’est que la joie, les désirs, la puissance sont de notre côté, pas du vôtre. Contrairement à vous, nous avons la sororité. De cette énergie qui nous anime émane un élan qui vise l’émancipation de tou.te.s. Malgré vos tentatives rétrogrades pour nous museler, vous n’y réussirez pas. Nous ne voulons pas de l’insurrection sexiste, étriquée et conservatrice que vous nous proposez.

A quand un #MeToo Militant ?

  • Lire à ce propos la recension sur le site Lundimatin d’un ouvrage intitulé La police de mœurs. Malaise dans la morale sexuelle: https://lundi.am/La-police-de-moeurs-Malaise-dans-la-morale-sexuelle

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA