La tristesse des lendemains

Des mots, toujours des mots, encore des mots... comme des vagues qui roulent sans cesse et viennent se briser, tantôt avec douceur, souvent avec force, sur les rivages de nos vies. En mémoire à tous ceux qui sont morts et continueront de mourir pour leurs idées. A tous ceux qui ne tiennent que des stylos et des crayons de couleur à bout de combat.

La tristesse des lendemains

Maman m’a toujours dit


Les petites gouttes font de grandes rivières...

Le moulin de la parole tourne sans cesse


Comme les vagues dans l’eau claire de la Vie


Ne l’empêche jamais de tourner


Nos différences

Sont nos références

 

Pour toujours, prends un stylo


Décris un monde

Avec toutes sortes de mots

Fabrique un livre en papier armé


Rien que des mots contre des armées

Rien que des paroles

Pour faire barrage au sang

Rien que des pensées décalées

Pour détourner les condescendants

 

Pour toujours, tiens un crayon


Compose une société de rébellion


Encore et encore, dis : non
 !

Les paravents des Bons Dieux et de l’argent

Ne transformeront pas nos enfants

En suiveurs de torrents

 

Pour toujours, prends de l’élan


Façonne une réalité de résistant

Pour recouvrir la tristesse des lendemains


Avec des banderoles

Aux couleurs de la liberté

Cousues avec nos larmes

Dans une communion de mondialité

 

Pour toujours, défroisse la terre


Rêve d’une mer sans accapareurs

Dessine des nuages de laïcité


Invente une fraternité de franche-vérité

Qui prend naissance dans la spiritualité

Où les honneurs sont mérités

 

La liberté de parler

Doit sans cesse s’enrouler


Comme les vagues

Au fil de nos pensées

 

La liberté de critiquer

Doit sans cesse fusionner

Feuille après feuille

Dans le journal de nos vies

 

La liberté de rêver

Doit sans cesse danser

Comme les vagues du ciel

Dans les nuages de nos envies

 

Qu’est-ce qu’un chose ?

Une vague


Dans la tristesse

Des lendemains de la Terre.

 

Qu'est-ce qu'une chose ?

Un espoir

Dans le fil d'or

Du destin de l'univers.

 

Landmin shagrin ou La tristesse des lendemains en version créole réunionnais. © Isabelle Testa- compositeur Frédéric Testa

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.