Ni-Ni et le Coup des trois Pères François

Aux prémisses de l’ère moderne, un fils adoptif commis sa première forfaiture vis-à-vis de François-Casuarius (le Jules-de-ces-Dames), alors Président de la Gaulle dite Vème République.

Ce dernier sût reconnaître en ce premier un sien en tant que traître à son camp. Charmé par ce sémillant éphèbe, il le prit sous son aile de mâle-couveur et lui fit faire ces premiers pas vers le pouvoir. Cependant Ni-Ni pris son envol de rapace à la toute fin de cet auguste mois d’été, il s’émancipa de Casuarius (lui ne sait pas voler) qui lucide, dit avant de tirer le rideau et non sans une certaine admiration : « Il m’a trahi avec méthode ». A partir de ce moment, Ni-Ni pût librement faire étalage médiatique de son ambition de gouverner grâce au soutien sans failles d'un portefeuille de personnages influents et complices.

Le concours opportun d’un autre volatile lui dégagea la voie et facilita la montée sur la deuxième marche du Podium. En ce temps-là affaibli par la déconfiture de 2012 de l’Empereur Faux-Ni-Ni 1er, les Derechos pensèrent trouver le salut pour la nouvelle quinte au travers du hobereau, le Marquis-de-Sarthe, lui aussi prénommé François, qui portait haut l’étendard du courage et de la vérité. Ce canard, déchaîné, passant par là, voulu le prendre au mot. Il ouvrit un large bec et fondit sur sa proie. Voulant s’assurer qu’il ait réellement le courage de la vérité le volatile en révéla une pas très belle au sujet du Marquis et de sa Sagrada famiglia. Droit dans ces bottes, le Marquis-de-Sarthe, continuant à vouloir mettre en pot la déconfiture de l’Empereur déchu qui avait déçu ne se repenti point et se trouva à faire tapisserie dans la course au pouvoir.

Son troisième pas en marche vers le podium, l’éphèbe le marqua du sceau du Ni-Ni qu’il s’employa à user par un coup de maître contre le troisième Père François dit Tranquillou-Bylou. Profitant des fléaux de peste et de choléra s’abattant Droite-Gauche, il dit aux orphelins des partis des deux Pères François : « Je vous ai compris, Gauche et Droite c’est dépassé, nous sommes dans un Monde-Nouveau-qui-Bouge. Je suis Ni-Ni, comprenez : Ni-de-Droite, Ni-de-Gauche et/ou les deux à la fois … Marchons vers cette Terre Promise qui est un Eldorado luxuriant où coulent des rivières d’or et de miel bordée d'arbres dont les feuilles sont des billets verts ! »

Ni-Ni fit mouche et acquit à sa cause nombre d’entre ceux des deux camps. Cependant ce groupe de randonneurs n’était pas assez suffisant pour accéder au sommet du pouvoir car le Père François Tranquillou-Bylou détenait une part de marché importante des Ni-Ni historiques. Ni-Ni Junior, se mit donc en tête d’approcher Ni-Ni Senior et de le rallier à sa cause, non sans lui promettre une belle Martingale : le poste de Premier-Sinistre. L’on sait depuis que de Martin il n’eut que la gale, maladie honteuse qu’il refila à ces quatre Lieutenants-Sinistres qu’il avait réussit à placer en échange de son soutien. Ne pouvant boire la honte jusqu’à la lie, tous les cinq démissionnèrent au bout d’à peine un mois d’exercice.

Ni-Ni Junior pu compter sur la Loi du Nombre, les 8 Millions de marcheurs-dans-la-combine dégagés des ruines des partis de Pépère-François et Saint-Père-François-la-Vertu et siphonnés du réservoir du Père-Tranquille-François, pour arriver premier sur l’avant-dernière marche du podium. Passer ce premier-tour fût le plus gros du chemin. Pour être l’Elu-d’entre-Tous, il lui a suffit d’agiter l’épouvante du Raz-de-Marine et l’affaire fût dans l’sac.

Ce que Ni-Ni n’a pas dit à ses suiveurs, c’est qu’avant d’arriver à la Terre Promise il faudra errer quarante ans dans le désert ! Mais eux s’en foutent ils ont des 4x4, des hélicoptères et peuvent faire surgir du sable des oasis !

Pour tous les autres : Bienvenue en souffrances !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.