Je bouffe donc je chie

Il me paraît de plus en plus souvent étonnant ce processus :

Nous mangeons des choses bonnes que nous préparons avec amour, pour ceux qui le peuvent et/ou le veulent, et ni une ni deux nous le transformons pour l'expulser en quelques heures sous forme de merde.

Ne pouvons-nous pas garder ce succulent repas quelques jours, comme les requins, les boas, qu'il nous nourrisse vraiment avant "d'avaler" autre chose pour de suite l'expulser ?

Est-ce cela la condition humaine : consommer pour produire de la merde, plutôt que consommer pour se nourrir ?

Je ne sais pas vous mais moi j'ai pas trop faim ...

La poule fit le Z'oeuf !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.