Étudiant étranger, passe ton chemin !

Les étudiants étrangers sont-ils les bienvenus en France ? Malheureusement je ne le pense pas .L'examen du projet de loi sur le droit des étrangers, la semaine dernière à l'Assemblée nationale, avait une odeur bien nauséabonde.Ce qu'il y a de plus dérangeant est certainement le décalage entre les discours et les actes. Comme souvent. Reprenons.

Les étudiants étrangers sont-ils les bienvenus en France ? Malheureusement je ne le pense pas .L'examen du projet de loi sur le droit des étrangers, la semaine dernière à l'Assemblée nationale, avait une odeur bien nauséabonde.

Ce qu'il y a de plus dérangeant est certainement le décalage entre les discours et les actes. Comme souvent. Reprenons. Côté discours, le 13 juin 2013 à l'Assemblée nationale, il y a par exemple celui de Geneviève Fioraso, alors ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche affirmant que «réussir à mieux capter ces mobilités étudiantes et scientifiques en croissance, ce n’est pas seulement faire preuve d’universalité et de générosité. C’est un levier stratégique pour assurer la place de la France dans le monde.» ; celui de Manuel Valls, alors ministre de l'intérieur qui affirme que «notre pays a été et demeure une terre d’accueil. Au fil des époques, venus de tous les continents, des étrangers sont arrivés sur notre sol avec le projet de s’y installer, d’y travailler, d’y étudier... ».

Et enfin la semaine dernière, lors de l'étude du projet de loi à l'Assemblée, il y a eu les tirades de Bernard Cazeneuve, actuel ministre del’intérieur « ...des politiques que le Gouvernement assume parfaitement : le développement du tourisme et l’accueil des étudiants [...] puisque nous avons décidé de leur ouvrir davantage notre pays ».

Accueil et générosité donc, dans les propos. Accueil et générosité malheureusement trop souvent absents dans les articles de ce projet de loi.

Alors, à toi l'étudiant étranger qui envisage de faire une partie de tes études en France, sache qu'il faudra montrer patte blanche.
Tu ne seras pas traité comme tes confrères français, ne rêve tout de même pas d'égalité !
Tu devras prouver que tu adhères aux valeurs de la République. Comme je l'ai dit dans l'hémicycle avec mes collègues Sergio Coronado et Pascal Cherki, j'aimerais d'abord qu'on me liste ces fameuses valeurs de la République. Je connais « Liberté, Égalité, Fraternité » déjà un beau programme, tristement parfois foulé au pied, auquel j'ajouterai aussi « Laïcité » ….

Je me dis que « valeurs de la République », cela doit ressembler vaguement à l'esprit du 11 janvier, que personne n'a encore réussi à m'expliquer, à part avec un « mais si, tu sais bien l'esprit du 11 janvier quoi »

Et moi qui croyais que l'intérêt pour notre pays d'accueillir des étudiants de cultures différentes c'était justement qu'ils s'imprègnent de notre culture, notre langue et, des années plus tard, la diffusent aux quatre coins de la planète, tels des ambassadeurs de la francophonie et de notre enseignement supérieur... car comme disait Geneviève Fioraso le 13 juin 2013 : « Quel que soit leur parcours professionnel ultérieur, les étudiants étrangers que nous accueillons aujourd’hui connaîtront et aimeront notre pays demain. Ce seront nos meilleurs ambassadeurs.»

Aux étudiants français qui partent étudier aux États-Unis, en Angleterre ou en Espagne, on ne leur demande pas s'ils adhèrent aux valeurs des pays en question. Je me demande d’ailleurs ce que nos étudiants qui vont étudier en Chine pensent des “valeurs de la République chinoise”...Après tout ils se feront leur propre opinion sur place et l’expérience leur sera utile.

Et s’ils n’adhèrent pas aux valeurs de leur pays d’accueil, est-ce dramatique? Car ils y vont pour étudier, pour y trouver un enseignement à leur convenance, pas forcément pour s'y installer définitivement et être naturalisés ! Et si cela se produit, c'est leur choix, c'est une autre histoire. C'est une autre législation surtout.

L'adhésion aux valeurs, sera, si tout se passe bien, le résultat des études en France. Le demander comme préalable, c'est aussi logique que de demander à un élève de troisième de passer le bac, pour prouver que le pays ne gaspille pas d'argent à l'envoyer au lycée.

Alors toi l'étudiant étranger, qui avais envie de faire tes études en France, réfléchis. Compare bien les libertés dont tu disposeras dans chaque pays. Regarde les actes et pas seulement les discours remplis de bonnes intentions, de droits de l'Homme et de beaux sentiments.

En ce qui me concerne je reste convaincue qu’un pays devient plus grand, plus influent lorsqu’il accueille la matière grise du monde entier. Lorsqu’il donne envie par le biais de procédures simples, sans rien imposer, aux jeunes de cultures très diverses, de découvrir ce qui constitue sa richesse. Alors seulement il pourront devenir de fervents ambassadeurs de notre République !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.