La radio France Info confondrait-elle Français juifs, et Israéliens?

Face aux actes antisémites en France, voilà que la radio publique invite l’ambassadrice d’israël...

Face aux actes antisémites en France, voilà que France Info ne trouve rien de mieux que d’inviter ce matin l’ambassadrice. 

1. Comme si les Français juifs n’étaient pas français mais israéliens

Et bien sûr quand un (e) Francais(e) misulman(e) est agressé(e) France Info va inviter l’ambassadeur d’Arabie saoudite ? Ou quand etc.

La radio, publique, veut-elle entretenir auprès des auditeurs l’idée selon laquelle les Français juifs ne seraient pas tout à fait citoyens français ?

Voudrait-elle insinuer qu’ils et elles seraient d’abord représentés par les dirigeants israéliens ? 

Ceux ou celles qui à la radio ont pris la responsabilité d’un tel choix en mesurent-ils le sens et les conséquences ?

2. Par ailleurs, alors que des députés LREM  préparent un projet de loi visant à confondre  antisionisme et antisémitisme, c’est-a-dire l’expression d’un racisme avec la condamnation d’un régime et de ses pratiques racistes -lesquelles jouissent d’une totale impunité internationale, ce qui permet à Israël de continuer à violer le droit- c’est à l’ambassadrice d’Israël qu’ose donner la parole à ce sujet aussi France Info

Et cette ambassadrice donne de l’antisionisme une définition très spécieuse : il serait la négation de l’existence d’Israël.

Comme si c’était une question en 2019 : Israël est un État dont nul ne nie l’existence, qui est la première puissance militaire du Proche-Orient, possédant l’arme nucléaire…

En revanche, rappelons-nous : lorsque les Palestiniens ont reconnu, unilatéralement, Israël, son Etat, sa société, les dirigeants israéliens, eux, tout en continuant de refuser de reconnaître l’État de Palestine, ont exprimé une nouvelle exigence : que les Palestiniens reconnaissent dorénavant non plus seulement l’existence d’Israël mais son droit à l’existence.

Ceci n’existe évidemment pas dans le droit international.

Mais les dirigeants israéliens poursuivaient alors un double objectif :

    1. se donner un nouvel alibi pour ne pas reconnaître l’État de Palestine ni les droits nationaux du peuple palestinien

    2. faire injonction aux Palestiniens de renoncer à dénoncer la Nakba.

C’est notamment ce qui est en jeu avec ce projet de loi, lequel vise également à protéger l’impunité d’Israël.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.