L Milet
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 févr. 2019

La radio France Info confondrait-elle Français juifs, et Israéliens?

Face aux actes antisémites en France, voilà que la radio publique invite l’ambassadrice d’israël...

L Milet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Face aux actes antisémites en France, voilà que France Info ne trouve rien de mieux que d’inviter ce matin l’ambassadrice. 

1. Comme si les Français juifs n’étaient pas français mais israéliens

Et bien sûr quand un (e) Francais(e) misulman(e) est agressé(e) France Info va inviter l’ambassadeur d’Arabie saoudite ? Ou quand etc.

La radio, publique, veut-elle entretenir auprès des auditeurs l’idée selon laquelle les Français juifs ne seraient pas tout à fait citoyens français ?

Voudrait-elle insinuer qu’ils et elles seraient d’abord représentés par les dirigeants israéliens ? 

Ceux ou celles qui à la radio ont pris la responsabilité d’un tel choix en mesurent-ils le sens et les conséquences ?

2. Par ailleurs, alors que des députés LREM  préparent un projet de loi visant à confondre  antisionisme et antisémitisme, c’est-a-dire l’expression d’un racisme avec la condamnation d’un régime et de ses pratiques racistes -lesquelles jouissent d’une totale impunité internationale, ce qui permet à Israël de continuer à violer le droit- c’est à l’ambassadrice d’Israël qu’ose donner la parole à ce sujet aussi France Info

Et cette ambassadrice donne de l’antisionisme une définition très spécieuse : il serait la négation de l’existence d’Israël.

Comme si c’était une question en 2019 : Israël est un État dont nul ne nie l’existence, qui est la première puissance militaire du Proche-Orient, possédant l’arme nucléaire…

En revanche, rappelons-nous : lorsque les Palestiniens ont reconnu, unilatéralement, Israël, son Etat, sa société, les dirigeants israéliens, eux, tout en continuant de refuser de reconnaître l’État de Palestine, ont exprimé une nouvelle exigence : que les Palestiniens reconnaissent dorénavant non plus seulement l’existence d’Israël mais son droit à l’existence.

Ceci n’existe évidemment pas dans le droit international.

Mais les dirigeants israéliens poursuivaient alors un double objectif :

    1. se donner un nouvel alibi pour ne pas reconnaître l’État de Palestine ni les droits nationaux du peuple palestinien

    2. faire injonction aux Palestiniens de renoncer à dénoncer la Nakba.

C’est notamment ce qui est en jeu avec ce projet de loi, lequel vise également à protéger l’impunité d’Israël.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale