L Milet
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2017

La démocratie plus forte que la terreur

L’assassinat terroriste d’un policier et le sort des blessés jeudi soir à Paris sur les Champs Elysées appelle toute notre compassion à l'égard des victimes et de leurs proches. A quelques heures du scrutin présidentiel, il ne saurait détourner la société de la défense de la démocratie et de ses aspirations sociales.

L Milet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le tueur ne s’y est pas trompé en choisissant la cible, le lieu, le moment du meurtre. A moins de trois jours de l’élection présidentielle, tandis que les candidats se succédaient sur le plateau de France 2, l’agresseur a tué un policier d’une balle dans la tête et en a blessé deux autres sur les Champs Elysées à Paris, avant d’être tué à son tour. Une touriste a elle aussi été blessée. Au-delà de toute la compassion que nous exprimons pour les victimes et pour leurs proches, l’acte terroriste doit être aussi appeler à la réflexion, et à la lucidité. A l’heure où nous publions ces lignes, l’enquête est en cours. Mais déjà l’Organisation de l’Etat islamique (OEI) a revendiqué l’attentat, que ce soit vrai ou non. Après les différentes arrestations de ces derniers mois et de ces derniers jours en France, qui ont permis de déjouer d’autres attentats, après les attentats commis au sud de la Méditerranée et dans plusieurs capitales européennes, les meurtriers ont choisi de cibler la police. Mais au-delà de la stratégie propre de l’OEI, tandis que se clôt la campagne, le tueur et ceux dont il s’est inspiré -ou qui ont commandité- en réveillant la terreur, espérait faire de la peur le moteur d’un scrutin qui ne serait plus dès lors guidé par la raison ni les espoirs mais par des affects morbides sinon mortifères pour la société et son avenir. Sa finalité : non seulement tenter de toucher au cœur la démocratie, mais aussi, en même temps, de dévoyer les aspirations démocratiques et sociales vers un consensus d’abord prétendument identitaire inscrit dans un état de guerre qui délégitimerait toute aspiration populaire ; de tendre un piège à la société en inscrivant le moment électoral dans le leurre d’une guerre des civilisations.

Certains candidats ne s’y trompent pas qui mettent en avant l’idée d’une guerre de cette nature.

Refuser la division de la société

Annonçant interrompre sa campagne, Marine Le Pen a pourtant fait campagne, en choisissant de faire depuis son QG une déclaration d’une rare virulence, dénonçant de façon essentialiste une attaque contre la France non pour ce qu’elle ferait mais pour ce qu’elle serait, et présentant un programme sécuritaire et guerrier où derrière ce qu’elle nomme « terrorisme islamiste » elle s’en prend à une partie de la société où « pulluleraient » ses propagateurs. Toujours dans le quatuor de tête des sondages -en dépit d’un taux d’indécision inédit- mais en relative perte de vitesse quant à son programme économique -où le patronat bénéficie d’une place privilégiée- et après ses propos sur l’irresponsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv durant l’occupation nazie, qui fleurent mauvais les provocations paternelles et défont le repolinage de l’organisation d’extrême droite, elle réévoque la fermeture des frontières -et donc l’isolement national-, stigmatise l’immigration et redéploie une vision de la laïcité qui cible essentiellement la place de l’islam en France. Les propos de son concurrent François Fillon sur le « fondamentalisme islamique », lui qui s’appuie sans réserve sur les propagateurs du refus du droit de tous et toutes au mariage de leur choix, ne sont de ce point de vue guère éloignés.

Le danger est grand dès lors d’une division de la société. Sur des bases ethnico-confessionnelles.

Défendre la démocratie et les aspirations populaires

Il s’avère donc urgent, au-delà de la nécessaire réflexion sur la politique étrangère de la France, de refuser une telle vision de la société et de la démocratie. De refuser de ne plus débattre librement. De refuser de de voir réduite au silence toute volonté de changement et de sortie d’une politique austéritaire et inégalitaire. De refuser de rendre la lutte illégitime.

Les enjeux de cette élection demeurent, lorsque des candidats défendent la poursuite ou l’accélération des politiques qui conduisent à l’impasse pour des millions de salariés, de privés d’emploi, de retraités, de jeunes, de femmes. Les dossiers de l’emploi, de la précarisation et de l’ubérisation imposées au bénéfice d’actionnaires toujours plus riches, les dossiers du partage des richesses, de l’organisation et du temps de travail, de la reconquête de l’industrie, du développement des services publics, de moyens pour l’école, la santé, l’accès à la culture… sont toujours à l’ordre du jour. Et les terroristes ne doivent pas parvenir pas à nous en détourner.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent