Histoire réelle et fictive: La fin d'une histoire, celle de Patate

Les histoires bancales autour du personnage de Patate, mort dès le début, s'achèvent dans la légèreté et la banalité des conversations sur la voie publique. Évidemment, la colère qui gronde face au traitement des personnes en situation de handicap reste éruptive.

mis à jour le 24 sept 2021

Devant le commerce de fruits et de légumes.

Bananâne: Si vous voyez les compères d'Ouvrez les Guillemets, dîtes-leur de ne surtout, jamais, chercher à travailler pour une société qui développe un logiciel prédictif pour la police ou la santé.

- Pourkouaf?

Bananâne: Ils avaient prédit en juin que Ultra Cynicuss était arrivé au bout de ses idées nauséabondes. Puis le passe sanitaire bureaucratique et exposant nos données personnelles est arrivé, le symbole d'un pays incapable de "prendre soin de" nos données personnelles et donc de nous.

Humhum n°2: Le pays a basculé dans une idéologie sécuritaire. Il a donc besoin de créer des raisons de surveiller quoi qu'il en coûte.

[ 21 juin 2021 - Ouvrez les guillemets: Il se demande quelle boule puante il peut nous envoyer (...) Il ne peut pas faire mieux. Il est à son apogée.
A 12 min
Usul. Paris sportifs : des joueurs sous influence +++
https://www.mediapart.fr/journal/france/210621/usul-paris-sportifs-des-joueurs-sous-influence ]

Le groupe s'esclaffe.

M Prospère: Je ne fais pas d'excès de zèle pour savoir pourquoi Patate était à Gavarnie sinon cette histoire va prendre fin.

Madame Ragotix: Nous allons disparaître.

M Rumeurox: Pas sûr. Notre génitrice aime faire vivre ses personnages d'un blog à l'autre. J'aimais bien celui où les Ridiculox participaient au contrôle de la société. 

Madame Ragotix: Vous étiez déjà un personnage de l'Histoire.

M Rumeurox: Heu...Surtout ma femme, non? La dernière histoire, écrite en 2019, n'a pas été publiée. Si ça se trouve j'étais un héros, révélant la corruption du milieu politique qui a amené à cette société de surveillance.

Bananâne: Quand notre génitrice manque d'inspiration, elle récupère un profil ayant déjà vécu. Nous avons tous potentiellement une chance d'exister dans de nouvelles aventures. Et les Ridiculox, elle peut les ressusciter. Ils sont encore plus d'actualité en ce moment pour expliquer de manière imagée ce que signifie "l'informatique est un moyen pour contrôler la société; l'informatique est bienfaisante ou malfaisante selon le profil de son propriétaire".

Rose: Les femmes avaient toutes un prénom de fleurs. Le but initial était d'évoquer les violences sexuelles mais elle a pensé que finalement la société de consommation n'était pas prête à voir déballer des sujets tabous. C'était il y a 3 ans. Les temps ont changé grâce aux inconnu.e.s, aux connu.e.es et aux aidants comme Muriel Salmona et son entourage et...

[ https://www.memoiretraumatique.org/ ]

Mme Ragotix: Il est important de leur dire merci ainsi qu'aux journalistes qui ont fait l'effort de comprendre la mise à mort des victimes.

Bananâne:: Les conséquences du patriarcat sont visibles en Afghanistan alors que dans nos sociétés elles peuvent se cacher derrière un costume cravate équipé du sourire carnassier de celui qui n'a rien à craindre.

Rose: Tant de sujets sont à traiter, à rabâcher...

M Prospère: Les lecteurs aiment les personnages extrêmes parlant d'amour ou de haine. Mon personnage est tout ce qu'il y a de plus normal. Je suis gentil, à l'écoute et je cherche à améliorer mon travail donc mon personnage va mourir.

Madame Ragotix: Vous représentez les minorités de genre. Gardez espoir.

M. Prospère, m Rumeurox et mme Ragotix partent vaquer à diverses occupations.

Lilas: Tiens voilà m Mijesé. Bonjour monsieur Mijesé. Je vous présente Bananâne, la blogueuse qui a repris l'article dont nous avions discuté du canard enchaîné sur le matériel déployé en 2018 par la Préfecture de Police pour espionner en cachette les ordinateurs et les téléphones à Paris.

m Mijesé: Ha ha ha. Bonjour.

Bananâne: Bonjour. Que pensez-vous de mon blog?

m Mijesé: Il ne faut pas croire tout ce que vous lisez. La propagande en infusion radiophonique ou télévisuelle c'est mieux.

Bananâne: Kouaf? 

m Mijesé: Vous croyez n'importe quoi. Ce matériel sert juste à surveiller les terroristes, pas les citoyens. C'est comme à la Quadrature du Net, ce sont tous des paranoïaques.

Bananâne: Vous ne les connaissez pas alors pourquoi ce besoin d'inventer? Ils viennent de mettre à jour leur page sur leur philosophie, la manière de les suivre, vous devriez y faire un tour. 

[ https://www.laquadrature.net/nous/ ]

m Mijesé sourit: Je demanderai à ma fille de me lire la page.

Bananâne: En outre, vous abaissez vous-même votre propre niveau de connaissances. Je suis impressionnée. 

m Mijesé amusé, répète: impressionnée.

Bananâne: Au lieu de suivre des personnes portant une étiquette "peut évoluer en terroriste" comme les "fichés S" , des politiques ont accepté de placer sous surveillance toutes les lignes de télécommunication. 

m Mijesé: Je n'y comprends rien à la surveillance de masse. Pour ne pas passer pour un plouc, je dis qu'il n'y a pas d'alternative. Je fais semblant de m'y connaître en sortant des clichés.

Bananâne pense "selon lui pas d'alternative à la connerie" mais dit: Les associations de défense des libertés numériques et des droits humains, je les vois comme des bosseuses, pas vous?

m Mijesé: Je ne comprends rien à leur travail. Pour moi le web c'est cliquer, acheter, lire et s'énerver. Je ne sais toujours pas gérer mes fichiers sur mon smartphone. Je ne supprime rien. J'entasse les attestations de déplacement et les passe sanitaire. Je n'aime pas du tout ce rapport à l'informatique.

Bananâne: Moi je sais gérer les fichiers mais je préfère le papier tant que des entreprises privées ou étatiques nous manqueront de respect en prenant nos données personnelles numériques.

m Mijesé: Ouh là là, qu'est-ce que vous vous compliquez la vie. 

Bananâne: Non c'est le contraire. Je la simplifie. Un papier périmé peut être détruit par l'eau ou le feu ou finir au compost. Si je supprime un fichier numérique, je ne peux pas être sure qu'une société ou un Etat ne l'a pas copié quelque part ou qu'un hébergeur de cloud n'a pas oublié une sauvegarde sur telle machine en Islande. Le numérique est synonyme d'insécurité. 

m Mijesé: A qui la faute?

Rose: La faute en est à tous ceux et celles qui courbent l'échine face aux idéologies néolibérales. Ils ont laissé faire les abus de position dominante et les vols de données au nom de la liberté d'entreprendre. Même des économistes font croire qu'ils n'avaient rien vu venir. Soit ils ont une amnésie, soit ils étaient vraiment mauvais dans les années 1990-2010. 

m Mijesé: Le gouvernement nous force à posséder un objet connecté pour accéder aux services publics. Avant c'était gratuit de déclarer les impôts, déclarer sa situation à Pôle Emploi. Il suffisait de déposer les documents sur place. Au pire je payais une enveloppe et un timbre pour envoyer ma déclaration d'impôt. En 2021, il faut consacrer une partie de ses revenus à disposer d'un ordinateur en état de marche et connecté à internet. Il faut avoir les moyens de payer une suite de sécurité en sachant qu'elle ne protège pas à 100%.

Bananâne: Le milieu informatique a toujours alerté sur l'escroquerie que peut être un algorithme, sur la différence entre un cookie servant à la maintenance de l'ordinateur et un cookie venant prendre des données personnelles, sans notre consentement, pour enrichir des inconnus. Nous avons eu au pouvoir, des hommes et des femmes politiques que j'estime être les plus mauvais de l'histoire de la république, avec des exceptions bien sûr.

m Mijesé rigole: Arrêtez de vous fatiguer le ciboulot. Arrêtez de suivre les décrets, les propositions de loi...

Bananâne: Plus j'ai de connaissances, plus la taille de mon savoir estimé rétrécit.

- Ouiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnnn!

Tous les regards se tournent vers le coin de la rue.

Rose: Pourquoi la police détruit le pistolet en plastique de ce petit garçon? 

m Mijesé ébahi: Les enfants l'achètent à la foire à côté. J'ai le même à la maison.

- Ouiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnnn!

Bananâne dégoutée: Encore un abus de la surveillance par caméras. Elle rend con.

m Mijesé: Ils embarquent le gamin et le youtuber; je crois qu'il s'appelle comme ça.

Rose: Je ne connais pas. Tout ce que je vois, c'est un enfant maltraité par l'Etat. Combien de responsables vont démissionner suite à cette bavure?

Bananâne: Si ce n'est pas une bavure, nous avons un indice pour savoir dans quel régime politique nous nous trouvons. 

Rose: Qui avait peur en 2017 que l'extrême droite maltraite les enfants défavorisés ou ayant une culture religieuse ou d'origine étrangère?

m Mijesé: Il paraît qu'il faut dire que ce sont des cas particuliers.

Rose: Il faut avoir atteint quel niveau d'inhumanité pour chercher à excuser les violences étatiques?

Bananâne: Et puis même pas vrai. Et dans une démocratie, un enfant maltraité par l'Etat = bavure = excuses de l'Etat.

Rose: Le petit fils d'un magnat du champagne peut s'amuser avec n'importe quel jouet parce qu'il restera dans l'intimité d'une salle de jeu, d'un jardin. Il reste à l'abri du regard de l'Etat. Là, les enfants qui ont la rue pour salle de jeu ont statistiquement 100% de risque d'être sous le joug de caméras et de leurs voyeurs et de leurs pulsions morbides à la maltraitance.

[  https://www.midilibre.fr/2021/09/12/interpellation-dun-enfant-de-8-ans-a-saint-jacques-a-perpignan-que-la-police-ne-se-trompe-pas-de-cible-9784977.php

https://www.lindependant.fr/2021/09/09/perpignan-saint-jacques-en-emoi-apres-linterpellation-dun-enfant-de-8-ans-avec-son-fusil-a-billes-dans-la-rue-9779550.php (abonnés) ]

m Mijesé: Des fois je suis d'accord avec vous. Des politiques, des animateurs radio/TV et des "expert tech", utilisent du vocabulaire et des idées simples qui me plaisent. Je me suis rendu compte qu'ils sont clairement des porte-paroles de l'industrie sécuritaire. Néanmoins, je me force à croire qu'elles sont la conséquence d'une réflexion, par paresse mentale.

Bananâne: Un problème sociétal, hop une vidéosurveillance. Un problème social, hop en prison. 

Rose: Un problème de chômage, hop baisse des charges salariales, des impôts, des cotisations et hausse des subventions aux entreprises. Un problème d'investissement, hop baisse des charges salariales, des impôts, des cotisations et hausse des subventions aux entreprises.

Bananâne: Une dette publique jugée trop élevée, hop baisse des effectifs des fonctionnaires, des retraites, de l'assurance chômage, des impôts, des cotisations, de l'investissement public, vente des derniers bijoux de la république... Allez, un peu de zèle cérébral! Trouvez de la joie à creuser un sujet...

m Mijesé: Non mais justement, je suis heureux d'être futile et équipé d'un méchant sourire. Enfin, je crois...

Bananâne: Taxer les poils à gratter et les lanceurs d'alerte de paranoïaques est un moyen de les faire passer pour des menteurs auprès de la population. En quoi cela vous rend-t-il fier?

m Mijesé rit: Si des gens me croient, ce n'est pas de ma faute.

Rose: Chut! Taisez-vous! Je rêve ou un drone policier rode dans le ciel.

Tout le monde lève la tête.

m Mijesé: Il filme les délinquantes, là, qui collent des messages sur les murs avec de la farine et de l'eau à côté de celle qui tague. La police va rappliquer pour les empêcher de terminer. Le drone policier sert quand il y a un danger et qu'aucune alternative n'est possible. Le centre de sécurité urbain a acheté un logiciel de surveillance qui doit permettre d'alerter dès l'approche d'un mur pour empêcher l'acte.

[ https://www.laquadrature.net/2021/09/23/la-loi-drones-2-est-docilement-adoptee-par-lassemblee/ ]

Rose: De mieux en mieux. Madame Le Maire veut nous faire vivre dans un monde imaginaire où l'expression d'une partie de la population sera cachée car empêchée. 

Bananâne: Elle a commencé par cacher la misère. Maintenant, elle veut cacher les problèmes de société exprimés dans cet art libre. Les programmes politiques ne risquent pas de répondre aux problèmes sociétaux si le pouvoir en place nous les cache.

m Mijesé: Bien vu! 

Rose: Une ville propre sera une ville à l'image des personnes les plus malfaisantes au pouvoir, celles incapables de sympathie.

m Mijesé sourit: Ah voilà la police. Bonjour cher voisin.

Le policier voisin: Ne vous inquiétez pas, les délinquantes sont parties! Vous ne risquez plus rien. Leur joli minois se trouve dans la boîboîte du drone et peut-être déjà dans un cloud. Il reste à les ficher et si elles le sont déjà, le logiciel de reconnaissance faciale a déjà agit de manière illégale pour fournir des données personnelles.

m Mijesé: Quel métier! Bon courage!

Le policier voisin: Merci! Il en faut avec toutes ces délinquantes qui traînent dans les rues! Refuser les violences intrafamiliales, refuser le patriarcat...nan mais dans quel monde vivons-nous...


https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/des-drones-anti-graffiti-a-la-sncf_4609491.html
https://www.numerama.com/politique/741561-la-defenseure-des-droits-liste-tout-ce-qui-ne-va-pas-avec-les-drones-policiers-equipes-de-camera-et-il-y-a-beaucoup-de-points.html
https://technopolice.fr/blog/la-police-predictive-progresse-en-france-exigeons-son-interdiction/ ]

Une fois le drone policier disparu, la conversation se poursuit.

Bananâne: Avez-vous déjà vraiment lu mon blog?

m Mijesé: Vous dîtes que c'est votre blog, pour paraître importante...mais en réalité c'est le blog d'un homme, que vous utilisez. D'ailleurs je lis de manière préférentielle des blogs tenus par des hommes. Au moins je suis sûr que c'est du sérieux.

Bananâne: Je me sens transparente tout d'un coup.

m Mijesé: Je sais quand vous êtes l'auteure du post. Le contenu est nul ou énervant. Quand le post est intéressant il est évident que c'est un homme qui l'a écrit. 

Bananâne: Dîtes-donc, nous ne nous connaissions pas mais vous usez d'un pouvoir de divination étonnant sur les blogs.

m Mijesé: Mi? Je sais tout ce que j'ai envie de savoir.

Bananâne: Vous me rappelez ce Touit de monsieur Casilli au sujet des contenus sur Facebook. Quand ça baigne c’est "l’intelligence artificielle", quand ça coince c’est "les modérateurs".

[ https://twitter.com/AntonioCasilli/status/1299699420188094466 ]

m Mijesé: J'aime bien Facebook. Il me propose de lire, soit ce que je pense, soit un truc pour m'énerver et qui confirme que j'avais raison de penser ce que je pensais.

Bananâne: Vous ne doutez jamais?

m Mijesé: J'aime croire ce qui m'arrange.

Bananâne: Est-ce que vous faîtes attention aux sources?

m Mijesé rit: Ha ha ha...Si vous mettez des liens vers des articles, des vidéos pour appuyer vos idées, c'est parce que vous ne maîtrisez pas le sujet.

Bananâne: Kouaf? C'est la première fois que je rencontre quelqu'un qui associe sourcer à ignorance. Je ne sais quoi rétorquer...

m Mijesé: Je n'ai pas besoin de lire des articles pour pouvoir émettre un avis. Mi, je sais tout naturellement.

Bananâne: Indiquer si la source de l'information provient d'un travail de journalistes d'investigation, de chercheurs, de journalisme classique, de blogueurs, d'écrivains, d'une position idéologique fait partie du respect dû au lecteur.

m Mijesé: Mi, je me crédite...Ha ha ha...alors que vous, comme vous ne savez rien, vous lisez des articles.

Bananâne: Je me sens comme une feuille blanche tout d'un coup.

m Mijesé: Vous êtes bien gentille mais vous croyez n'importe quoi...

Bananâne: OuPââ! Je me sens comme une gobeuse de mouches à présent. Suis-je une grenouille qui s'ignore?

m Mijesé: Vous gobez n'importe quoi...

Bananâne: Parler de crapaud me rappelle la dernière vidéo de la saison du Vrai Média montrant l'équipe. Elle ne peut rémunérer son travail et donc payer le loyer et les charges minimales de la vie qu'avec nos dons. Pendant ce temps là, des entreprises font des profits avec nos données personnelles. Ces modèles économiques sont révoltant. Quel programme politique en 2022 proposera d'impulser une stratégie proposant des alternatives?

[ https://www.lemediatv.fr/emissions/2021/vacances-desproges-au-revoir-j7HkjoEhTBqZtc1MZqdU_g ]

m Mijesé rigole: Kôââ? Oui j'ai vu leur vidéo chez ma fille. Un conseil! Arrêtez d'écrire! Vous perdez votre temps avec votre blog. Vous ne changerez pas le monde.

Bananâne: Je me sens comme rayée de l'existence humaine. Je n'ai pas la prétention de changer le monde, juste de partager mes connaissances parce que j'ai conscience d'être mortelle. Je donne du sens à la mort en me débarrassant d'une partie du contenu de mon cerveau.

m Mijesé rigole: Vous avez toujours une phrase qui tue. Et en plus vous croyez ce que vous écrivez.

Bananâne se gratte le menton: Un peu de cohérence ne fait pas de mal...

m Mijesé: Vous lisez trop d'articles.

Bananâne se gratte le front: Je devrais peut-être ajouter des livres comme sources alors...(rien que pour vous emmerder). 

m Mijesé: Vous vous compliquez la vie...Chacun raconte la sienne autour d'un café, d'une cigarette, d'un smoothie ou d'un macaron et c'est amplement suffisant pour comprendre les enjeux de société.

Bananâne: Il est hors de question que je raconte ma vie pour sourcer un blog. Je vous vois venir...Les articles sont trop abstraits pour votre cerveau et vous avez besoin de vous référer à "mon pote a dit" pour mémoriser et comprendre. Nous sommes complémentaires.

m Mijesé: Un travail intellectuel ce n'est pas du vrai travail. 

Bananâne: OuPââ...

m Mijesé: Finalement, vous en savez moins que moi.

Bananâne: Vu tout le savoir nouveau qui apparaît toutes les semaines, je ne peux en connaître qu'une infime partie mais tout dépend du sujet, non?

m Mijesé imite son interlocutrice: OuPââ...

Bananâne: Le vécu compte aussi, non? Avoir atteint l'âge d'une mi-vie, en prenant comme repère l'espérance de vie en bonne santé qu'obtenaient les générations nées avant les pesticides, l'hyper-pollution et l'excès de nourriture, implique d'avoir engrangé certains regards sur le monde, n'est-il pas?

m Mijesé: Nous avons le même âge.

Bananâne: Ah zut alors! 

m Mijesé imite la voix: Ah zut alors!

Bananâne: Et vous pensez que j'ai passé ma vie comment?

m Mijesé: A rester cloitrée chez vous. J'ai lu que Bananâne reste dans sa grotte.

Bananâne: Nan mais n'importe kouaf...Vous avez interprété un post! Il ne faut pas croire tout ce que j'écris.

m Mijesé: Si c'est vrai. Vous ne sortez pas de chez vous. Je l'ai lu sur internet et un copain, que vous ne connaissez pas, me l'a répété.

Bananâne: Vous croyez vraiment n'importe quoi...La preuve, je suis en train de discuter avec vous.

m Mijesé: Peu importe...Comme vous ne racontez pas votre vie sur le web, avec des inconnus et des copains nous l'écrivons à votre place, comme nous la pensons .

Bananâne: Merci, vous êtes fort gentil de penser à alimenter une de mes identités numériques.

m Mijesé: Je ne crois que ce qui ne dérange pas mes croyances.

Bananâne: Ouh là, qu'est-ce que vous êtes compliqué.

M. Mijesé: Pour résumer, touche pas à ma croyance, tu perds ton temps.

Bananâne: Vous me faîtes penser que la gestion des femmes djihadistes, de retour dans notre pays, s'est améliorée. Avant, des hurluberlus avaient décrété qu'il fallait détruire leurs croyances, sauf que c'est mission impossible. Aujourd'hui, elles apprennent entre autres à ne plus envisager la violence comme un moyen de communication.

M. Mijesé: Les élites aiment gérer des chiffres, du matériel et pas les êtres vivants. Et à force de caresser du matériel connecté, ils essaient d'obtenir la même sensation en caressant un être humain. 

Bananâne: L'amour du matériel et une forme de haine du vivant résument bien la gestion de notre pays depuis quatre ans.

M. Mijesé: Il est important que je garde le plaisir de lire la vérité qui me sied sur le web puis de la partager dans la rue. Ainsi, je suis heureux. Enfin, je crois...

Bananâne: J'ai comme l'impression d'habiter un monde bâti consciemment sur de l'infox tout d'un coup.

m Mijesé: En parlant d'infox, le coronavirus je n'y crois pas. Vos zoonoses non plus. C'est inventé pour nous emmerder nous, les braves gens, au lieu d'emmerder les délinquants.

Bananâne: Parlez-vous de la délinquance en cols blancs?

m Mijesé: Bien sûr que non. C'est votre délire, ça. Nos décideurs sont tous des types biens qui méritent leur excès de patrimoine. C'est pas eux que la Justice doit emmerder, c'est les délinquants de nos quartiers, ceux qui n'ont pas de patrimoine.

Bananâne: Si vous trouvez normal que des politiques puissent mal gérer le pays sans être jugés, vous n'avez pas à vous plaindre de la délinquance de votre quartier qui découle des choix politiques. 

m Mijesé: Et comment les décisions politiques peuvent-elles nuire à la vie quotidienne?

Bananâne: Ce gouvernement a retiré en 2018 une minuscule avancée qui obligeait les logements collectifs neufs à être accessible à toute personne à mobilité réduite. Quel niveau d'inhumanité faut-il atteindre pour prendre ce genre de décision? Il est vital que le gouvernement élu en 2022 rétablisse cette petite avancée.

[ En matière d’accessibilité, différents décrets ont rabattu les ambitions de la loi de 2005 : ainsi, la loi ELAN de 2018 réduit l’obligation de construction de logements accessibles de 100 % à 20 %.
ttps://laviedesidees.fr/Le-handicap-dans-la-cite.html ]

m Mijesé: Mi, je ne comprends rien à ces régressions dans le droit.

Bananâne: Attendez-vous d'une personne en situation de handicap qu'elle reste à se lamenter et à survivre dans de mauvaises conditions de vie ou qu'elle aille hurler sa colère dans la rue?

m Mijesé: Oh ce que vous êtes pénible! Mi, j'aime être spectateur du pays, m'offusquer avec les copains et copines et c'est tout.

Bananâne: Tenez, voici mon prochain post. J'aimerais avoir votre retour.  Vous direz à Lilas ce que vous en avez pensé.

M. Mijesé s’assoit sur un banc pour lire.

Lilas: As-tu vu? Korbenix montre un exemple d'usurpation de son identité. Ils ou elles créent de faux profils en copiant les photos de son blog pour donner l'illusion qu'il aurait du temps à perdre à se créer plusieurs profils.

[mai 2021 -  Hello. Pour info y’a 2 faux comptes à mon nom sur Telegram qui propagent des bons plans merdiques. Attention à vous.
https://twitter.com/Korben/status/1390179967351369729 ]

Bananâne: Ouep. Il semble que des délinquants essaient de gagner de l'argent grâce à des clics publicitaires.

Lilas: Par contre, celui ou celle qui usurpe l'identité d'Elisa Rojas sur Twitter a des raisons sûrement politique.

[ juillet 2021 https://twitter.com/elisarojasm/status/1412432395480047620 ]

Bananâne: Oui. J'ai signalé le faux compte à Twitter. Le nom comporte un s en trop. Pour me remercier, Twitter a limité l'accès à mon compte. J'ai du cliquer sur "je ne suis pas un robot" et saisir un code reçu par sms pour retrouver l'usage de mon compte.

Lilas: Le faux compte a pour date de création "July 2021" donc logiquement l'internaute ne devrait pas se faire avoir.

Bananâne: Malheureusement, berner un internaute c'est facile. Depuis, j'ai dit bye, bye à Twitter. J'évolue sous d'autres cieux. Bon, allez je te laisse...J'ai un rendez-vous. A tout à l'heure...

Lilas: Oki.

Une retraitée arrive et crie "1€ la feuille de chou pour compléter le montant de ma retraite".

Elle agite des journaux écrits sur des feuilles en fibre de bananiers et ajoute: "L'équipe de "Partager c'est sympa" vient de mettre fin au premier chapitre de son livre. Découvrez son interview!"

Lilas donne 2 euros et lit:

31 mai 2021 - Une perte de sens chez des activistes pro justice sociale et environnementale.
- Partagez c'est sympa a démarré en 2015. De 4 personnes, nous sommes passées à trois. Nous avons l'impression d'avoir tout dit et que rien ne change.
- Informer d'une façon différente, n'est-ce point utile?
- Faire des vidéos toujours sur les mêmes sujets, les mêmes problèmes nous fait ressentir de la fatigue et de la démotivation.
- Tout reste d'actualité ou presque.
- Voilà. Et dire aux gens "oui on vous l'avez bien dit", à quoi ça rime?
- Ce que vous faîtes ne suffit pas mais les différentes façons de lutter ne forment-elles pas une intelligence collective qui forge des consciences?
- Nous avons l'impression que nous ne serons jamais à la hauteur car le mur est trop haut.
- En face, vous avez apathie et indifférence d'une masse, magouille et cupidité d'une minorité. Nous avons besoin de vous pour compléter l'offre des pensées alternatives.
- Merci mais nous ne voulons plus enrichir les algorithmes alors nous retournons dans le militantisme.
- je vous donne 3 mois pour trouver des projets plus longs.
- Il est clair que c'est la fin d'un chapitre mais pas d'un bouquin.

[ On arrête tout (pour le moment)
https://youtu.be/87NjMXGYLQE 
https://blogs.mediapart.fr/partager-cest-sympa/blog]

m Mijesé se lève et s'approche de Lilas: Le blog de Bananâne, c'est devenu n'importe kouaf. Elle parle des violences sexuelles. Personne ne devrait traiter ce sujet.

Lilas: Tiens, vous dîtes que c'est uniquement le sien maintenant. Intéressant...

m Mijesé: Un homme n'écrirait pas des trucs pareils.

Lilas: Un homme peut appeler sur son blog à ne pas prendre soin des migrants en France et à laisser se noyer des migrants en Méditerranée, comme votre ami Billevesé.

m Mijesé: Ben oui hein...Nous sommes envieux de tous ces étrangers, dans notre quartier, qui sont nourris, logés par l'Etat. 

Lilas: Je ne comprends pas pourquoi vous préférez qu'ils vivent dans la rue.

m Mijesé: A côté d'eux, je passe pour un français arriéré, drogué à ses habitudes et à ses traditions. Le sourire de ces pauvres me met en rage. Alors pour me soulager, j'adhère aux idées que tous les êtres humains ne sont pas égaux en droits et que ma façon de vivre est une tradition qu'ils se doivent de respecter.

Lilas: Et pourquoi devraient-ils copier votre mode de vie et pas le mien?

m Mijesé: Voilà. Vous m'énervez. Je ne peux plus rien faire sans culpabiliser.

Lilas: Pensez-vous que la personne qui appelle à cesser des violences, comme celles liées au patriarcat,  doive se taire et que celle qui appelle à user de violences doive être valorisée?

m Mijesé: Présenté ainsi, c'est bizarre. Mi, je pense que personne n'est violent contre les migrants en France et que ce sont eux les personnes violentes. Mi, je ne suis pas violent envers eux, je fais régner mon ordre.

Lilas: Considérer que tous les êtres humains ne doivent pas être égaux en droits, est l'expression de la violence qui se traduit par des guerres. Passez six mois dans la peau d'un migrant. Partez du Tchad et venez en France. Je vous vois vivre dans la rue sans pouvoir manger, boire, vous laver et les habitants appellent les forces de l'ordre pour vous molester et vous inciter à aller dormir dans la rue d'à côté.

m Mijesé: Impossible. Mi, je ne quitterai jamais mon quartier même après une catastrophe climatique, même si je dois me battre contre mes voisins pour de l'eau potable. Plutôt mourir ici.

Lilas: Vous croyez être quelqu'un de peureux et dénué de courage mais en réalité, le courage apparaît lors de situations critiques. La peur peut disparaître face à l'adversité.

m Mijesé: C'est vrai. Il est difficile de connaître sa réaction tant que nous ne sommes pas confrontés à la situation. Bon allez, je vais acheter les morceaux de cadavres à manger dans la semaine avec ma p'tite femme. A pluche!

Lilas: A pluche!

Monsieur Prospère arrive.

Monsieur Prospère: Je viens d'acheter des chaussettes. Les seules qui avaient l'air de permettre de rémunérer correctement les employés sont françaises mais elles ne m'ont pas l'air solides.

Lilas: J'ai testé celles en bambou et elles ont été vite trouées. Il faut que je teste d'autres modèles. As-tu lu les fichiers qui se trouvaient sur la clé USB? Celle que tu as récupéré lors de l'enterrement de Patate?

Monsieur Prospère: Oui. La dernière histoire aurait pu s'intituler "notre fardeau sur le dos" et l'ensemble pourrait s'appeler "deux ans d'histoires bancales".

Lilas: "Bancal est mon univers mental suite à cette vie infernale" est une histoire qu'elle avait commencé à écrire pour une exilée.

Monsieur Prospère: Oui, je lui avais rappelé que tant que les conséquences des violences sur le cerveau ne sont pas connues par la majorité de la population, les écrits à ce sujet ne seront jamais de trop. De la pédocriminalité à la violence, transformant un civil en une personne en situation de handicap dans un pays en guerre, le spectre de la violence est large. Les psychotraumatismes ne se soignent pas en trois mois mais en plusieurs années. Viens avec moi au bar IciTim. Je dois rencontrer Pied écrasé.

Lilas: Qui ça?

Monsieur Prospère: Je l'ai découvert dans cette histoire de Patate.

-
Entrée dans un monde du passé.

Dans le magasin de manga et bande-dessinée.

Patate lit l'introduction d'une BD-docu: Les femmes reçoivent le qualificatif de "godiche" ou "benête" quand elles parlent d'économie d'une façon qui déplaît à certains cadres supérieurs des banques. Par contre, les hommes ne reçoivent jamais de qualificatifs négatifs. Ce sont leurs idées qui sont moquées. Une femme appréciée par les marchés financiers comme Janet Yellen, choisie par monsieur Biden, ne sera jamais qualifiée de "benête". Elle a tout pour plaire à ceux qui nous engluent dans l'idéologie néolibérale qui exerce une primauté depuis 40 ans.

Patate se retourne: Oh pardon...Je viens de vous écraser le pied.

Pied écrasé: Ravi de vous revoir. Ma chaise roulante n'est pas pratique, elle met mon pied en situation de ne pas pouvoir bouger rapidement. Cela vous dit de prendre un jus de légumes frais?

Patate: Oki. Je conseille la marche aux valides pour revigorer les lobes du cerveau abimés par des psycho-traumatismes mais je ne sais pas quoi conseiller aux personnes qui ne peuvent pas marcher, comme vous.

Pied écrasé: J'ai la chance d'avoir des bras et d'aller à la piscine, sur prescription médicale, pour ma santé mentale et physique. Je suppose que nous pouvons développer des compétences mentales qu'ignorent les valides mais je ne me suis jamais intéressé à la question. Il faudrait interroger les femmes, ayant été victimes de violences. 

Patate: Je ne sais pas si le secteur de la recherche inclut les personnes en situation de handicap dans ses travaux sur la réparation ou l'atténuation des psychotraumatismes...J'ai encore vu une décision de justice où le comportement de la victime, qui a un réflexe de protection face à une aide à la toilette, est tellement minimisé qu'il en est nié à la fin.

Dix minutes plus tard, au bar des orties.

Pied écrasé: Je suis en train de devenir amoureux.

Patate: Les pulsations de mon coeur accélèrent.

Pied écrasé: Le mien est au bord de l'explosion.

Patate: Se retrouver aux urgences pour un problème de coeur n'est pas une option très romantique. Votre nez m'obsède depuis notre dernière rencontre.

Pied écrasé: L'incompréhension du personnel soignant sera totale face à un coeur qui s'emballe pour mon si beau nez de travers.

Patate: Les caméras de surveillance reliées à celle du centre de sécurité de la ville alerteront sur notre comportement bizarre.

Pied écrasé: La police viendra nous dire de dégager parce que notre comportement génère des alertes et que leur métier est de s'assurer de la non réitération de l'alerte.

Patate: Il est évident que l'abandon des secteurs pédopsychiatriques et psy pour adultes n'arrive pas par hasard. La société confond le verbe "soigner" avec "rendre conforme à l'ordre moral dominant" qui se définit par "cacher ce qui n'est pas valide" ou "cacher la vie". 

Pied écrasé: Et la société de vigilance, une émanation de la pensée sécuritaire, est incompatible avec Love First, l'Amour d'abord...

Patate: La méchante élite serait capable de nous considérer comme des extrémistes violents et de nous envoyer en garde à vue.

Pied écrasé: Pour l'Amour d'un pied maladroit.

Patate: Pour l'Amour d'un nez.

Pied écrasé: Il ne respirait que dans l'espoir de vous revoir.

Patate: Mes pas s'impatientaient de retrouver votre pied mais ma voix ne savait comment vous nommer. Je ne pouvais partir à votre recherche, sans connaître votre identité.

Pied écrasé: Piédené Junior sont mes prénoms.

Patate: C'est original. Moi c'est Patate.

Piédené Junior: Original aussi.

Patate: J'ai suivi vos conseils. J'ai acheté "Affaires privés. Aux sources du capitalisme de surveillance." de Christophe Masutti. C'est effectivement l'histoire économique de l'informatique.

[ https://cfeditions.com/masutti/ ]

Piédené Junior: L'auteur rappelle que l'informatique a été utilisée pour réaliser du profit à tout prix en dehors de toute éthique ce qui a amené la surveillance.

Patate: Oui je me souviens de la propagande des GAFAM pour ne pas se soumettre au droit. Elle consistait à dire, par exemple, que l'internaute souffrait d'une dépendance à leurs produits et que donc c'était trop tard pour sortir de la concurrence monopolistique. La dépendance résultait soit du choix de l'absence d'interopérabilité avec les produits concurrents, soit de pratiques d'abus de position dominante, soit... Nos gouvernements n'ont jamais été dotés du courage nécessaire pour affronter des milliardaires. L'argent a gagné sur les libertés et les droits humains.

[ https://www.developpez.com/actu/315624/Google-a-cache-les-parametres-de-localisation-afin-que-les-proprietaires-de-smartphone-Android-ne-les-desactivent-pas-selon-des-documents-judiciaires/ 
Pour avoir favorisé ses propres services dans le secteur de la publicité en ligne
https://www.autoritedelaconcurrence.fr/fr/article/lautorite-de-la-concurrence-sanctionne-google-hauteur-de-220-millions-deuros-pour-avoir]

Piédené Junior: Sandrine Rousseau chez EELV se présente souvent comme ayant la force suffisante pour ne pas céder face à des lobbies riches ou malfaisants. J'ai entendu parler d'elle pour la première fois lors d'une interview sur les violences sexuelles.

[ https://reporterre.net/Sandrine-Rousseau-On-a-besoin-d-une-radicalite-ecologique? ]

Patate: Si elle était élue présidente de la république en 2022, l'espoir reviendrait. Encore faut-il qu'elle soit candidate.

Piédené Junior: Le Craquant Ordre Néolibéral a pour devise MAMAMAIN, MArchandisations, de tout et n'importe quoi, au sein de MArchés gérés par une MAin INvisible. La main invisible étant un énorme gant contenant les mains des décideurs. Quand le gant devient un poing envoyé dans notre face, nous nous retrouvons knock-out. Nous nous relevons, sonnés, incapables de nous rebeller. Quand nous retrouvons nos esprits, il est trop tard. 

Patate: Trop tard car la réforme qui les avantage s'impose. Allez hop moins de cotisations sociales...parce qu'il faut participer à tirer les peuples vers le bas...

Piédené Junior: Et hop la réforme nous handicape un peu plus en baissant le financement des services publics. 

Patate: En échange d'un laissez-faire garanti par l'Etat, le Craquant Ordre Néolibéral promet de faire ruisseler son excès d'argent. La construction d'un yacht plus grand et plus luxueux que le n+1 ou le n-1 dans l'échelle Forbes, est vendue comme donnant du travail. Le chantage à l'emploi n'a pas sa place dans une démocratie vert-jaune-noir.

[ https://www.lemediatv.fr/emissions/2021/les-vacances-des-riches-detruisent-la-planete-e2EKBs4FSnmXiLeLYHGd7A ]

Piédené Junior: Et utiliser son excès d'argent à détruire la biodiversité marine est un comportement fort méprisable.

Patate: Le point commun des ultra-riches est qu'ils sont incapables d'impulser une justice sociale et environnementale. Pourtant ils ont l'argent. Ils peuvent investir dans la fabrication de produits non polluants, respectueux des libertés et des droits humains mais non ils préfèrent valoriser toujours plus leur patrimoine avec de l'argent qui pleure.

Patate sort une paille en inox de son sac à dos et aspire le liquide vert.

Piédené Junior: L'opportunité de s'enrichir en surveillant les clics des consommateurs a généré tout un tas de données qui tombe dans l'escarcelle de tous les gouvernements, qui peuvent s'en servir pour asseoir leur pouvoir. L'Inde est un exemple de démocratie qui se consume.

Patate: Oui, l'Inde a enclenché un virage vers 2014. Des étudiants défendent la laïcité face à un gouvernement qui défend l'hindouisme comme religion supérieure et ils sont jetés en prison. De même les étudiants qui protestent contre le nuage de pollution qui est leur quotidien sont considérés comme des criminels par le simple fait de manifester. Les défenses des libertés rejoignent le désir d'une justice environnementale.

[ https://www.zdnet.com/article/whatsapp-sues-india-as-modis-draconian-laws-for-digital-media-kick-in/ ]

Piédené Junior: Oui le simple fait de critiquer la politique du gouvernement autorise la police à rendre l'auteur coupable de délits qu'il n'a pas commis.

[ https://www.liberation.fr/international/asie-pacifique/en-inde-le-gouvernement-modi-se-pose-en-regulateur-autoritaire-des-reseaux-20210528_T25VPOXI55AUDFM3CVTU6OIGMM/ 
https://www.fr24news.com/fr/a/2021/05/whatsapp-poursuit-le-gouvernement-indien-pour-proteger-la-confidentialite-de-lutilisateur.html]

Patate: Ceux qui savent qu'un discours peut mener en prison se taisent même en public. Des intellectuels sont devenus muets de peur.

Piédené Junior: C'est amusant de voir que les étudiants écolos ou pro-démocratie, qui ont le courage de s'exprimer, sont qualifiés de "gauchistes".

Patate: Avant eux, la botaniste indienne Janaki Ammal, née au XIXe siècle, avait compris qu'il fallait lutter contre la déforestation. L'état de la planète montre que toutes les luttes anciennes avaient une raison d'être. 

Piédené Junior: Quel est le régime politique en Inde? Le racisme, TINA, l'amour de l'argent, les violences étatiques, le refus de la transition écologique...

[ https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20210308-janaki-ammal-la-pionni%C3%A8re-oubli%C3%A9e-des-%C3%A9tudes-botaniques-indiennes ]

Patate: En Inde, c'est l'extrême droite qui est au pouvoir. La France est entre la droite dure et l'extrême droite. Les Etats-Unis nous verrons avec Biden. La droitisation sur la planète entraîne une tentative de décrédibiliser toute opinion contraire. Le maintien de l'ordre choisi est violent. Or gouverner par la peur équivaut à montrer son absence de compétences et son désir de garder le pouvoir. Le journaliste gêne dès qu'il s'intéresse à la délinquance en cols blancs ou qu'il filme des violences policières sur les migrants ou la population.

Piédené Junior: Le gouvernement indien a rendu public des données personnelles numériques d'opposants. En publiant les échanges l'idée est de créer l'opprobre chez certains et la terreur chez d'autres.

Patate: Les intellectuels croyaient n'avoir rien à cacher aux Big Tech sauf qu'en échange d'un laissez faire économique les Big Tech se soumettent aux Etats. Même si Whatsapp va en justice pour tenter de protéger le respect de la vie privée des indiens, son intérêt reste économique et une perte confiance des utilisateurs nuirait au commerce.

Piédené Junior: Et les intellectuels, qui savaient qu'ils avaient leur vie privée à cacher à leur Etat, se mordent les doigts d'avoir fait confiance aux sociétés privées.

Patate: Nous sommes nombreux à créer des leurres depuis au moins une décennie dans nos données numériques pour tromper les sociétés commerciales.

Piédené Junior: Avec des gouvernements de plus en plus violents les leurres finiront par être interdits. Je regrette mon premier métier. Je créais des pompes à nez.

Patate: Pompe à nez, pompe à nez...Faut-il appuyer avec son nez pour s'abreuver?

Piédené Junior: Oui. Les vaches, qui ont la chance de ne pas vivre dans une usine mais à l'air libre, appuient avec leur nez et l'eau précieuse sort dans la gamelle.

Patate: Contexte?

Piédené Junior: La pompe à nez s'appelle aussi pompe de prairie. Elle est utile quand un cours d'eau traverse le lieu de vie des vaches et que la volonté est d'en clôturer son accès parce que les animaux piétinent tout, donc les berges. En outre, les déjections nuisent à la sécurité sanitaire de l'eau.

Patate: A cause des médicaments qu'ingèrent les vaches?

Piédené Junior: Pas seulement. A cause du surnombre qui vit sur place. Une vingtaine sur un petit espace.

Patate: Ouch!

Piédené Junior: L'éleveur n'a plus à venir remplir des abreuvoirs. Il n'a plus besoin de côtoyer son bétail.

Patate: Clôturer des cours d'eau? Mais quelle tristesse!

Piédené Junior: Un de mes anciens clients s'était retrouvé pendant trois semaines, fin août début septembre, avec une source d'eau à sec. Il a du...

Sortie d'un monde du passé.

Lilas et monsieur Prospère sont sortis d'un monde du passé par le brouhaha en terrasse du bar. Ils saluent le groupe et sont accueillis par une distribution du Macron Watch, un suivi du quinquennat, depuis 4 ans, servant de bilan.

A trouver ici: https://macron.watch
https://macron.watch/2021/08/06/le-recap-du-30-07-et-du-06-08-2021/


Mauve: Vous tombez à pic, mon nouvel ami Piédené allait nous expliquer sa première rencontre avec Patate.


Entrée dans un monde du passé ressemblant à un bois.

Piédené Junior: Bonjour. Le niveau de l'eau de la rivière est bas. Il n'a pas assez plu en hiver et au printemps.

Patate: Oui j'ai remarqué. J'aime bien placer sous surveillance oculaire la nature.

Piédené Junior: Quelle activité appréciez-vous le plus dans la vie?

Patate: J'adore écrire, comme un pied, des histoires.

Piédené Junior: J'ai commencé à écrire, comme un manche à balai, des histoires.

Patate: Excellent! Nous sommes faits pour nous entendre.

Sortie d'un monde du passé.


Piédené Junior: Nous avons discuté puis nous nous sommes promenés. Nous nous sommes revus. Je sais pourquoi Patate était à Gavarnie.

- oh non c'est la fin de l'Histoire...

- Je ne veux pas mourir!

- Nous n'allons pas mourir. Nous allons rester statufiés dans des histoires passées.

- Nan mais mourir c'est naturel.

Piédené Junior émet un raclement de gorge: Alors vous m'écoutez?


Entrée dans un monde du passé.

Patate: Mon coeur avait imaginé que Vincent était mon âme-sœur, mais son cœur lui en a désigné une autre.

Piédené Junior: C'est la vie.

Patate: Oui je sais. Néanmoins, mon cerveau continue à s'accrocher à lui.

Piédené Junior: Et si ce n'était qu'une chimère? Apparemment le Velcro de son coeur n'est pas compatible avec le votre.

Patate subitement songeuse: Le Velcro/scratch. Une plante. La grande bardane.

[ https://usbeketrica.com/fr/article/biomimetisme-peut-il-rendre-economie-ecologique-biomimexpo ]

Piédené Junior: Oui. Son fruit contient des poils efficaces comme poil à gratter. Il me fait instantanément penser à vous.

Patate plongée dans sa mémoire: Les petits crochets, de la Grande bardane, pointus comme des hameçons s'accrochaient aux poils de nos chiens lors de nos longues promenades.

Piédené Junior: Et son observation a inspiré des inventeurs. Le biomimétisme a donné le Velcro/scratch porte dessus.

Patate rêveuse: Parfois, je me demande si le velcro de mon cœur n'est pas si abîmé que personne ne pourra s'y accrocher.

Piédené Junior: C'est la vie, inégalitaire.

Patate: Mon ex-amoureux est un hypersensible. Il est doté d'un romantisme déjanté qui m'inspirait.

Piédené Junior: C'est la vie, inégalitaire et remplie de pertes.

Patate: Je l'ai perdu, à jamais.

Piédené Junior: C'est la vie, inégalitaire, remplie de pertes et d'amours mal ciblés.

Patate: Je ne vieillirai jamais à ses côtés.

Piédené Junior: Votre acuité mèn' à une vérité.

Patate: Je l'ai rencontré grâce aux ananas.

Piédené Junior surpris: Kouaf?

Patate: L'ananas est originaire d'Amérique tropicale, probablement d'un coin du Brésil.

Piédené Junior: Il me semble que la fibre des feuilles sert à fabriquer du papier doux et fin et même à produire un tissu de luxe aux Philippines. 

Patate: Intéressant.

Piédené Junior: Je l'ai lu dans "fruits tropicaux" de Valérie et Fabrice Le Bellec. Je peux vous prêter le livre. Je n'achète pas de livres en version numérique pour pouvoir les donner ou les prêter.

Patate: Oh oui avec plaisir! Ce sont les ananas bio du Bénin que je connais. Ils sont tellement savoureux, qu'étudiante je ne mangeais que cela.

Piédené Junior: Dîtes-donc, vous êtes quelqu'un de bizarre, vous...

Patate: J'ai une addiction à l'ananas.

Piédené Junior: Il est vrai que l'Ananas Pain de Sucre est un délicieux ananas du Bénin mais de là à en devenir dépendante...

Patate: Il a une forme très allongée. Il a une coloration naturellement verte. Il est goûtu. Il a tout pour plaire.

Piédené Junior: Son empreinte carbone est élevée.

Patate: Oui. Il arrive en avion pour me sustenter. C'est donc un produit de luxe.

Piédené Junior: L'addiction aux produits de luxe se soigne très bien en se renseignant sur ce qui se cache derrière sa production.

Patate: Vous parlez du luxe des néo-vulgaires. Là, il s'agit de commerce équitable et d'agriculture biologique, proche de la permaculture. C'est le vrai luxe. Un produit qui respecte l'environnement et l'être vivant.

Piédené Junior: Expliquez-moi donc le rapport entre l'homme de votre vie, enfin selon votre cerveau et pas le sien, et l'Ananas Pain de Sucre...

Patate: Ses parents sont arrivés en France en espérant participer à une vie meilleure. Ils ont repris une exploitation vinicole dans le champagne. Un fils est né qu'ils ont appelé Vincent. 

Piédené Junior: Un prénom qui montre une évangélisation catholique, non?

Patate: Madame Rumeurox m'a raconté que c'est un prêtre, fol amoureux du breuvage, qui a décidé un jour que Saint-Vincent serait le patron des vignerons. Je crois que ce n'est pas une rumeur mais une vérité du domaine historique. Avoir comme premier ou deuxième prénom Vincent est un grand classique chez les vignerons.

Piédené Junior: Logique...

Patate: Pour finir, ses parents se sont mis à importer des ananas de leur ex-pays pour compléter leurs revenus et partager les fruits de la croissance avec des ex-concitoyens.

Piédené Junior: Des ananas...Il me semble que le peintre naïf Alain Donnat avait exposé une peinture d'ananas à Sarlat il y a plusieurs années.

[ http://donnat-alain.com/misc1.html ]

Patate: Des ananas au chlordécone, ce toxique qui a rendu le sol de certaines de nos îles impropre à la culture pour des générations?

Piédené Junior: Non je ne pense pas. Il me semble que l'exposition de peinture présentait des métiers anciens et là c'était le ramassage d'ananas. 

Patate: Une petite ressemblance avec les vendanges. 

Piédené Junior: J'ai eu la joie d'être le gardien d'un chien qui adorait l'ananas. Il a visité cette exposition avec moi.

Patate: The bark vient de rappeler qu'il est possible de donner de l'ananas frais comme friandise à un chien mais pas un morceau provenant d'une conserve car le sirop de sucre peut amener diarrhée et vomissement. Il faut juste se souvenir que l'ananas contient trop de vitamine C pour un chien et que son fructose peut irriter le système digestif. Il ne remplace donc pas un repas mais peut servir de friandise-récompense si le chien apprécie.

[ https://thebark.com/content/can-dogs-have-pineapple-fruits-pups? ]

Piédené Junior: Je conservais des morceaux frais au congélateur. Et effectivement je en donnais que de petites quantités par jour.

Patate: Enfin, bref, j'ai rencontré mon futur ex-amoureux sur un marché. Il tenait l'étal de ses parents. Il vendait du champagne et de l'ananas bio du Bénin. Nous avons discuté de la vie de l'ananas et une histoire d'amour sans fin a démarré. 

tousssotte: sans fin feint de ne pas voir la fin.

Patate: Oui. Il me reprochait d'être tellement plongé dans mes écrits qu'il s'en retrouvait transparent. Il ne devait pas être heureux en ma compagnie.

Piédené Junior: Alors que maintenant il est heureux.

Patate: Exact. Pourquoi suis-je si triste s'il est si gai sans moi?

Piédené Junior: Un cerveau bancal?

Patate: Exact. 

Piédené Junior: Je suis inscrit à l'agence de rencontre des cerveaux bancals. Venez nous rejoindre, vous vous sentirez moins différente et peut-être votre âme-sœur s'y trouve-t-elle.

Patate: J'accepterais votre invitation avec plaisir mais je cherche à m'éloigner le plus loin possible de ce cœur qui continue à m'attirer. J'ai rendez-vous dans un mois à Gavarnie. J'ai postulé pour intégrer une équipe qui va écrire des histoires lors de campagnes d'appel aux dons pour le MédiaTV.

Piédené Junior: C'est bizarre car leur local se trouve en région parisienne.

Patate: Oui mais ils testent une idée de délocalisation d'une petite équipe avec comme décor les montagnes et sa biodiversité. C'est un ami d'enfance, Franky, qui m'y emmène car il a postulé sur un autre poste là-bas aussi.

Piédené Junior: Ah il est sympa.

Patate: Oui, enfin, il voit les femmes comme un objet devant se soumettre à l'homme mais bon j'ai l'habitude. Il est comme notre président de la république qui trouve le crop top indécent à l'école. Il pense qu'une adolescente en crop top est excitante alors il prône aussi l'interdiction de ce vêtement au collège et au lycée.

[ https://www.bfmtv.com/politique/tenue-decente-exigee-les-propos-de-macron-sur-le-crop-top-a-l-ecole-font-polemique_AV-202107020266.html ]

Piédené Junior: Cette manie qu'à ce gouvernement de vouloir tout contrôler jusqu'à la tenue des femmes, m'est insupportable.

Patate: Les publicités et les films ont renforcé chez Franky pendant des années son idée que la femme doit rester par tout moyen un être-objet contrôlable par l'homme.

Piédené Junior: Brr! Je n'ai pas envie de le rencontrer.

Sortie d'un monde du passé.

Piédené Junior: Voilà. Ensuite nous avons entamé une relation amoureuse mais ceci relève du domaine de la vie privée. J'avais réussi à la convaincre qu'elle ne pouvait rendre qu'un seul homme heureux sur terre, moi.

Monsieur Prospère toussote: Une vie banale pour une femme banale. Une fin de vie pas banale, même si finir découpée pour une patate est d'une banalité. Nous ne choisissons pas notre prénom.

Le groupe commente: Ben oui elle avait le droit de se déplacer si elle avait coché qu'elle se rendait à un entretien d'embauche sur l'auto-attestation de déplacement. Elle est juste stupide d'y être allée avec Franky. Encore un truc d'écolos, le covoiturage, pour dépenser moins et polluer moins.

Monsieur Prospère: Cette histoire ne peut se terminer sans rappeler l'enfance de Franky. Quand il était gamin, il voulait être policier pour pouvoir crever les yeux ou la mâchoire avec une arme type LBD. Il rêvait d'être responsable d'une main arrachée et de recevoir les félicitations de ses chefs. J'avais mis Patate en garde mais elle disait qu'un cerveau bancal t'empêche de voir le mal. Chers lecteurs et lectrices si l'histoire de Patate est finie, j'espère me retrouver comme personnage dans les prochaines histoires des Sadicuss...

Des "moi aussi" fusent...

Mme Ragotix: Avant de clore ces histoires, nous devons aussi dire merci au lecteur pour sa référence à la fable la grenouille et le boeuf de Jean de la Fontaine. Le sujet des GAFAM n'a pas encore été complètement traité. Il a sa place dans l'histoire des Sadicuss qui arrivera d'ici novembre si rien ne l'en empêche.

Monsieur Prospère ouvre un livre qu'une inconnue vient de lui offrir. Il lit l'introduction à haute voix:


Des êtres humains se croisent dans une rue. Ils vivent sur la même planète mais leur vision de la réalité diffère tellement que l'impression est que la planète est traversée par plusieurs univers parallèles restant disjoint ou s'entrechoquant selon les moments. L'exemple phare est celui de la personne ayant subi des violences physiques, psychiques, sociétales (bureaucratisation numérique...) qui n'a pas le droit de s'appeler victime. La société soit nie la réalité des faits, soit les minimise, soit occulte les conséquences des violences sur le cerveau. Au quotidien différents mondes se côtoient.

Entrée dans un monde parallèle.

Un couple d'entrepreneurs se promène.

- Oh regarde un journal en papier!

- Faut-il être fou pour ne pas lire sur un support numérique?

- Une folle sur la plage!

- Hé mais n'est-ce pas celle qui se prend pour une patate?

- Ouais, tu as raison. C'est celle qui se prenait pour une banane dans un autre blog.

- Elle est complètement barrée, elle.

- Ouais, elle a un grain vu que la normalité c'est nous.

- Ouais nous, nous lisons le journal en version numérique, comme les gens normaux quoi...

- Ouais mais non, nous ne lisons pas de journaux, nous ne lisons que des posts Facebook. D'ailleurs t'es cadre chez eux.

- C'est facile, c'est pratique. Elle devrait faire comme nous au lieu de se contorsionner à lire Le Monde sous l'oeil vif du soleil.

- C'est pas elle qui lit Médiapart?

- Si...Et c'est en version numérique.

- Du papier, du numérique...

- Un grain. Elle a un grain...

La désignée: Bonjour! Merci! Merci! C'est le premier compliment que je reçois depuis des mois. Donner du grain à moudre avec un grain de fantaisie permet de veiller au grain! Telle est ma devise!

Le couple effrayé, s'enfuit...

Un autre couple arrive.

- Bonjour! 
- Bonjour!

- Bonjour!

- Ma compagne n'a jamais mangé dans un restaurant de sa vie, faute de moyens.

- Heu..Ben...Je ne sais que dire...

- Bourgeoise!

- Hein? Et pourkouaf?

- Votre journal coûte 3 euros. Si vous en achetez plusieurs dans le mois c'est le prix d'un restaurant pour ma compagne.

- Vous avez raison.

- Savez-vous que vous avez d'autres moyens de dépenser votre argent comme aider à financer les frais de justice à Toulouse de plusieurs personnes en situation de handicap qui manifestaient pour augmenter leurs droits ou juste pour pouvoir survivre.

[ https://www.helloasso.com/associations/handi-social/collectes/proces-de-la-honte-et-handicapes-condamnes-appel-a-soutien

https://www.streetpress.com/sujet/1616583458-toulouse-la-justice-humilie-des-militants-handicapes
https://www.bastamag.net/16-activistes-pour-les-droit-des-personnes-en-situation-de-handicap-en-proces-a-Toulouse-Odile-Maurin-Handicap-Handisocial

https://www.ladepeche.fr/2019/05/06/toulouse-une-militante-gilet-jaune-handicapee-poursuivie-devant-le-tribunal,8184458.php

https://www.lejournaltoulousain.fr/societe/handicap-militants-accessibilite-six-mois-prison-sursis-toulouse-120979/]

- Cette répression que subit Odile Maurin me révolte. Un énorme sentiment de culpabilité m'envahit tout d'un coup...

- Pour construire une société basée sur l'entraide et viable économiquement, il faut commencer par aider ceux qui en ont besoin.

- Vous avez raison mais nous avons aussi besoin du savoir pour rompre avec les modèles politiques existant, pour contrer les idéologies mortifères et pour proposer un autre modèle de société auquel une majorité de citoyens pourra adhérer, au moins en partie.

[ http://mouais.org/ ont des petits moyens alors qu'ils méritent d'en vivre

exemple de lecture: le monde secret du travail social - l'abonnement permet de recevoir le journal en version papier

http://mouais.org/wp-content/uploads/2021/02/MAQUETTE-Mouais131_compressed1.pdf

leur blog https://blogs.mediapart.fr/mouais-le-journal-dubitatif]

- Vous avez raison. Et les journalistes pour travailler ont besoin d'être rémunéré. J'étais en train de ressentir de la colère envers notre gouvernement qui essaie de cliver la population en favorisant financièrement les riches et en nous présentant face à eux comme des êtres vivant juste bon à être exploité.

- Savez-vous qu'une partie des nantis n'a pas demandé à payer moins d'impôt et rêve de placer son épargne dans des produits solidaires et participant à une transition écologique de qualité?

- Pourquoi alors le gouvernement laisse-t-il entendre qu'il répond aux désirs des riches, comme celui de souhaiter avoir moins de devoirs que les pauvres, alors?

- Il parle de son électorat, de ses soutiens dans les médias, dans le parti LR, dans la parti du Modem. Le souci est que majoritairement les nantis qui participent au lobbying du monde politique sont des cyniques.

- Bon, alors parlez de nous autour de vous...Parlez des privés d'emplois, des travailleurs précaires comme n'ayant pas d'épargne permettant de faire face aux aléas de la vie. Nos difficultés de vie au quotidien montrent que nous méritons d'être respectés, contrairement aux gros patrimoines qui n'ont pas l'occasion de montrer du mérite dans leur vie.

- La campagne du président pour l'élection présidentielle de 2022 a démarré à Marseille. J'espère que des projets politiques s'opposeront clairement à la bureaucratie numérique actuelle synonyme de surveillance de masse qui est un facteur de chronicisation d'une nouvelle forme de violence et qu'ils proposeront de remplacer ces problèmes par une option à l'informatisation à outrance et un surcroît de justice sociale et environnementale.

- Oui ils sont forts les hommes et femmes politiques pour fabriquer de la violence. Il est temps que je vous laisse sinon nous allons créer une histoire sans fin. Je pars organiser une collecte auprès de mes amis pour payer le restaurant à ma compagne.

- Oki. Bon dimanche!

- Bon dimanche!

Sortie de l'univers parallèle.

-------------------
Après l'histoire de Patate, quelle suite?

1- Des posts pour participer à la réflexion de l'été sur la nature de notre régime politique, basés sur l'actualité nationale et internationale. 
Pour les lecteurs et lectrices qui préfèrent les histoires et trouvent ennuyeux de longs posts, je vais mettre en gras des idées clés et fournir un plan, pas du tout proportionnel aux nombres de lignes. Une lecture superficielle sera possible. Les lecteurs jugeront de la réussite ou de l'échec de cette intention :o)

2- Puis l'histoire d'Ultra Cynicuss et du passe sanitaire, promise à certains a pris du retard à cause de numéro 1. Elle est commencée.

Si je descendais du poulpe, j'aurais 4 bras et plusieurs cerveaux, quel pied!

----

mis à jour le 24 sept 2021 -  erreur sur le nom de dame Odile. Un lapsus m'a fait créer une affiliation avec Edgar Morin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.