Les idéologies néolibérales et sécuritaires flirtent: voilà l'Etat technopolicier?2/7

Les manifestations, depuis la mise en place du passe sanitaire, s'interrogent sur les mots dictature et démocratie. Voici un début de réflexion qui retrouve systématiquement les pensées sécuritaires et néolibérales.

- Bonjour à tous et à toutes! Vous voici assis pour trois heures d'écoute. Le thème est "La fin d'une histoire et le début d'une autre ou une histoire sans fin".

Des "oh non je ne tiendrai pas 3 heures. Moi non plus" s'échangent dans l'herbe.

- Pas de panique! Nous allons vous fournir la liste des pays et des sujets traités ce qui vous permettra de choisir vos moments de sieste. Le plan des posts est ici:

https://blogs.mediapart.fr/isabelle-clere/blog/270921/les-ideologies-neoliberales-et-securitaires-flirtent-voila-letat-technopolicier17

- A partir de l'actualité française et internationale, nous proposons une attention portée sur des régimes politiques. L'objectif est de penser la modernisation du vocabulaire concernant un peuple opprimé par l'Etat et/ou par un individu et/ou par une caste et/ou par une organisation économique.

Une trompette annonce une nouvelle importante: Un collectif d'anonymes cherche à bien nommer la république démocratique française et présente la première partie de ses notes.

Les mots du dictionnaire ne correspondant pas à la situation actuelle, il est fait appel à toutes les idées pour inventer un terme désignant notre régime politique et son évolution actuelle.

Une monarchie républicaine.
Le président de la république concentre trop de pouvoirs. Il a même pu, légalement, les augmenter depuis le début de la pandémie. La gestion erratique de la crise sanitaire montre les conséquences désastreuses d'une telle possibilité.

L'Etat d'urgence.
Par définition, l'état d'urgence est un état d'exception. Or, la durée de l'état d'urgence, voté suite aux attentats de fin 2015, ajoutée à celle liée à la cris sanitaire arrive déjà à trois ans, en cumulée. Il donne des pouvoirs exceptionnels au pouvoir exécutif. "Il permet d'accroître les pouvoirs de police de l'exécutif, de transférer des compétences du juge judiciaire, garant constitutionnel des libertés individuelles, au juge administratif, qui assure traditionnellement un contrôle plus limité de l'action de l'exécutif, et de restreindre des libertés qu'en temps normal, le droit ne permettrait pas de réduire".
Le droit pénal s'est mis à copier le droit de l'antiterrorisme.
L'acte n'est plus seulement sanctionné. L'intention seule peut l'être, c'est à dire la volonté de passer à l'acte. Le terrorisme a engendré de nouvelles logiques légales. L’État s'est octroyé le droit de contrôler des comportements et non plus des actes.

Une druidesse, toute ridée, tape avec son tronc de cornouiller sur une estrade et annonce la naissance de "la logique du soupçon généralisé".

Une interview de maître Arié Alimi est diffusée. Il en donne la définition: "chacun est susceptible d'être un danger et donc un délinquant".

[ Avions-nous réellement besoin de déclarer l'état d'urgence en 2015 en restreignant les libertés pour lutter contre la menace terroriste? 
livre - Le coup d'état d'urgence - surveillance, répression et libertés - Arié Alimi - 15€ - janvier 2021]

Dictature douce/souple.
Le 1er mai 2018, la répression étatique était violente pour la fête du travail. Elle est entrée dans l'histoire sale avec un proche du président de la république, déguisé en policier, m. Benalla, filmé en train de tabasser. La leçon de maintien de l'ordre de cette personne, travaillant à l'Elysée, nous apprend que l'Etat doit user d'une violence brute sur les manifestants. Le journaliste Taha Bouhafs rappelle souvent qu'un policier qui frappe n'était pas un sujet pour les médias dominants. Il a fallu connaître l'identité professionnelle de la brute pour que ces médias s'intéressent aux violences sur la population. 

[ https://www.lemediatv.fr/emissions/2021/la-contre-matinale-1-l9cKdyELSEqyMfkfmb_heg
https://taranis.news/2018/07/rushs-alexandre-benalla-avec-les-hauts-grades-de-la-prefecture-de-police-lors-de-la-manif-du-1er-mai/ ]

Lors de la fête à Macron dont les opposants politiques célébraient les un an au pouvoir en mai 2018, une juge exprimait sa crainte à The New York Times que le pays soit entré dans une dictature douce ou une dictature souple (soft dictatorship): "Nous avons des inquiétudes sur la garantie des libertés individuelles et sur la garantie des droits fondamentaux".
Ensuite, le mouvement des Gilets jaunes a démarré en octobre 2018 et a confirmé que le sens de l'histoire choisi par le gouvernement Macron est de maltraiter une partie de la population et de tuer des bouts de droits et de libertés. Pour comprendre les différences de traitement entre les pauvres et les privilégiés, le journaliste Taha Bouhafs a utilisé l'image d'un Gilet jaune qui aurait pris une fourchette au Fouquet's et se retrouverait en comparution immédiate alors que les procès de m. benalla ne débutent que trois ans après, en septembre 2021, ce qui lui permet de dire qu'il ne se souvient pas.

[ https://www.nytimes.com/2018/05/05/world/europe/emmanuel-macron-france-protest.html ]

Empêcher de manifester. 
Des arrestations préventives illégales ont été utilisées pour empêcher de manifester. Puis il a suffit d'utiliser le droit tout juste créé à cette intention.
La loi anti-casseurs du 10 avril 2019 crée un délit de dissimulation du visage ce qui permet de placer en garde à vue pour empêcher de manifester. Et tiens voilà l'informatique au service d'un État qui cherche à faire disparaître des manifestants des rues. Des policiers regardent des vidéos, identifient des manifestants au moment où ils se cachent le visage pour les convoquer. Une avocate note que le réflexe face aux tirs de gaz lacrymogène est de mettre quelque chose sur le nez. Un toulousain a été condamné à deux mois de prison ferme pour simple dissimulation du visage.
L'avocat Raphaël Kempf note que c'est une loi scélérate qui permet aussi des contrôles préventifs, toujours dans le but d'empêcher de manifester.

#solution - "Une fois qu'on a identifié les lois scélérates, on doit en demander l'abrogation. Il est nécessaire de rappeler l'importance du combat pour les libertés. La revendication de l'abrogation d'une loi est une revendication fondamentale".

[ https://www.streetpress.com/sujet/1600096817-prefet-paris-bien-ordonne-arrestation-preventive-gilets-jaunes-lallement-darmanin-
https://www.bastamag.net/gilets-jaunes-champs-elysees-justice-repression-condamnations-violences-police-loi-anti-casseurs-prison 
livre Ennemis d’État. Les lois scélérates, des « anarchistes » aux « terroristes », La Fabrique, Paris, 2019 ]

Le fascisme

La presse, la tête, les discussions, les blogs, l'art, les travaux de chercheurs, la rue, concentrent des manifestations de pensées critiques.
Annihiler toute volonté de manifestation, de conflit social, de pensée alternative est un pan du fascisme. Diminuer le poids des syndicats peut être l'indicateur qu'un pays est en train de s'aventurer sur une pente dangereuse.

Un blaireau arrive: Excusez-moi d'interrompre cette histoire, mais je me demande si nous sommes des victimes du fascisme vu que des chasseurs viennent nous exterminer dans d'atroces souffrances chez nous, dans notre maison. Et si je vais en manifs réclamer des anti-douleurs pour tous, pour qu'un blaireau souffre moins lorsque des sadiques le font passer de vie à trépas, je ne reviens pas vivant. Les blaireaux vivent donc en dictature?

[ https://www.aspas-nature.org/actualites/non-chasses-les-blaireaux-sortent-plus-tot-des-terriers/ ]

Une araignée: Non, ces mots sont réservés aux violences infligées par des zhumains sur leurs congénères. Les animaux non humains qui sont victimes d'extermination de masse, de tortures n'ont pas de possibilité d'appeler au secours d'autres animaux non humains. Nous ne savons pas nous organiser pour nous défendre des zhumains. Parmi les exceptions figurent les éléphants mais ils finissent exterminer par des armes. Ce sont d'autres animaux, humains non chasseurs, qui disposent du pouvoir de nous protéger.

Un chien berger belge: Mon gardien est historien. Il répète sans arrêt qu'il faut commencer par définir ces mots avant de discuter du sujet. Pour certains, le fascisme désigne le régime de Mussolini en 1922, pour d'autres le nazisme. En réalité, il faut mettre nos pendules à l'heure. Le fascisme du passé ne sera pas celui du présent. Il faut donc éviter les références au passé et utiliser celles du présent. Elles sont suffisamment nombreuses. 

Un corbeau: J'ai cru comprendre que le capitalisme est la description actuelle de l'Economie et de l'organisation de la société. Le néolibéralisme est une école de pensée qui oriente les décisions politiques de nombreux pays et il a évolué vers le libertarianisme autoritaire au Brésil, par exemple.

[ livre - La finance autoritaire - vers la fin du néolibéralisme - 2021 - M. Benquet et T. Bourgeron. ]

un beagle: Edwy Plenel dit "follow the money" aux journalistes. Là, les auteurs de la finance autoritaire ont suivi la même stratégie. Ils ont regardé les sommes d'argent dépensées par différents secteur financiers pour les campagnes de vote pour ou contre le Brexit. Le résultat est que les hedge funds, des fonds d'investissement et pas la finance historique ont valorisé la sortie de l'Union européenne. A méditer...

L'araignée: L'économie est une science molle reposant sur des hypothèses, donc sur des biais cognitifs.

Une salamandre: J'ai entendu dire que si elle est capable de sortir des vérités concernant le passé, comme l'informatique, reconnaître un cancer de la peau archi connu, analyser les causes de la crise de 2008, elle reste incapable de prédire l'avenir. Dire que telle peau avec telle quantité de soleil va déclencher un cancer n'est pas une prédiction magique mais un fait connu qui sera affublé d'une probabilité d'apparition.

L'araignée: L'Economie, à trop rêver de devenir une science dure en utilisant les mathématiques, s'est éloignée du peuple.

Le corbeau: Nos gouvernements appuient leur politique sur la fiche de tel économiste de pensée néolibérale pour se donner un air sérieux. La réalité est que cette fiche est sous l'influence d'intérêts privés, qui sont en état de choc quand est évoquée la défense de droits humains, de droits environnementaux  ou de droits sociaux.

Le beagle: Si tu suis la piste des décisions politiques, tu notes une fusion entre l’État et une classe dominante. Je ne suis même pas sûr que l'économiste néolibéral ne soit pas devenu l'homme de paille d'un gouvernement autoritaire.

Le corbeau: S'il n'est pas l'influenceur du gouvernement, l'économiste qui défend la nouvelle finance reste néanmoins indispensable aux financiers sans foi ni loi pour diffuser leurs idées vers les politiques, les journalistes et leur entre-soi puis par ricochet vers la population.

Un chien Westouille: Au début, le capitalisme était familial et consistait à accumuler du capital. Aujourd'hui, le capitalisme est spéculatif.

Le blaireau: Oui. Les zhumains au lieu de stabiliser un environnement sain, convivial, ont créé une organisation qui joue avec l'avenir de leurs congénères si bien que le futur est encore plus source d'angoisses qu'avant.

Le chien berger belge: La forme actuelle de capitalisme se nourrit de corruption et d'autoritarisme. Il autorise à la fois le racisme et la bureaucratie numérique qui donne un totalitarisme connecté. Le sens de l'Histoire est d'aller vers moins de violences, plus de droits et plus de libertés et surtout vers une baisse continue des inégalités. L'autoritarisme grandissant mène vers l'exact opposé. Nous, les animaux, sommes les premières victimes de leur malfaisance.

Le chien Westouille: Ma gardienne écrit des histoires. Elle utilise le mot fascisme dès qu'il est question de déshumanisation. Elle oublie toujours que si elle ne l'écrit pas, le lecteur ne peut pas le deviner. Elle est tête en l'air.

Le chien berger belge: Mon gardien rappelle sans arrêt qu'il existe une variété de fascisme.

Le chien Westouille: Si les humains écoutaient les récits des exilés, ils le comprendraient et auraient des idées pour améliorer leur propre pays et donc aussi la vie des animaux non humains.

Le chien berger belge: Ou pas. Une partie continuera à être incapables d'avoir du recul sur son pays par déni ou par peur de perdre ses privilèges. Elle reconnaîtra que le régime politique a détruit 30% des oiseaux, a pollué l'eau, l'air, le sol, a donné carte blanche aux marchés financiers, tolère de moins en moins les critiques sur les institutions, instaure une surveillance informatique de plus en plus large. Elle dira néanmoins que le régime est très démocratique parce qu'une minorité va voter pour que rien ne change. Elle dira "taisez-vous et ne vous révoltez pas".

Le chien Westouille: En suivant cette opinion, il me semble inéluctable d'entrer dans un régime policier ou un totalitarisme connecté de niveau supérieur. Les idiots et les privilégiés nous amèneront dedans et il faudra attendre d'y être enfermé pour qu'une partie de la population comprenne ce qui se passe. Néanmoins, je ne me résous pas à cette vision pessimiste. Mes ancêtres écossais, les West Highlander, étaient connus pour être tenaces dans la défense de leurs opinions. Ils n'étaient pas seuls et l'union fait la force.

Une taupe: Le sociologue Ugo Palheta a écrit un livre en 2018 à ce sujet. Il dit que le fascisme ne meurt pas et mute. Selon lui, "le fascisme peut être envisagé soit sous l’angle de son idéologie (son projet), soit sous l’angle des mouvements portant cette idéologie, soit sous l’angle des régimes, des États". 

[ http://cqfd-journal.org/Le-fascisme-a-mute ]

Le chien Westouille: Qu'est-ce que tu lis, toi! Si je lisais autant, je deviendrais myope comme une taupe. Je préfère découvrir de nouveaux horizons et lire avec ma truffe. J'en apprend aussi beaucoup sur mon environnement.

Une souris: Là où je loge, le jeune zhumain regarde des vidéos, dont celles d'horizon gull, qui, comme nous, cherchent à comprendre le mal pour trouver des solutions. Dans la partie 1 de la vidéo "les autoritaires",  des chercheurs émettent l'hypothèse qu'un certain environnement social amènerait une personnalité autoritaire à devenir potentiellement fasciste. La vie de la personne forgerait une personnalité autoritaire ou anti-démocratique, encline à la soumission à l'autorité, réceptive et productrice de préjugés racistes ou plus globalement ethnocentriste 

[ https://skeptikon.fr/videos/watch/9ad8c312-3d2b-4fda-8e80-3ef346a64379

https://www.hacking-social.com/ ]

Le chien berger belge: Mon gardien les a visionnées aussi. L'ethnocentrisme est notre tendance à valoriser notre groupe d'appartenance par rapport aux autres. Quand il devient rigide, le groupe ne se remet plus en cause et se positionne comme supérieur aux autres.

La souris: L'autoritaire répond à la peur et aux hostilités vis à vis d'un groupe. Il renforce les préjugés, la discrimination, l'idée qu'un seul mode de pensée doit dominer, ce qui donne envie à certains de se soumettre à l'autoritaire. 

Le chien berger belge: Hiérarchiser les individus selon le groupe auquel ils sont identifiés, permet de donner plus de droits à son groupe, plus de biens car il est supérieur. La hiérarchisation légitime le plus méritant. Les autres sont différents, moins légitimes, inférieurs, moins méritants. Les autres sont à blâmer. Le plus fort est celui qui appartient au groupe supérieur. Des individus soutiennent ces idées car les dominations qu'elles leur apportent, amènent des avantages non négligeables, comme une réponse au besoin d'estime.

La souris: C'est une raison pour laquelle, des hommes et des femmes politiques ne travaillent pas pour l'intérêt général mais à perpétuer leur pouvoir de domination.

Le blaireau: Je trouvais étonnant que la chasse à courre existe toujours. Je comprends mieux. Les chasseurs ont réussi à faire croire que leur loisir les classe dans un groupe supérieur aux autres ce qui leur donne le droit de torturer, de tuer.  Si les chasseurs se retrouvaient avec les mêmes droits que tout le monde, ils n'auraient plus le droit de torturer des animaux.

La souris: Je ne suis pas certaine qu'il soit ici question de hiérarchie entre les êtres humains. Ils utilisent le chantage du "je vote pour toi et je finance ta campagne si tu m'obéis".

L'araignée: Ce n'est pas joli, joli ces comportements qui valorisent une organisation de dominants/dominés et donc les plus forts.

Le blaireau: Si les postes de ministres étaient tous occupés par des personnes en situation de handicap, le plus fort ne serait plus forcément le valide.

La souris: Chez les zhumains, le plus fort est souvent celui qui dispose d'une arme létale ou du pouvoir de vie ou de mort obtenu par la taille de son patrimoine.

Le chien berger belge: Horizon Gull/ hacking social évoque aussi le patriotisme qui, en refermant la nation sur elle-même, devient un prétexte à dévaloriser tout ce qui est étranger, ce qui nuit à l'intérêt collectif.

La taupe: Méfiez-vous des mots comme libéralisme qui ont une définition différente aux Etats-Unis et ici. Et le conservatisme en 2021 est différent de celui de 1940.

Le blaireau: Ouh là là, cela devient trop complexe pour moi. Je propose de quitter cette histoire et de la rendre aux animaux humains.

la taupe: Hé attends! Le parti animaliste présente une candidature en 2022 à la présidentielle. N'est-il pas temps d'en parler?

[ https://parti-animaliste.fr/ ]

"Plus tard" lui répondent les autres invités.

- Je propose une pause de cinq minutes. Le temps pour notre cerveau de revenir dans la poursuite de nos notes, concernant le régime politique de la France.

Un brouhaha. Cinq minutes plus tard...

Une démocratie représentative.

Elle devrait comprendre au minimum un État de droit, une séparation des pouvoirs, des élections pluralistes et libres, la liberté de la presse, une non professionnalisation de la politique...

La France se retrouve avec un groupuscule qui est à l'origine du droit. 
Et il rogne chaque année des libertés. 
- La police veut être le pouvoir qui dicte la définition de la politique pénale, le contenu des lois, et elle réclame une impunité pour elle-même. En démocratie, la police n'est pas un pouvoir mais un service public.
- Des lobbies riches écrivent le droit ce qui explique l'impossibilité de sortir de la pollution, le gaspillage de tout et n'importe quoi, l'absence de choix de minimisation des données personnelles numériques pour protéger les français, le commerce autorisé de nos données personnelles etc.
- Le journalisme d'investigation est en voie de disparition.
- La loi secret des affaires, la loi renseignement de 2015 puis l'accumulation incroyable de lois depuis quatre ans nuisent au droit de savoir. 
- Une idéologie considère la nouveauté informatique comme ne devant pas se soumettre au débat, ne devant pas être refusée ou interdite. 
- L'abstention porte au pouvoir des individus qui y arrivent par opportunisme et pas pour mettre en place un programme choisi par une majorité de citoyens.

La démocratie repose sur un État de droit.
Il prévient l'arbitraire de l'exécutif. contrepoints.org résume en écrivant que l’État de droit comprend la hiérarchie des normes (le droit européen est supérieur, sauf pour la chasse si j'en juge par les manifs de chasseurs en sept 2021), le principe de légalité, les droits et libertés fondamentaux, le principe de sécurité juridique. Il suppose la séparation des pouvoirs avec l’indépendance du pouvoir judiciaire et le juge est le garant de l’État de droit.

[ https://www.contrepoints.org/2021/09/01/404221-loi-halimi-la-reforme-de-lirresponsabilite-penale-affaiblit-letat-de-droit ]

L’État de droit est donc un État soumis au droit et qui le respecte. Les libertés publiques n'existent que si le droit qui les protège est respecté. Si le droit est respecté, chacun sait à quoi s'attendre. L’État de droit rend prévisible le traitement par la justice. Il protège de l'arbitraire, comme le sont les arrestations abusives.

L'état de droit suppose l'existence de contre-pouvoirs face aux décisions gouvernementales (à l'arbitraire de l'Etat). 
Le conseil d'état et le conseil constitutionnel froissent peu le pouvoir car leurs membres sont issus des mêmes communautés de privilégiés complétement lunaires dès qu'il s'agit de comprendre la vie d'un citoyen sans patrimoine ou l'informatique. Le conseil constitutionnel peut censurer les projets du gouvernement à la place des parlementaires. A quoi servent les parlementaires?
La CNIL sert juste à dire "ouais bof c'est mal mais bon vous faîtes ce que vous voulez". 
La droite majoritaire au sénat soutient, lors des votes impactant gravement le pays, le gouvernement. A l'Assemblée nationale, l'opposition représente au mieux une soixantaine de députés. Les autres ont soutenu par leurs votes ou en refusant des amendements progressistes:
- les reculs du droit pour les travailleurs, pour les défavorisés de tous poils et aussi 
- le rognage constant de libertés et aussi 
- l'augmentation de fichiers policiers, et aussi 
- la hausse de l'armement des forces de l'ordre intérieur (et en prime avez-vous lu les appels d'offre sur les LBD, drones?), 
- et aussi freinent la sortie du système patriarcal, 
- et aussi freinent la sortie d'une société construite pour les valides physiques et mentaux, 
- et aussi freinent des avancées radicales pour une agriculture beaucoup plus saine, la fin du gaspillage de la consommation d'animaux morts, la protection de l'air, de l'eau, du sol,
- et aussi augmentent le pouvoir des services de renseignement qui sont les instigateurs d'une surveillance de masse numérique. 
La surveillance de masse administrative existe déjà. Les administrations de l’État ont obtenu le droit de se partager les données des usagers qui sont traités comme des êtres sans émotions. Cela va jusqu'à l'accès aux comptes bancaires. Les bureaucrates sécuritaires et leurs affidés appellent cette déshumanisation sans nom, simplification administrative ou lutte contre la fraude.

Deux intermittentes du spectacle amènent une pancarte et la plantent dans la simulation d'un cimetière de zombis élevés dans l'idéologie sécuritaire: "La lutte contre l'insécurité civile (fraude, délinquance) étouffe la nécessaire lutte contre l'insécurité sociale".

[ Quelle drôle de démocratie ! Où les élections ont lieu sans les électeurs.
https://www.lemediatv.fr/emissions/2021/en-france-les-contre-pouvoirs-nexistent-plus-cemil-hebdo-5-Cxz1hpgDTm2Qe_oXfm8R6A ]

#solution - La révocabilité de ceux qui exercent le pouvoir est devenue une nécessité. Ils devraient rendre des comptes aux citoyens.

[ livre - manuel indocile de sciences sociales - pour des savoirs résistants

https://www.librairiesindependantes.com/product/9782348045691/ ]

#solution - Il faut mettre en place un contre-pouvoir pour empêcher ou alerter sur des dérives idéologiques qui utilisent l'informatique.

La toute puissance accordée à l'informatique maltraite des êtres vivants.
Dans un post précédent, nous avions observé que le service public devient payant pour ceux qui se retrouvent de gré ou de force à avoir une vie peu polluante ie: une vie sans ordinateur et sans imprimante. L'informatique est source d'erreurs. Elle retarde un versement ou réclame un remboursement. La personne qui reçoit un revenu de solidarité active ou une allocation logement finit par être considérée comme un numéro dans un fichier alors qu'elle ne peut se permettre d'attendre des mois la rectification d'une erreur. Si elle avait le patrimoine des ministres ou des sénateurs, elle n'aurait pas besoin d'aide sociale.

[info: Le sujet est développé dans le post n°4/6]

Une démocratie à faible ou à haute confiance. (Roberto Rega)
Pour installer une justice sociale et environnementale, les citoyens doivent avoir confiance en leurs élites et les élites doivent avoir confiance dans le respect de leurs décisions.

[https://www.lafabriqueecologique.fr/app/uploads/2020/02/Note-38-Ecologie-Democratie-VD-1.pdf ]

Des professeurs de droit parlent de démocratie de niveau faible. 
Notre démocratie censée être représentative sur le papier ne l'est pas dans les faits, sinon de nombreux ouvriers et personnes au R.S.A. seraient élus. Imaginez si 50 députés vivaient avec le R.S.A. avant d'être élus, la représentation à l'Assemblée Nationale ne serait-elle pas plus belle? En 2021, les députés appartiennent aux classes aisées, minoritaires en pourcentage de la population. L'abstention montre que les habitants décrochent par rapport aux décisions prises par les dénommés représentants du peuple et le gouvernement. Parmi les lanceurs d'alerte se trouvent des ONG qui sont de plus en plus criminalisées. Des ultra-riches possèdent la presse qui reçoit le plus de subventions de l'Etat. Leurs journalistes peuvent donc difficilement enquêter sur leur patron et ses amis. Le secret des affaires, les lois sécuritaires nuisent au droit de savoir. La Convention citoyenne pour le climat nous a été vendue comme pouvant présenter sans filtre ses propositions au Parlement. Il s'avère que le gouvernement a encore une fois menti. Des mensonges de représentants de l’État devraient valoir démission.

Dans le cimetière des zombies, des adolescents viennent accrocher à un panneau, un message: "Les idéologies néolibérale et sécuritaire affaiblissent continuellement le droit de savoir. Veulent-elle sa mort?"

Les mensonges sur le chômage forment une violence étatique.
- La réforme de l'assurance chômage au 1er octobre 2021 va avoir des impacts majeurs pour les privés d'emploi rémunérés. Le nouveau mode de calcul défavorise. Environ 17% de perte d'allocation et jusqu'à 40%.
- Un cliché rappelle Médiapart, répété depuis 30 ans par m Sarkozy, la droite dure (m Wauquiez..), m Le Pen: Le privé d'emploi se complairait dans le chômage. 
- Environ 300 000 offres d'emploi pas forcément à temps plein pour plus d'un million de chômeurs sont à l'affiche. Et en plus elles peuvent être mal rémunérées avec des contraintes, comme avoir besoin d'un véhicule.
- Des chômeurs gagnent plus au chômage qu'en travaillant. Selon l'Unedic en 2019, il s'agit de 4 % des personnes pour des montants de 220€ de salaire par mois contre 290 € d'allocation chômage. Le gouvernement dit qu'un demandeur d'emploi sur cinq gagne mieux sa vie au chômage qu'en travaillant. C'est faux. Il joue avec les données. Avoir travaillé 3 mois à temps plein et une journée lui donne une moyenne sur 4 mois et il compare à ce que la personne aurait gagné à pole emploi pendant 1 mois et il dit que la somme sera versée 4 mois sauf qu'en réalité l'allocation chomage sera versée 3 mois et 1 jour.

Les mensonges stigmatisent. Les mensonges ciblent des personnes faciles à maltraiter car en situation de fragilité.

[ 15 sept 2021 - Médiapart - Ce soir dans #Àlairlibre, on déconstruit pour mieux construire  - https://youtu.be/n4uQ8p4wGVo ]

La dérive du maintien de l'ordre.
novembre 2020 - Michel Zecler est passé à tabac par des policiers dans la rue puis dans son studio. Il ne manifestait pas.
[ https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Michel_Zecler ]
juin 2021 - Des mutilations - Quelle presse a considéré comme un scandale que des personnes soient blessées et qu'une main ait été arrachée à Redon dans une free party / fête libre organisée en hommage à Steve Maia Caniço, tué deux ans auparavant par une charge de police lors d’une précédente free party, le 21 juin 2019 à Nantes? Une jeune fille a eu la joue trouée et plusieurs dents cassées par un éclat de grenade, alors qu’elle dormait. Un organisateur a eu des côtes cassées après avoir reçu un coup de matraque dans le dos. Rien ne justifiait cette violence de l'Etat qui a consisté à tirer en pleine nuit, à durer 7 heures, à semer la panique et à voir les 300 à 400 forces du désordre détruire du matériel et ne pas porter secours aux victimes qu'elles venaient de créer. 
Pas d'intervention de l'Etat = pas de main arrachée, pas de blessés, pas de psycho-traumatismes.
Le discours du préfet inverse les faits, en laissant croire que des jeunes seraient venus rejoindre les forces du désordre à Redon pour les attaquer. Heureusement que des vidéos témoignent. Qui s'étonne que les mots dictature et fascisme fleurissent? Qui a demandé la démission du gouvernement pour cette gestion violente? 

Les deux intermittentes du spectacle plantent une nouvelle pancarte: "L'Etat devient délinquant pour prévenir la délinquance".

[ Sur place à chaud:
Un jeune homme vient de perdre sa main ce soir à Redon. 
https://twitter.com/CharlesBaudry/status/1406059000769175555
https://twitter.com/CharlesBaudry/status/1406059545600929794

Puis après:
J’ai peur de ces silences de nos représentants politiques, mais également des citoyen-e-s quand je vois une jeunesse à terre, ensanglantée, hurlant terrifiée dans la nuit, car elle s’est simplement déplacée pour aller danser.(...) Je suis inquiète quant à la désinformation que nous voyons circuler depuis dimanche au sein des différents médias, et le préfet qui se « félicite de la très grande maitrise de la force » en arguant que les jeunes étaient venus « en découdre ».
https://blogs.mediapart.fr/sablune/blog/240621/des-armes-mutilantes-face-une-jeunesse-qui-danse?

La répression toujours plus disproportionnée que nous constatons dans le mouvement social depuis quelques années s'étend désormais aux domaines de la musique et de la fête. (...) Le 11 septembre 2001 offrira l’occasion de la Loi sur la Sécurité Quotidienne et de son amendement Mariani qui posera ce qui est encore, à travers ses avatars successifs, le cadre du régime actuel de répression des free parties.
https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/260721/propos-de-redon-liberte-party?

L’opération de police était-elle nécessaire et proportionnée ? Est-ce que lancer des grenades en continu a permis de maintenir l’ordre ? La force a-t-elle été le dernier recours ? Fallait-il risquer de mutiler des jeunes pour empêcher une fête ? Fallait-il lancer des grenades en continu pour maintenir l’ordre ?
https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/france-violences-policieres-pendant-une-freeparty-redon
]

Amnesty a mené l'enquête pour aboutir à la conclusion d'une nouvelle dérive du maintien de l'ordre.
Ses propositions #solutions

- S’assurer qu’une information judiciaire soit ouverte rapidement pour faire toute la lumière sur l’intervention des forces de l’ordre et les blessures infligées aux participants à l’événement, en particulier dans le cas de la personne ayant eu la main arrachée.      
- Interdire l’usage des grenades de désencerclement et des grenades lacrymogènes assourdissantes dans le cadre du maintien de l’ordre  
- Engager des réformes structurelles du maintien de l’ordre afin de mettre en place des stratégies de dialogue et de désescalade.  
- Donner des instructions claires aux autorités locales et aux forces de l’ordre sur les conditions d’usage de la force et les risques encourus en cas d’usage illégal de la force.  
- S’assurer que les autorités locales et les forces de l’ordre sont formées aux procédures et techniques de médiation, négociation et communication afin d’avoir la capacité de résoudre des situations de crise sans recourir à la force.  
- Créer un organe indépendant chargé d’enquêter sur les plaintes déposées contre les agents de la force publique.  

Les mutilations du peuple resteront dans l'histoire ce qui a caractérisé ce quinquennat Macron, ainsi que les dizaines de milliers de gardes à vue et l'accélération donnée à la surveillance pour contrôler et réduire des libertés.

Les deux intermittentes du spectacle amènent une nouvelle pancarte dans le cimetière des zombies: "L'idéologie est le contraire du doute, ce qui explique son échec".

Une idéologie sécuritaire
Une idéologie sécuritaire s'est installée depuis plusieurs années. Plus un homme ou une femme politique est incompétent dans à peu près tous les domaines, plus l'adhésion à l'idéologie sécuritaire est forte. Il a suffit d'écouter la superficialité des discours et de lire celle des programmes aux dernières élections départementales et régionales pour le comprendre. Son slogan est "les hommes et femmes politiques, qui obéissent aux vendeurs de matériels d'armement numérique, sont des gens biens, responsables de rien. Les citoyens sont de possibles délinquants ou criminels, responsables de tout". La conséquence est qu'une partie des français n'a aucune idée du contenu liberticide des lois qui passent à un rythme effréné. En effet, elle croit que les politiques ayant du pouvoir sont des gens qui leur veulent du bien alors qu'ils travaillent à leur réélection et ont besoin de favoriser des intérêts privés dans cette optique, qu'ils viennent de services de sécurité de l’État ou d'entreprises privées.
L'idéologie sécuritaire se nourrit de délits, de délinquance, de criminalité tout en ignorant l'économie criminelle des paradis fiscaux ou des ventes d'armement à l'étranger. Elle reste un obstacle à la paix et à une vie en société, avec des liens forts entre les habitants. Pour vendre des armes, comme les produits de surveillance, l'industrie de l'armement a besoin de capitaliser sur la création de cibles qui génèrent de la colère ou de la peur dans la population.

Une #solution est donc de déconstruire les discours. Une autre est la fraternité, comme celle montrée dans la vallée de la Roya.

Deux intermittentes du spectacle amènent une pancarte et la plantent dans le cimetière: "L'idéologie sécuritaire pousse à la méconnaissance pour créer de la peur, de la colère contre plus faible que soi et des cibles".

Des violences sociétales concernent jusque la psychiatrie.
La population, en adhérant à l'idéologie sécuritaire, participe aux violences. Prenons l'exemple du rwandais suspecté d'avoir assassiné un prêtre en Vendée. Un an auparavant il s'était accusé d'avoir déclenché un incendie dans la cathédrale de Nantes. Un discours dit "il a été interné pour dépression sur demande d'un prêtre et en sortant il s'est vengé en tuant de sang froid.". Sérieux? Comment est-il possible de parler ainsi? Le verbe interner est une référence au passé. Plus de 40 000 malades psychiatriques sont morts de faim sous Vichy. Le langage peut être déshumanisant. Le prêtre rwandais a été hospitalisé en psychiatrie. La France est censée être un pays qui soigne. Ensuite, dire qu'il "s'est vengé" et a "tué de sang froid" montre que l'auteur des propos croit disposer de super-pouvoirs surnaturels lui permettant de lire le cerveau d'inconnu à distance. Seul l'assassin peut savoir et encore tout dépend de sa maladie...

Parler à la place d'un inconnu en se prenant pour un psychiatre n'est-il pas le signe d'une santé mentale défaillante? ;o)

D'une, le secret médical existe. De deux, il est possible que le psychiatre n'ait pas réussi à bien cerner le profil du patient à cause d'un problème de langage. De trois, la recherche en psychiatrie existe parce que ce domaine reste complexe. Il suffit d'une recherche dans le cochrane pour constater que les études montrent surtout une inefficacité des "nouveautés". D'où l'importance à donner aux liens interhumains, qui eux révèlent une incroyable efficacité sur beaucoup de sujets.

[ https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/pretre-tue-en-vendee-une-information-juidiciaire-ouverte-pour-assassinat-1629366275? ]

Une intermittente du spectacle écrit sur une pancarte tenue par une zombie: "L'idéologie sécuritaire se nourrit de cibles humaines".

Quelles sont les conséquences de ce type de comportement, celui d'imaginer pouvoir établir un diagnostic psychiatrique sans interroger le patient?
- La discrimination à l’encontre de cibles qui ont ou sont censés avoir un trouble psychique constitue de la violence qui peut impacter les proches. A. Ferrer cite des insultes récurrentes.
[ Psychophobie : quand le handicap se transforme en insulte - 10 sept. 2021 Par Ana Ferrer 
https://blogs.mediapart.fr/edition/les-debats-de-la-moderation/article/100921/psychophobie-quand-le-handicap-se-transforme-en-insulte?]

- L'idéologie sécuritaire amène la population à ignorer le manque de moyens en santé mentale. Le lien avec plusieurs formes de violences sociétales est ainsi caché.
- Abêtir la population concernant la psychiatrie permet de générer de la peur de patients pour la rassurer en parlant de solution miracle avec la surveillance. 

Une intermittente du spectacle écrit sur une pancarte tenue par une zombie: "La surveillance informatique n'est pas un soin mais une oppression".

Être observé 24h/24h par une caméra.
Surveiller à travers un matériel informatique, un patient, un client dans un centre de rétention administrative ou un gardé à vue finit par déresponsabiliser la société sur les cœurs des problèmes qu'elle finit même par oublier, et "Être vu sans voir" est une fabrique de maladie mentale.

Une #solution est de montrer à ceux et celles qui parlent comme au 19e siècle, qu'utiliser les mots drones, intelligence artificielle ne les rend pas plus modernes, au contraire.


Si nous avons une pensée, datant du 19e siècle, nous pouvons mettre à jour notre cerveau semi-archaïque.
Le dr C. Debien explique que les films sont un "puissant outil de stigmatisation". Pourtant, une étude de la H.A.S. en 2011 montre que 19 homicides sur 20 sont causés par des personnes non malades.

[ https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2011-07/evaluation_de_la_dangerosite_psychiatrique_-_recommandations_2011-07-06_15-48-9_213.pdf ]

Son livre établit une liste de films reflétant ou non la réalité. Le film Rambo sert à expliquer les liens avec l'état de stress post traumatique. Celui sur John Nash permet d'évoquer les idées reçues sur les troubles du spectre de la schizophrénie, véhiculées par exemple, par le film psychose de Hitchcock. Le cinéma présente majoritairement les personnes malades comme dangereuses et dotées de personnalités multiples. Or, la science a prouvé qu'il n'existe pas de schizophrène à la double personnalité. Le livre de Stevenson, Dr Jekyll a servi à répandre un mensonge dans le cinéma. Il faut accepter qu'un bon livre ou un bon film vous racontent des contre-vérités scientifiques. La méconnaissance se retrouve aussi dans les romans récents qui osent parler d'amour dans une relation émaillée de violences ou décrivent la vie de personnes en situation de handicap sans rien y connaitre. Ils répandent ainsi des clichés toxiques.

[ livre - Nos héros sont malades - Dr Christophe Debien - humensciences - 20€ - sept 2020 ]
 
Une druidesse, au visage poupon, tape avec son tronc de cornouiller sur une estrade et annonce: "L'idéologie sécuritaire laisse croire qu'il n'est pas possible de soigner, d'aider, d'être solidaire, d'être fraternel. La seule solution serait de surveiller tout le monde, partout pour contrôler et punir". 

Le fichage des malades psychiques.
Décret n°2018-383 du 23 mai 2018 - Le gouvernement Macron/Philippe publie un décret qui autorise le fichage de toutes les personnes hospitalisées sans consentement en soins psychiatriques (fichier hopsyweb).
mai 2019 - Un décret permet le recoupement du fichier Hopsyweb avec celui des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). 
"Des années de lutte contre la stigmatisation des patients présentant des troubles psychiques sont foulées aux pieds" dénonce l'UNAFAM. Comment les simples usagers de la psychiatrie vont-ils pouvoir continuer à faire confiance dans la psychiatrie publique? interroge le CRPA. Comment des soignants soucieux d'éthique vont-ils s'y prendre pour continuer à exercer leur métier avec de pareils textes à appliquer qui vont contre toute alliance thérapeutique?

Radicalisation et préjugés et informatique.
Un préjugé assimile troubles psychiques graves et radicalisation. "Une logique sécuritaire qui rencontre celle d'une société du ciblage, celle qui croise des fichiers pour repérer des individus supposés dangereux aux yeux des services de renseignement, sur la base d'un préjugé (...)". Le tournant sécuritaire date de 2008 et du président Sarkozy alors que les malades psychiques sont beaucoup plus souvent victimes de violence qu'ils n'en sont les auteurs. Il donne de l'argent pour les unités fermées, pour "sécuriser" les enceintes hospitalières (...). La barrière d'entrée et la vidéosurveillance font leur entrée. Que les personnels souffrent, du manque d'effectifs, du manque de moyens et des conséquences sur leur travail est ignorée par l'idéologie sécuritaire.
"Je t'enchaîne, tu te déchaînes, nous souffrons" - blouse d'une soignante en lutte - mars 2019. Les soignants en grève obtiennent des promesses qui ne sont pas tenues (page 174).

[ Ce qui mine la psychiatrie est un miroir grossissant de ce qui se passe dans l'ensemble des sphères sociales et politiques. (...) Des exigences de respect des droits et libertés de tous.
livre - La révolte de la psychiatrie - les ripostes à la catastrophe gestionnaire - Drs Mathieu Loriane Bellahsen, Rachel Knaebel - mars 2020 ]

Une #solution est de réclamer des moyens pour la psychiatrie, celle qui crée du lien soignant/patient, patient/patient, patient/proche, celle qui réinsère. Les applications de smartphone ne remplaceront jamais les soignants. Pour soigner il faut beaucoup de temps de parole et d'échange. Une personne angoissée n'aura pas le temps de s'énerver si les soignants disposent d'assez de temps à lui consacrer.

De l'argent, pas des miettes pour la psychiatrie.

Une #solution est de lutter contre le réflexe de dire "un problème, une caméra fixe ou mobile". A la place, réfléchissons collectivement au problème et n'ayons pas peur de responsabiliser les politiques. Il faut dire stop à la déshumanisation qui a commencé.

Une #solution est d'afficher sur tous les sites concernés le délai d'attente pour obtenir un rendez-vous. Le délai d'un an en pédopsychiatrie permettrait ainsi à un citoyen non concerné de prendre conscience de la situation dans son pays et d'alerter les élus.

La radicalisation est un concept flou, opaque.
Maître Arié Alimi, dans le Coup d'état d'urgence, s'inquiète que le mot radicalisation relève d'une évaluation psychologisante et politique incertaine. Le mot n'est jamais défini et ne repose donc pas sur des critères d'évaluation scientifique. Et pourtant ce mot est le motif principal des mesures d'assignations à résidence, de perquisition, d'interdiction de manifester, de fermetures d'entreprises ou de lieux de culte. En 2015, il témoigne de perquisitions violentes. La victime est désignée comme l'ayant méritée sur la seule base d'un conditionnement social, médiatique et civique.

Une intermittente du spectacle écrit sur la porte du cimetière des zombies: "Les problèmes sociaux sont renommés problèmes sécuritaires".

Zut, elle se rend compte qu'elle intervient au mauvais moment. Une minute de cafouillage puis la raconteuse poursuit.

Le populisme judiciaire se baigne dans la haine.
14 sept 2021 - Depuis des années, un fait divers est régulièrement instrumentalisé pour ajouter de la répression dans le droit. Au lieu de répondre à un meurtre par ses ennemis l'amour, l'amitié ou la fraternité, l'idéologie sécuritaire exige un projet de loi pour ajouter une nouvelle possibilité de maltraitance de l'être humain. Le projet de loi "responsabilité pénale et sécurité intérieure" a été créé suite au meurtre de Mme Halimi, parce que le meurtrier ne pouvait pas être jugé selon les critères de monsieur le ministre de la Justice et même pire le projet de loi serait une commande du président de la république, m Macron, selon un article de la chaîne parlementaire.

[ https://lcp.fr/actualites/vers-la-limitation-de-l-irresponsabilite-penale-en-cas-de-consommation-de-stupefiants ]

Une intermittente du spectacle plante un panneau noir dans le cimetière des zombies: "L'idéologie sécuritaire veut rendre responsable l'individu de sa maladie mentale".

Le fainéant choisit de punir et stigmatiser au lieu de réfléchir à comment éviter la reproduction de ce type de meurtres.
Au lieu de chercher comment éviter la reproduction de ce type de meurtres en s'attachant aux mécanismes y ayant conduit, nos décideurs cherchent comment punir et stigmatiser les malades psychiques, les consommateurs de stupéfiants, la justice qui serait trop molle. Ces gens sont écœurants. Ils doivent espérer tout plein de meurtres identiques pour durcir ainsi le droit pour UN cas particulier alors qu'un citoyen attend de son gouvernement une compréhension des causes pour prévenir humainement. Ils affaiblissent encore l’État de droit avec une loi circonstancielle. Pourquoi?
Il est question d'une prise de stupéfiant qui aurait généré une bouffée délirante durant laquelle l'assassinat aurait eu lieu. Dans les débats, l'inquiétude montait sur le patient qui arrêterait un médicament et tuerait et serait déclarait pénalement responsable. 
Juger un malade psychiatrique serait une régression du droit.
Les personnes qui légifèrent ont une grosse méconnaissance du comportement humain et du fonctionnement du cerveau pour le plus grand bonheur de l'idéologie sécuritaire. Donc, quand ce gouvernement ose prétendre qu'il prend au sérieux les résultats de la science, il parle de la science technologique, pas de la science humaine et médicale expliquant les conséquences de la pédocriminalité, des violences sur le cerveau et donc il ignore les mécanismes de la maladie mentale.
[ Il est logique de se demander si certaines n'ont pas un profil autoritaire à tendance fasciste ]

Une intermittente du spectacle plante deux panneaux:

"L'idéologie sécuritaire affaiblit l’État de droit".

L'inflation législative affaiblit l’État de droit et aboutit à une insécurité juridique.

[ https://www.contrepoints.org/2021/09/01/404221-loi-halimi-la-reforme-de-lirresponsabilite-penale-affaiblit-letat-de-droit 
https://www.mediapart.fr/journal/france/140921/irresponsabilite-penale-une-reforme-guidee-par-l-emotion (abonnés)]

La pensée sécuritaire a toujours considéré qu'un assassinat relève de l'idéologie. 
Elle s'interdit de se demander si l'individu dans un environnement différent aurait eu un tout autre destin. Elle refuse le droit de tuer à cause d'une maladie psychique non ou mal prise en charge, surtout si l'assassin est musulman ou crie "hum akbar".
Selon elle, il ne peut être qu'un terroriste, renommé aujourd'hui extrémiste pour pouvoir élargir la liste des cibles à surveiller. Cette idéologie est dangereuse parce qu'elle nie la science. Elle nie l'existence de l'absence de discernement. Elle nie l'absence de moyens en psychiatrie comme possible cause.

[ https://ateliersrefondationhopitalpublic.files.wordpress.com/2021/09/tecc81moignage-dune-psychiatre-en-hocc82pital-psychiatrique.pdf ]

Elle amène le populisme judiciaire baignant dans la haine. Elle refuse de s'interroger sur comment prendre en charge la maladie mentale. Elle refuse de donner des moyens à la psychiatrie parce qu'il est pratique de stigmatiser des personnes ne pouvant se défendre. Et elle a besoin de violences pour exister.

Une intermittente du spectacle plante un panneau: "L'idéologie sécuritaire affaiblit l'hôpital psychiatrique".

L’Établissement public de santé mentale des Flandres de Bailleul va fermer une trentaine de lits.
Créé en 1863, il s'appelait alors asile. "C'était une ville dans la ville". Il manque une quinzaine de médecins et six autres vont partir. Une qualité des soins sans hospitalisation et sans moyens n'est pas possible. Comment voulez-vous retenir des médecins et des soignants quand les conditions de travail ne permettent pas d'être satisfaits de la prise en charge?

[ 15 sept 2021 - Symbole de la pénurie de psychiatres en France, l'EPSM de Bailleul se mobilise
https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/symbole-de-la-penurie-de-psychiatres-en-france-l-epsm-de-bailleul-se-mobilise-1631735503? ]

#solution - Refonder les services publics: par et pour le care. Des décennies de new public management étaient fondées sur l'idéologie d'une fonction publique dite inefficace et improductive par essence. La psychiatrie et ses malades méritent une nouvelle approche, recentrée sur la qualité de la relation, et non sur la standardisation des diagnostics et des traitements.
Signé: Attac
[livre - Ce qui dépend de nous - manifeste pour une relocalisation écologique et solidaire - juin 2020 - 10€ ]

Et si le gouvernement profitait de la loi sur la responsabilité pénale pour...pour prolonger la loi sécurité globale? Nan mais sortez-moi de ce cauchemar.
Ce projet de loi prévoit de durcir encore les peines en cas d'agression commise à l'encontre des policiers, gendarmes (..) alors même qu'à l'inverse les violences policières sont rarement condamnées. Le pays se divise entre ceux qui peuvent subir des violences, les inférieurs, et les autres, les supérieurs qui font la loi et en profitent pour y mettre de quoi prouver leur supériorité. "On n'est pas obligé de céder sous le coup de l'émotion policière systématiquement" a dénoncé Ugo Bernalicis.
Comment s'appelle un régime politique qui donne autant d'impunité aux services de sécurité et détruit l'Etat de droit? 

La biométrie est un produit vendu par l'industrie sécuritaire. Qui dit profits, dit lobbying pour vendre etc.
Et bien sûr devinez quoi, le gouvernement Castex-Macron profite de cette loi...pour forcer les mineurs isolés délinquants à subir une prise d'empreintes digitales et palmaires et à être pris en photographie. 

[ http://lesaf.org/wp-content/uploads/2021/09/SAF-Pj-loi-securite%CC%81-inte%CC%81rieure.pdf

Comment le gouvernement impose le fichage biométrique aux enfants étrangers isolés. Juillet 2021

https://www.bastamag.net/fichage-biometrique-mineurs-isoles-AEM-prefectures-migrants-proetction-de-l-enfance

Déjà en 2019, c'est dire l'obsession de maltraitance- Dix-neuf organisations, dont l’Unicef, ont déféré au Conseil d’État le décret du 30 janvier 2019 pris pour l’application de l’article L. 611-6-1 du Ceseda, introduit par la loi du 10 septembre 2018, qui prévoit la possibilité de relever et de conserver les empreintes digitales ainsi qu’une photographie des mineurs étrangers isolés.

https://www.gisti.org/spip.php?article6190=]

#solution Mettre en place un ministère de l'éthique en technologie.

Rêvons à un gouvernement qui arrête cette violence continue envers la population et se mette à réparer tout le mal que cause l'idéologie sécuritaire dans la société. 

Une intermittente du spectacle amène sur un vélo cargo une peinture intitulée "Quand liberté, égalité, fraternité sont devenus Ultrasécurité, inégalité, surveillance".

L'idéologie sécuritaire cible les migrants et ceux qui sauvent des vies car elle brasse des millions d'euros.
La police européenne aux frontières, anciennement appelée Frontex, engraisse l'industrie sécuritaire. Plus de 100 millions d'euros avaient été dépensés pour la surveillance par satellite et par drone sans pilote rapportait Carola Rackete en 2019. Frontex utilise des avions alors que les ONG ne disposent que de petits avions civils. La méditerranée est un champ d'expérimentation pour l'industrie sécuritaire. Frontex perfectionne un contrôle qui finira utilisé contre la population non migrante.

Deux intermittentes du spectacle plantent un panneau dans le cimetière créé par l'idéologie sécuritaire: 
"La sécurité, c'était mieux avant.
Avant, la sécurité était un droit reconnu à tous et garanti par l’État.
Aujourd'hui, la sécurité est un bien de valeur marchande".

[ livre - L'oeil sécuritaire - 2019 - Elodie Lemaire ]

L'idéologie sécuritaire selon le maire:

Le maire: Grace à môâ, l'argent public est bien dépensé. Le matériel sécuritaire est multifonctionnel. Il vise à réduire des actes délictuels et criminels, à lutter contre l'intrusion.

Madame La Fait: Comme c'est étrange... Je constate surtout que vous avez inventé un nouveau métier de gestionnaire de l'espace public, que vous n'auriez pas le droit d'exercer dans une démocratie où la population circule librement. Vous avez étatisé l'espace public. Le passant se retrouve sous tutelle sécuritaire.

La Quadrature du net: Il a bureaucratisé l'espace public...

bureaucratie: Pouvoir politique des bureaux, influence abusive de l'administration. [dico Le Robert micro]

Deux intermittentes du spectacle plantent une planche rouge écarlate dans le cimetière créé par l'idéologie sécuritaire: "La bureaucratisation de l'espace public est un fléau".

#Solution - Informer pour stopper et interdire la puissante déshumanisation en marche.

La presse indépendante existe toujours
Pour combien de temps? 

La presse subventionnée est de plus en plus aux ordres.
Le journaliste, M. Champagne, pour le média Reflets, note que Libération ne tire plus qu'à 41.245 exemplaires. Le Monde ne va guère mieux. Parmi sa liste de raisons pour laquelle la presse en général se porte mal, se trouvent la destruction systématiques des métiers annexes au journalisme comme la documentation, le secrétariat de rédaction ou la relecture-correction, la réduction du nombre de journalistes, le remplacement des journalistes par des "stagiaires" ou des "producteurs de contenu". 
La presse dominante est de plus en plus un outil de communication du gouvernement dès que les intérêts sont communs. D'où les sujets d'articles: coup de peinture verte sur des activités économiques, accuser les plus défavorisés d'être responsables des problèmes de la société pour baisser les aides sociales alors qu'ils sont sans pouvoir, discriminer pour justifier la hausse du taux de croissance du secteur de l'armement numérique, justifier l'horreur des violences étatiques etc. 

[ https://reflets.info/ (abonnés) ]

Le pays oscillerait donc entre démocratie faible et dictature douce? Ces termes ne sont pas satisfaisants car la mondialisation des échanges de biens et services ainsi que l'informatisation sont des faits qui n'existaient pas dans le passé, du moins pas autant poussés à l'extrême. L'initiative de Ouest France, d'interviewer une fois par mois des jeunes de moins de 30 ans est un morceau de solution. La vraie vie contre les discours des politicien.ne.s qui sont ânonnés par des spectateurs et auditeurs, incapables d'envisager une alternative à leurs discours clichés. 

M. Champagne: Presse et démocratie. L'une se meurt doucement, l'autre mute dangereusement.

Le sentiment de peur face aux violences étatiques augmente.
M. Champagne se demande si ressentir de la peur en emmenant ses enfants en manifestations, en les regardant se rendre dans une fête libre signifie que nous aurions ouvert la porte à un État policier et que nous l'aurions laissé entrer et s'installer.

L'autocensure.
"Tu critiques Macron donc tu vis dans un pays libre" est une ritournelle qui montre le peu de connaissances de l'auteur de la phrase sur les formes que peuvent prendre un régime autoritaire, une dictature, un Etat policier, un totalitarisme. Contrairement à ce que colportent les #sachant ne sachant rien, oui les blogueurs/blogueuses s'autocensurent, de manière inconsciente et de manière consciente. Selon le profil, l'autocensure est plus ou moins marquée. Chacun et chacune a tendance à respecter les codes de sa communauté et si le but est de plaire à des communautés, forcément il faut éviter les sujets qui les fâchent. Bien entendu, le défenseur d'une ou plusieurs causes ne cherche pas à se faire apprécier. Ses écrits, ses vidéos, ses podcasts doivent apporter des idées chez les non informés et chercher à déranger pour une prise de conscience. Pour les sujets politiques, il faut vivre dans un monde imaginaire pour ne pas voir la répression des idées des mouvements antispécistes, de paysans respectant le vivant, des défenseurs de l'environnement, des alternatives au néolibéralisme, des Zones à défendre et celle des "apportant de la dignité aux migrants" etc. La garde à vue sert à faire taire les idées des individus en les présentant comme inconvenantes. Quantité d'internautes ont arrêté de bloguer ou ont déserté internet suite à de la répression, comme la pression quotidienne des forces du désordre en 2018 pendant que messieurs Macron et Philippe faisaient tout casser dans la zone humide de Notre-Dame-des-Landes. Et les réseaux sociaux qui censurent, comme Facebook ou Twitter, spontanément ou à la demande du pouvoir en place, montrent bien les difficultés à émettre des voix discordantes.

Deux intermittentes du spectacle déposent une sculpture de mots dans le cimetière né de l'idéologie sécuritaire: "L'autocensure est invisible."

Comment en arriver à croire que le blogueur ou la blogueuse critiquant réellement le régime politique/économique actuel, se sent libre d'écrire?
Tout simplement parce que vous ne savez pas ce que le blogueur ou la blogueuse ne vous écrit pas. Il est si simple d'imaginer que dans une critique du pouvoir l'autocensure est absente ou que l'individu n'a jamais connu la répression de l’État. Il est si simple de confondre raconter des banalités sur les réseaux sociaux avec une vraie critique du pouvoir. Or, il peut être dangereux pour l'avenir d'un pays de parler à la place d'autrui concernant le sujet des libertés et des droits humains.

La censure demandée par un congénère.
Quand un internaute partage un article qui est classé comme provenant d'une source peu fiable, d'autres internautes réclament la censure de l'article et demandent à l'internaute d'arrêter de partager ce type d'articles, au lieu de lui prouver en quoi le contenu serait faux. Dans une démocratie, il revient aux censeurs de prouver que le contenu est faux. Dans un régime autoritaire, les censeurs veulent interdire à autrui de lire ce qui n'est pas du contenu autorisé par eux.

#Solution - Au lieu d'interdire la publication d'idées, l'éditeur peut publier sous le post, si c'est un blog, ses arguments expliquant en quoi la publication contient des erreurs de raisonnement, par exemple. Beaucoup de monde en profiterait. Il serait ainsi possible de repérer la censure par idéologie.

La censure amène l'autocensure.
A force de recevoir des demandes de se taire sans justification, l'internaute peut arrêter de s'exprimer sous la pression. Les censeurs sont d'autres internautes mais aussi les plateformes. A force de se faire censurer sur Facebook ou de voir son compte bloqué sur Twitter, l'internaute peut être incité à s'autocensurer lorsqu'il s'exprime. L'information qu'il diffuse se retrouve tronquée. Le droit de savoir est en souffrance. Et comment voter aux élections si des informations pour comprendre le pays nous sont cachées?

Un individu, en short et portant un tee-shirt marqué "Google sait tout de toi. Dégage-le!" s'approche de la raconteuse et lui dit: Des exemples, s'il vous plaît, sinon mon cerveau va s'endormir, bercé par le ronron de votre voix.

Bitche et son histoire, visitez sa citadelle. Bitche et son histoire, visitez sa citadelle.
https://www.tourisme-paysdebitche.fr/decouvertes/sites-incontournables1.html?fiche=853140105

- Facebook avait supprimé les pages de la ville de Bitche parce que son nom ressemble à une insulte anglo-saxonne "bitch". L'idéologie sécuritaire est encore ici présente. Elle pousse à ne plus tolérer les insultes, des propos haineux et donc in fine à vivre dans un monde artificiel. En outre, ce qui est ressenti comme une insulte par madame A, est ressenti comme une façon de parler normale dans la communauté de madame B. Donc ce n'est pas aux fabricants d'algorithmes de décider ce qui doit être interdit mais au minimum à des juristes. Le droit permet de porter plainte contre des propos haineux, comme des propos racistes. Laissons la justice travailler et arrêtons de demander, comme le fait notre gouvernement, aux sociétés privées de s'inventer un métier de censeur du net qui aboutit, par sécurité, pour éviter une amende d’État, à censurer ce qui ne doit pas l'être, comme des critiques du gouvernement ou des comptes rendus de manifestations, associés à de la haine en ligne.

Deux intermittentes du spectacle déposent une sculpture de mots dans le cimetière: "L'idéologie sécuritaire pousse à gommer les propos haineux pour affaiblir la liberté d'expression".

Facebook censure régulièrement les pages de médias indépendants. Or, pour éviter de perdre des lecteurs, il faut éviter de voir ses pages fermer, même temporairement. L'incitation est donc de ne plus parler de sujets qui amènent la censure ou d'aller ailleurs en permettant à ses lecteurs de continuer à le suivre.

[ https://www.franceculture.fr/emissions/la-transition/bitche-et-le-chevalier-facebook?
https://lareleveetlapeste.fr/facebook-censure-petit-a-petit-les-medias-independants-une-menace-pour-la-democratie/ ]

Personne ne peut tout savoir.
Ceux et celles qui se moquent des complotistes, ces personnes qui croient ce que les premiers ne trouvent pas rationnels, ont ce profil, dangereux pour faire société, de se sentir supérieur à autrui. Moqueries et humiliations peuvent amener à accepter de déshumaniser la société civile. Se moquer de vrais ou faux complotistes dénote un manque d'autocritique. Il suffit de sortir de sa zone de confort pour se retrouver à marcher sur un fil et à tenir des propos faux.

Une femme portant un chapeau fleuri et un tee-shirt du Parti animaliste est assise sur une serviette violette. Elle agite une main. Un intermittent du spectacle lui apporte un micro.

- Bonjour! Excusez-moi de vous interrompre mais que pensez-vous des théories qui expliquent que les divas de Davos veulent contrôler le monde? Ou que des ultra-riches et des politiques appartiennent à une congrégation secrète et que cette secte veut nous réduire en esclavage et diriger le monde?

- Un complot mondial signifie des ententes secrètes entre des individus partageant un même but sur toute la planète. Peu importe car tuer des décideurs ne régleraient pas les problèmes. 

- Il est vrai que les pantins cyniques sont remplaçables. Ce ne sont pas des Mahatma Gandhi ou des Martin Luther King qui voudraient améliorer le présent et l'avenir d'un maximum d'habitants.

- Oui. Il est impératif de focaliser sa colère sur les problèmes, pas sur les décideurs qui sont censés perdre du pouvoir de facto avec la mise en place de solutions.

- Il est vrai que si nous interdisons la chasse à courre, une maltraitance animale disparaîtra et les bourreaux de facto aussi.

Une femme, dans un porte-voix à la couleur assortie à sa robe bleue: Et si nous interdisons la reconnaissance faciale, la maltraitance humaine qui en résulterait n'existera pas et les bourreaux non plus.

Sur un écran géant s'affiche "Interdire la reconnaissance faciale empêche de fabriquer de la violence et de créer une supériorité d'êtres humains sur d'autres".

Applaudissements dans l'herbe.

- Voilà. Très juste. Mon opinion est qu'il n'existe pas de complot mondial car il nécessiterait une répartition des pouvoirs entre des personnes qui ne s'apprécient pas. En revanche, il existe une solidarité entre les puissants pour maintenir leurs rentes.

Une construction politico-médiatique présente les zadistes comme des extrémistes violents, pour justifier les violences étatiques qu'ils et elles subissent. Ils occupent des jardins pour les empêcher d'être bétonné et la violence réside dans la perte financière causée par le report d'un projet inutile. Si protéger le vivant était devenu une valeur supérieure à la valeur argent en 2017, le pays serait différent. Plus de cœur et moins de rancœur.

Un intermittent du spectacle écrit dans le cimetière des zombies: "Selon l'idéologie sécuritaire, protéger le vivant est une violence faite à l'ordre économique actuel".

Lutter contre les maltraitances animales dans les élevages vaut d'être fiché par les services de renseignement.
Les Etats-Unis ont déclaré les idées antispécistes comme terroristes, pour pouvoir surveiller des mouvements légalement et retarder autant que possible la diffusion de ces idées, minimisant la violence, dans la population, pour que perdurent les gigantesques profits et privilèges des élevages industriels sur son territoire. La France copie ce qui tire des cris de douleur à la planète...Le Renseignement américain a renommé la lutte contre le terrorisme, en lutte contre l'extrémisme violent, ce qui permet subtilement de considérer qu'attaquer un bien ou l'occuper est aussi grave qu'attaquer un être humain. Le renseignement français copie celui américain. Suivre ce qui se passe aux Etats-Unis permet d'anticiper ce qui est voté dans le dos des français.

[La liberté d'expression est limitée si des écrits peuvent mener en prison.

(...) les deux fondateurs de 269 Libération Animale ont été conduit·e·s au tribunal correctionnel, en 2018, pour un blocage d’abattoir auxquels iels n’avaient pas participé. Ayant produit des écrits favorables à l’action directe antispéciste, iels ont été considéré·e·s comme complices.

http://blogs.law.columbia.edu/abolition1313/fabien-tarragnat-lantispecisme-un-nouvel-abolitionnisme-face-a-la-contre-revolution-ideologique-et-repressive/ ]

Deux intermittentes du spectacle écrivent sur un tableau dans le cimetière des zombies: "Selon l'idéologie sécuritaire, les mouvements des droits des animaux représentent une menace pour la sécurité nationale".

Une personne âgée vêtue d'un tee-shirt blanc portant l'inscription "j'ai rêvé en 1968" lève la main. Un micro lui est rapidement tendu.

- J'ai 87 ans et dans ma jeunesse nous apprenions à ne pas gaspiller. Je suis éberluée devant les millions d'animaux tués par an pour finir chez des personnes qui mangent trop et en jettent une partie à la poubelle ou pour finir directement à la poubelle.

Comment expliquez-vous que la maltraitance animale soit devenue une norme?

- Elle est partie intégrante d'une nouvelle forme de capitalisme qui valorise l'argent à court terme, la spéculation, la rente plutôt que l'investissement. Quand les propriétaires des énergies fossiles sont devenus très riches, ils sont devenus respectables et puissants. Dans l'imaginaire collectif, un individu devient riche parce qu'il le mérite. En réalité, il est devenu riche par exemple en expropriant des autochtones de leurs terres etc. Or, l'argent donne du pouvoir. Le pouvoir de donner du travail, à qui, où. 

Un intermittent du spectacle en costume cravate, équipé de lunettes de surveillance et portant une arme en plastique en bandoulière et des grenades dégoupillées comme collier, présente une pancarte: "L'argent donne le pouvoir de choisir l'investissement".

- Le pouvoir de choisir l'investissement est très dangereux pour une civilisation car il élimine ce qui n'est pas considéré rentable ou efficace pour l'individu puissant, même s'il pouvait générer d'importants progrès sociaux. Il autorise la destruction d'une nappe phréatique au prétexte terrible de créer de l'emploi et en réalité pour réaliser des profits. Il favorise les ventes d'armement car le secteur est rentable. L'argent donne le pouvoir de donner des pots-de-vin pour devenir propriétaire de telle terre ou pour conseiller à tel ministre de passer telle loi avantageuse pour soi, alors qu'une autre loi aurait été bénéfique à des millions d'individus au lieu d'une poignée. Le pot-de-vin est devenu conflit d'intérêt ou lien d'intérêt. Dans le passé les riches réinvestissaient une partie de leurs profits dans l'économie réelle, ce qui éteignait des envies de révolte. La paix sociale était obtenue parce que le riche avait eu la bonté de créer des emplois. En 2021, l'excès d'épargne des riches va dans l'économie numérique.

- Logique vu que nous vivons dans une société riche qui produit trop. Les besoins essentiels étant pourvus, il ne reste plus qu'à produire des gadgets et à aller vivre dans le monde superficiel et malfaisant de la spéculation ou dans celui virtuel qui pousse à l'hyper-consommation.

- Oui et non. En réalité, nous avons d'énormes besoins d'investir dans l'économie réelle pour inventer des alternatives qui consomment peu d'énergie, polluent peu, respectent le cycle de vie du vivant. La low-tech est le nec plus ultra.

- Oui. Il faut tout réinventer sauf les livres.

- Les livres aussi. Ils peuvent être produits par d'autres végétaux que ceux connus, pour ne pas épuiser certaines ressources.

- Ah.

- La maltraitance animale est devenue une norme pour plusieurs raisons. En voici quelques unes. La principale est qu'elle est cachée et que les services de renseignement ont été appelés au secours des plus grands maltraitants, pour que rien ne change ou si peu, lorsque des associations se sont mises à informer le public. Ensuite, un comportement humain est d'être attiré par la nouveauté car elle lui donne l'illusion de tirer un trait sur le passé. Néanmoins, considérer que ce qui est nouveau est forcément du progrès est devenu un vice. Il suffit de dire que ce que fait tel pays est moderne pour que l'individu l'envie et le copie. Il a suffit de dire que le paysan nuit au progrès pour qu'il faille le remplacer par l'agriculteur industriel. Les bienfaits supposés du modernisme sont devenus une croyance. Il a suffit de parler au consommateur de morceaux de cadavres comme de chiffons, de lui en proposer trop dans des supermarchés et que la publicité suggère que le luxe du riche est de manger de l'animal plusieurs fois par jour pour que les foyers se croient obligés d'offrir à leurs invités et à leurs enfants ce mode de vie délétère qui a amené le gaspillage d'êtres vivants et l'oubli de ses souffrances. Puis la publicité a appelé l'ensemble "tradition" car l'habitude dure.

Un intermittent du spectacle déclame: "Le progrès est une amélioration collective de la vie sociale. L'hyper-consommation d'animaux n'est pas un progrès".

- Lorsqu'il est fait référence à une tradition, il faudrait ajouter depuis quelle époque? Les talibans ont créé leurs traditions. Et est-ce une tradition des nantis ou des autres?

- Toutes les traditions qui causent de la violence devrait être proscrites sinon nous ne sortirons jamais du patriarcat et de la chasse.

Des coups de feu interrompent la discussion. Une chanson se fait entendre au cœur d'un cortège de manifestants.
" C'est nous les chasseurs, les défenseurs de la biodiversité...Pan, pan au cul cul des animaux...De la glu pour torturer tous les oiseaux, sans discernement...C'est nous les chasseurs, les défenseurs des bonnes traditions...""
Des coups de feu résonnent. Les spectateurs se bouchent les oreilles.

[Incroyable mais vrai : Emmanuel Macron encourage le braconnage des oiseaux ! Au lendemain du Congrès mondial de l’Union internationale de conservation de la nature à Marseille où il déclarait la main sur le cœur sa détermination à porter les enjeux de protection de la biodiversité à hauteur de la bataille engagée contre le changement climatique, et à la veille de présider l’Union Européenne, le Président français s’apprête à autoriser le piégeage traditionnel de plus de 110.000 oiseaux sauvages, alors que le Conseil d’Etat et la Cour de Justice Européenne ont récemment déclaré cette pratique illégale. 

Alouette, gentille alouette,

Alouette, Macron te plumera.

https://www.lpo.fr/actualites/stupefiant-emmanuel-macron-encourage-le-braconnage-des-oiseaux ]

[ 18 sept 2021 Mobilisation historique des chasseurs, plus de 16.000 manifestants à Mont-de-Marsan

https://www.francebleu.fr/infos/societe/en-direct-suivez-la-manifestation-monstre-de-chasseurs-a-mont-de-marsan-ce-samedi-1631895959 ]

------

post 1/7 https://blogs.mediapart.fr/isabelle-clere/blog/270921/les-ideologies-neoliberales-et-securitaires-flirtent-voila-letat-technopolicier17

post 2/7 ici

post 3/7

post 4/7

post 5/7

post 6/7

poste 7/7

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.