Isabelle Declerck
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2010

La grosse goutte qui fait tout déborder

Isabelle Declerck
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De temps en temps, comme en ce moment où l'incompréhension grandit à l'étranger sur les effets d'annonce de nos dirigeants, il n'est pas nécéssaire de rappeler aux expatriés français leur nationalité.

Jérome Cahuzac l'a fait et il veut nous la faire payer cette nationalité...

Parce que vous êtes né, que vous avez fait vos études en France, que la crèche vous a accueilli dans votre tendre enfance, et, pourquoi pas, que vous avez utilité routes et trottoirs, Amis expatriés vous êtes redevables et il faudra payer votre écot.

Si cette incongruité est la première pierre à l'édifice d'un grand soir fiscal qui semble indispensable, il me semble que nous soyons assez mal partis.

J'ai déjà payé cet écot. J'ai commencé à travailler à 18 ans. Pendant vingt ans, j'ai donc payé impots, cotisations sécurité sociale, chômage, retraite, veuvage - ça m'a toujours fait rire étant célibataire - CSG, j'en passe et des meilleures. J'ai toujours trouvé ça normal pour le bien de tous et du système. Par chance, je n'ai eu que peu de problèmes de santé et n'ai connu qu'une trés courte période de chômage. Je ne pense pas toucher grand chose en terme de retraite malgré vingt ans de cotisation mais j'ai fais le choix de l'expatriation et je ne le regrette pas.

Alors non Mr Cahuzac, je ne suis pas redevable. Il ne faut pas confondre expatriation et exil fiscal. Ce n'est pas comparable.

Je n'habite pas dans la campagne belge frontalière pour échapper à l'ISF, tout en veillant au quotidien sur mes activités françaises. J'ai choisi l'autre coté de l'Atlantique pour un boulot qui m'intéresse, l'ouverture sur une autre culture et une autre façon de vivre.

J'y travaille, j'y consomme, j'y paye mes taxes. Ni plus, ni moins

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart