La forêt en commun, un combat citoyen.

Citoyens réunis en groupement forestier, Le Chat sauvage achète des parcelles de forêt pour éviter qu'elles ne soient coupées et replantées en douglas, dans une perspective de sylviculture raisonnée (gestion durable de la forêt), de protection de la biodiversité et des massifs de feuillus menacés par l'exploitation intensive et croissante des résineux.

Il arrive à la forêt le même drame qu'à l'agriculture, et c'est même pire, car un arbre prend du temps à atteindre l'âge adulte, et son environnement est essentiel à la biodiversité.

Une campagne de crowfunding a permis d'acheter une parcelle menacée et d'atteindre l'objectif de 12 000€ nécessaire à l'achat de la parcelle de forêt du Morvan en question, assurant ainsi sa préservation durable.

Il reste 26 jours avant la fin de la campagne sur Bulb In Town et la plateforme leur propose de laisser ouverte la page, afin de continuer à récolter des contributions qui restent bienvenues.

En effet, le Groupement forestier citoyen du Chat sauvage a été contacté par plusieurs propriétaires forestiers qui ont entendu parler du projet grâce à la campagne de financement participatif et qui préféreraient vendre au Groupement plutôt qu'à des acheteurs moins scrupuleux (précision importante : le groupement s'est fixé comme règle d'acheter les parcelles au prix du marché - ni plus, ni moins).

En moyenne, chaque tranche de 3 000€ supplémentaires réunie permettra d'acquérir et protéger 1 hectare de forêt. Cette campagne est un premier  succès mais qu'il reste beaucoup à faire... Pour faire comprendre les enjeux globaux, vous pouvez aller sur le site du Chat sauvage (http://www.forets-chatsauvage.org), en plus de la page du crowdfunding.

Une soirée est organisée par le Chat sauvage à Paris. Elle aura lieu le 17 janvier au Bar commun (135 rue des Poissonniers à Paris) à partir de 19h, où il sera question de la forêt du Morvan, avec plusieurs interventions intéressantes en cours de programmation.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.