Le sacre du vide

 

Ils occupent le ciel, c'est commode

Pour abrutir les oiseaux, les immeubles, les gens

Tantôt semblables à une tondeuse

Tantôt à des intestins malades

 

Ils occupent le ciel, c'est symbolique

Car tandis que vous cherchez dans quelle pièce de votre maison vous les entendez le moins

Vous ne pensez pas à ce qui s'est passé ce matin

A la façon dont cet homme a marché à reculons jusqu'au trône

De peur qu'on le lui vole

 

Ils occupent le ciel, c'est normal

Sinon qui saurait que le roi est roi ?

Qui croirait que c'est arrivé ? 

L'intronisation de l'oubli, le sacre du vide ?

 

Ils occupent le ciel et rien d'autre

Le ciel est grand, oui, mais la Terre aussi

Et le coeur des hommes qui un jour, ensemble, debout, ont dit non

N'est pas crédule comme celui d'un enfant

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.