mot de passe oublié
onze euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 31 mai 2016 31/5/2016 Dernière édition

En Egypte, God save the constitution

« La plupart des égyptiens vivent dans des zones rurales, la plupart sont pauvres. Comprennent-ils la constitution ? Vont-ils voter pour ? » On parle de voter pour ou contre un texte de soixante pages, là, alors on imagine à quel point c'est problématique que tant de gens en Egypte soient pauvres, se dit la dame de la BBC. Et qu'ils ne sachent pas lire.

« La plupart des égyptiens vivent dans des zones rurales, la plupart sont pauvres. Comprennent-ils la constitution ? Vont-ils voter pour ? » On parle de voter pour ou contre un texte de soixante pages, là, alors on imagine à quel point c'est problématique que tant de gens en Egypte soient pauvres, se dit la dame de la BBC. Et qu'ils ne sachent pas lire.

Allons demander à cette agricultrice illettrée ce qu'elle pense de la constitution.

Pas de chance pour la dame de la BBC : l'agricultrice, qui répond tête haute, sait lire. Elle va voter oui parce qu'elle est convaincue, et non pas parce qu'on l'a convaincue. C'est ce qu'elle affirme avec aplomb à l'inquisitrice venue d'Angleterre. Mais le court échange ne suffit pas à la dame de la BBC, désormais en quête de « non » lettrés. Elle poursuit sans se détourner de son angle initial l'investigation auprès de l'homme de la rue égyptienne.

Ah, voilà, des hommes en extérieur, qui boivent le thé, regardent un match de football : le cadre idéal pour un micro-trottoir improvisé. Le spectateur britannique n'a accès qu'à leurs nuques. Le visage pâle et un peu affaissé de la dame de la BBC ressurgit : « En arabe, constitution se dit dostour et bien, qwayth. Je vais demander à ces hommes égyptiens – ils ne parlent pas anglais - s'ils trouvent que la dostour est qwayth » annonce t-elle avec l'intensité de quelqu'un qui s'apprête à sauter dans la stratosphère en parachute.

La dame de la BBC approche son micro corporate, menaçant comme une épée, des hommes si égyptiens, là, à leur façon de boire le thé à même le trottoir, dans le soleil d'hiver du Caire, plus douillet que tous les étés de Brighton. Elle ouvre la bouche très grand, comme si elle s'apprêtait à engloutir un scone au fromage en entier : « Dos-toooor qwa-yyyyy-th ? ».

Les hommes de la rue égyptienne ne réagissent pas assez vite, television-wise. Elle répète, plus fort, harponnant au passage celui qui se trouve assis le plus près d'elle (« C'est de l'avenir de leur pays qu'il s'agit, après tout, pas du mien ! » pense t-elle pour se donner du courage). « DOS-TOOOR, QWAYYYTH ? ». Elle agite désormais le texte de la constitution sous le nez de celui qu'elle a élu pour être son témoin, le baromètre d'une société en ébullition (« Il devrait être fier de passer à la BBC ! »).

L'homme fait non de la tête, surpris, souriant des yeux, gentiment moqueur. Les autres enfin se tournent, par curiosité, vers leur camarade baromètre. Elle le tient son micro-trottoir, son grand moment de télévision ! « Dos-tour, qwa-yyy-th ? » répète t-elle avec toute la chaleur de son charisme d'institutrice, l'enthousiasme délirant appelant, calcule t-elle, l'enthousiasme délirant.

Les autres disent non, de la tête, des mains (Disent-ils non à l'interview ou non à la constitution ? Ce n'est pas clair), ça ne dure qu'une seconde, mais il faut les voir, ces égyptiens, secouer leurs bras dans un grand élan de passion politique, tellement exotique, tellement inédit pour ce pays qui n'a connu que la dictature ! Mais déjà les voilà qui se retournent vers l'écran sur lequel le match de football n'a jamais cessé de jouer. 

Tout est dans la chute, il faut de la conclusion haut de gamme : c'est à cela qu'on reconnaît un grand journaliste de télévision.

Back to football, but you got the idea.

http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-20722986

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Bonsoir Levantine

Mon commentaire postée à 15h56, dans mon billet..En pensant à toutes ces femmes, qui n'avaient pas conscience, des éléments juridiques de cette constitution. Et de la stratégie de fond, des frères musulmans..

Égypte : "Les Frères musulmans ne sont pas modérés"

 

Les égyptiens disent oui, à une Constitution décidée par Morsi..pour verrouiller les libertés individuelles, et faire reculer le droit des femmes.

Voilà à quoi sert l'islam politique..

De mettre la femme sous tutorat des hommes, a  s'emparer jusqu'à la conscience d'un pays entier,   pour l'uniformatiser,  le formater et lui imposer des dictats religieux dans un pays où il y a 17 millions d'iillettrés, dont une majorité de femmes.

 

Pdéfinition : l'âge 15 et l'excédent peuvent lire et écrire
population totale : 82%
mâle : 87%
femelle : 77%
note : plus de deux-tiers du monde 785 millions d'adultes illettrés sont trouvés dans seulement huit pays (Inde, Chine, Bangladesh, Pakistan, Nigéria, Ethiopie, Indonésie, et Egypte) ; de tous les adultes illettrés dans le monde, deux-tiers sont des femmes ; des taux extrêmement bas d'instruction sont concentrés dans trois régions, l'Asie de Sud et occidentale, l'Afrique Sous-saharien, et les états arabes, où autour un tiers des hommes et moitié de toutes les femmes sont illettrés (est 2005.)

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Le blog

suivi par 44 abonnés

Levantine