ISABELLE NEUSCHWANDER
archiviste-paléographe
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2014

ISABELLE NEUSCHWANDER
archiviste-paléographe
Abonné·e de Mediapart

Les yeux de Cavanna

Dans l'émotion médiatique qui entoure la mort de François Cavanna, la force de sa présence physique est toujours évoquée en même temps que ses talents littéraires et son esprit tellement caustique, tellement frondeur.

ISABELLE NEUSCHWANDER
archiviste-paléographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l'émotion médiatique qui entoure la mort de François Cavanna, la force de sa présence physique est toujours évoquée en même temps que ses talents littéraires et son esprit tellement caustique, tellement frondeur. Ses traits ciselés, la moustache qui structurait son visage, la chevelure blanche rejetée en arrière, sa grande stature composaient de fait une allure unique. François Cavanna était un homme reconnaissable entre tous et que nous avions tous l'impression de connaître.

Pour ma part, je voudrais parler de ses yeux car l'homme se trahissait à travers son regard. François Cavanna faisait partie de ces personnalités si rares qui  plongent leurs   yeux dans les vôtres, les scrutent  et ne les lâchent pas tant que le travail d'exploration n'est pas terminé. Ses yeux clairs étaient perçants et brillants, vifs et curieux. Ils  exprimaient surtout une profonde humanité. 

La première fois que je l'ai rencontré lors du mariage de Sylvie, ma belle sœur, avec son fils Laurent, j'ai presque ressenti une sensation d’intrusion, comme s'il avait le pouvoir de lire dans le cerveau de la jeune mère et jeune archiviste que j'étais. La conversation nous avait immédiatement  conduit vers les Archives nationales et j'avais été impressionnée par sa culture historique et sa connaissance de notre monde. François Cavanna, le révolté, le dissident féru d'histoire, connaissait parfaitement les arcanes de cette  institution, si vénérable et qui aurait pu lui apparaître si conservatrice. Bien plus, il manifestait envers cette "gardienne de la mémoire" du respect  et ceci m'était apparu comme une forme de paradoxe.

 J'ai retrouvé François Cavanna des années plus tard dans ces mêmes Archives nationales dont j'étais devenue directrice.  Un moment festif était organisé à l'occasion du lancement de l'ouvrage : " Ils sont devenus français " dû à deux journalistes du Nouvel Observateur, Doan Bui et  et Isabelle Monnin, à partir des dossiers de naturalisation conservés  dans nos dépôts. Le  dossier de naturalisation de son papa « y dormait  bien au chaud dans un casier » comme il le disait si joliment et il faisait partie des personnalités dont l'itinéraire familial était retracé. En ce soir du mois de novembre 2010, Je l'ai vu arriver voûté et hésitant sur les pavés de la cour de l'Hôtel de Soubise. Avant le début de la cérémonie, nous l'avons conduit à quelques uns, avec une légère crainte en raison du froid glacial qui y régnait, dans les Grands Dépôts, ces lieux majestueux qui abritent les documents les plus anciens des Archives nationales, notamment ceux de  l'époque  mérovingienne qu'il racontait avec tant  de truculence et d'érudition. Jean Daniel qui présidait la cérémonie  était déjà là. La rencontre entre ces deux personnalités fut extraordinaire : deux grands fauves à la crinière argentée se regardaient, se reconnaissaient et prenaient possession des lieux qui s'animaient à travers eux.

Le regard de François Cavanna parcourait les rayonnages  chargés de cartons remplis de parchemins, s'attardait sur telle ou telle reliure. Ses yeux brillaient de la flamme du découvreur. Il respirait l'odeur unique des archives : papier, cuir, poussière du temps. Sa silhouette s'est redressée  et s'est allongée  dans la pénombre des Grands Dépôts. Il était grand,  heureux, de nouveau dans la force de l’âge. Nous tous   présents étions incroyablement  émus par la beauté unique du moment et aussi, je crois, parce que le regard qu'il portait  sur nos précieuses archives nous confortait et nous réconfortait dans notre mission quotidienne.

 François Cavanna a  rejoint l'histoire qu'il aimait tant. Ses œuvres, ses écrits, ses dessins reposent déjà sur  les étagères  des bibliothèques mais n'y dormiront pas. L'homme écrivain revivra à travers eux perpétuellement comme le  dossier de son père se réveille à chaque fois que quelqu'un l'ouvre. 

Telle est la force de l'écrit, François Cavanna le savait, mais la vivacité de son  regard nous manquera.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda