Isabelle Resplendino
Consultante en entreprise
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2011

Handicap: on scolarise, mais dans quelles conditions?

La scolarisation de tous les enfants atteints de handicap fut la promesse qui fit remporter le débat télévisé par le candidat Nicolas Sarkozy, et par là même, probablement les élections présidentielles.

Isabelle Resplendino
Consultante en entreprise
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La scolarisation de tous les enfants atteints de handicap fut la promesse qui fit remporter le débat télévisé par le candidat Nicolas Sarkozy, et par là même, probablement les élections présidentielles.

Cette année, le Président a annoncé lors de la conférence nationale du handicap le recrutement [de 2000] auxiliaires de vie scolaire pour la dernière rentrée scolaire avant la remise en jeu du quinquennat.

Or, les suppressions des postes d'enseignants spécialisés se sont poursuivies ces dernières années pour cause de rigueur budgétaire, l'argumentation du ministère étant que les compétences des enseignants du milieu ordinaire devaient se rapprocher de celles des enseignants du milieu spécialisé pour une meilleure intégration. En effet. Mais sans la formation adéquate, cela tient plus du vœu pieux que de la réalité...

Dans les années 1970, la plupart des pays dits alors « riches » se lancèrent dans une politique volontaire d'éducation à destination des élèves à besoins spécifiques, que ce soit par un réseau d'enseignement spécialisé, ou par une intégration massive.

La France, elle, se contenta de « mesurettes » qui perdurent aujourd'hui... Quatre décennies plus tard, les drames humains sont toujours là... Sans parler de l'autisme, dont les méthodes éducatives sont la plupart du temps ignorées au « bénéfice » de la psychiatrie analytique, avec les résultats qu'on connaît...

Pour combler son retard, la France ayant ratifié la Convention Internationale des Droits des Personnes Handicapées, (voir l'article 24 sur l'éducation), article qui prône l'inclusion réelle, ce pays ne doit pas se lancer aujourd'hui dans la création d'un réseau d'enseignement spécialisé.

Plutôt, qu'il passe directement à l'étape des classes inclusives, telles que pratiquées en Finlande, au Québec, dans certains états des États-Unis et, plus récemment, en Belgique. (Voir à 15'50'' un reportage télévisé d'Outre-Quiévrain). Ces classes ont une véritable « mixité » de leurs effectifs, avec environ un quart d'élèves à besoins spécifiques, le reste de la classe n'étant pas reconnu comme tel.

Ces classes ont un binôme d'enseignants, dont l'un est spécialisé. Tous deux s'occupent de la classe entière. Ainsi, c'est aussi la fin de l'échec scolaire pour tous les élèves, la totalité de l'effectif bénéficiant des techniques de remédiation et du soutien d'un enseignant aguerri à détecter les difficultés d'apprentissage et autres problèmes. Tandis que les enfants à besoins spécifiques et l'enseignant spécialisé apprennent à travailler sur le programme scolaire ordinaire et selon ses rythmes.

Les enfants en inclusion y bénéficient aussi d'un soutien en orthophonie, psychomotricité, psychologie, au sein même de l'établissement.

Naturellement, pour certains enfants, les difficultés étant trop grandes (provisoirement ou plus durablement), l'alternative de recourir à une classe entièrement spécialisée au sein d'un établissement ordinaire doit côtoyer la classe inclusive, l'idéal étant de disposer des deux formules pour chaque niveau, et de la souplesse qui permette de passer de la classe spécialisée à la classe inclusive le moment venu.

Qui aura la volonté de faire rentrer notre pays dans le XXIe siècle en respectant les textes qu'il a signés et ratifiés ? Et quand ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com