Isabelle Resplendino
Consultante en entreprise
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2012

L'inclusion scolaire vue par une maman

Isabelle Resplendino
Consultante en entreprise
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous vivons depuis plusieurs années en Belgique francophone. Ici, comme dans d'autres pays, existent des classes réellement inclusives, c’est-à-dire des classes ordinaires (non spécialisées) dans des écoles ordinaires, où sont scolarisés plusieurs enfants à besoins spécifiques avec les autres élèves de la classe, sans séparation de fait, mais avec tout le soutien éducatif et paramédical nécessaire.

Je voudrais exprimer ici, en tant que parente, ma perception de l’intégration. Ce n’est pas sa dimension pratique que je vais explorer, ni même aborder dans ce court message, mais bien la portée philosophique, si modestement puisse-t-elle être ressentie par une simple maman, qu’apporte le « vivre ensemble » à un individu et son entourage.

Notre fils est atteint de troubles dans le spectre autistique, plus précisément de syndrome d’Asperger, un trouble envahissant du développement qui n’est pas sans évoquer l’autisme dit « de haut niveau ». Il a aussi la chance de poursuivre sa scolarité dans une classe inclusive. C’est son visa pour bâtir sa future vie d’homme dans notre société, construction qui commence logiquement au début de cette vie en communauté : l’école.

L’inclusion, c’est un atout pour cette société. Une chance de pouvoir aimer l’être, qu’il soit substantif ou verbe. L’être, et non pas l’avoir, l’être et non pas le paraître, en ces temps cyniques où rien ne compte plus aujourd’hui que les codes sociaux, l’apparence, la beauté, la jeunesse, la luminance intellectuelle, la repartie, la richesse matérielle... Une offre pour cette civilisation de sortir de son autolâtre puérilité et de connaître le temps de la maturité : celui l’altruisme, de l’humanisme.

Une opportunité pour notre fils d’être libre, et non pas enfermé à vie dans un ghetto peut-être invisible, mais aux murs de forteresse.

Une occasion pour lui d’exploiter le plus magique de ses dons si ce n’est le plus grand, sa part de lui à l’autre : le pouvoir de faire sortir le meilleur de nous, et même de nous rendre meilleurs : une chance pour ses camarades.

Une possibilité pour eux d’accepter et d’aimer l’autre tel qu’il est, et non pas seulement et égoïstement tel qu’on voudrait qu’il le soit, cette manière d’aimer qui n’est que de s’aimer soi-même à travers autrui, en une illégitime quête de propriété des âmes assujetties à notre propre idéal, faisant mourir après leur auteur les mots du grand Saint-Exupéry : « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis ».

Connaître l’autre dès l’enfance nous apprendra à respecter ses différences. Si on sait les respecter, loin de nous éloigner, elles nous rapprocheront :

« Un jour, gravissant la montagne, j’ai aperçu une ombre, grimpant plus haut et m’approchant, je me suis rendu compte que c’était un homme, quand je me suis trouvé tout près, j’ai vu que c’était mon frère » (Conte tibétain).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel