Isabelle Sauvanet
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 janv. 2021

Isabelle Sauvanet
Abonné·e de Mediapart

Fausse déclaration de décès d'un médecin urgentiste

Le 16 janvier 2020, Alain Sauvanet, mon mari était découvert sur un talus en arrêt respiratoire, vers 14h30 alors qu'il courait dans la campagne de Bonneuil en Valois. Le médecin urgentiste a déclaré la mort à Compiègne aux urgences à 15h30. Je cherche à obliger un procureur a donner suite.....

Isabelle Sauvanet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  •  Le 16 janvier 2020, Alain Sauvanet, mon mari était découvert sur un talus en arrêt respiratoire, vers 14h30 alors qu'il courait dans la campagne de Bonneuil en Valois.
    Un passant a donné l'alerte et les pompiers , les gendarmes et le smur sont arrivés sur place. Je les ai rejoint à 15h40, et ai pu voir mon mari, sans vie. ( Le médecin urgentiste m'explique avoir fait tout le possible pour le réanimer sans succès. ). On me demande de quitter les lieux puisqu'il va partir en médecine légale, étant tombé sur la voie publique.
    Le lendemain, aux pompes funèbres, on me demande de passer aux urgences de Compiègne pour payer le passage aux urgences puisqu'il est mort aux urgences à 15h30!
    Nouvel électrochoc: pourquoi?
    En bref: j'ai porté plainte pour fausse déclaration, l'enquête préliminaire a conclu que ma version était vraie et que la déclaration était fausse.
    Depuis un an, je me bats avec une avocate pour entendre le médecin et faire changer le faux à l'état civil.
    Le dossier se " perd" au niveau des procureurs....
    Même le lieutenant de gendarmerie m'a conseillé d'avertir la presse car il y a des précédents......
    Je cherche si d'autres personnes ont connu la même chose que moi, si le " trafic" des morts est toléré ou institutionnalisé aux urgences.....
    Je cherche à obliger un procureur a donner suite.....

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte