Isabelle Veilleur
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2020

Aide aux petites entreprises: un coup de com !

Le gouvernement annonce dès les premiers jours du confinement, un fond de solidarité de 1500€, destiné aux petites entreprises pour faire face à leur perte d’activité. Les conditions d’éligibilité à cette aide s’avèrent inaccessibles sans que cette information ne soit relayée par les médias. Elle n’est visible que sur le site des impôts! Bonne pub pour les uns, difficulté pour les autres!

Isabelle Veilleur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’annonce généreuse du gouvernement d’un fond de solidarité pour soutenir les entreprises de moins de dix salariés (entreprises individuelles,indépendants et sociétés) dans le contexte du coronavirus n’a pas été un mince soulagement pour ces nombreux professionnels, la perte de chiffre d’affaire ou la fermeture obligatoire de leurs lieux de travail entraînant une baisse de revenus catastrophique.

Or cette aide qui se présente sous le visage de la solidarité et d’un état providence subitement restauré en ce temps de «guerre» s’avère en réalité, une peau de chagrin au fil des jours. 

Certes les professionnels que nous sommes peuvent reporter certaines charges, mais il n’échappe  à personne qu’il faudra néanmoins les assumer ultérieurement.   

Mais pour l’heure la totalité de nos revenus a disparu :  ce n’est pas simple de vivre avec zéro revenu !!! 

L’aide annoncée très tôt par le gouvernement pour ce mois de mars était donc plus que bienvenue et a été un intense  soulagement pour ces professionnels. Le texte fourni par la direction générale des impôts stipule que l’aide de 1500€ « aura deux niveaux: un pour faire face à la perte d’activité, l’autre pour prévenir les faillites. »

Seul bémol, les modalités précises de ce soutien sont passées sous silence. Cette obscurité  pouvait faire craindre que cette annonce ne soit qu’une simple opération de communication : nous n’avons pas été déçus !!! 

En effet qu'elle est la réalité de cette annonce ? 

Faisons un petit calcul des conditions d’obtention de cette aide de 1500€  pour le mois de mars, mois durant lequel comme chacun sait nous n’avons pu travailler que jusqu’au 13.

Du 1er mars au 31 mars, nous comptons 22 jours ouvrés, mais l’obligation de fermeture de notre espace de travail nous a fait perdre 12 jours de travail, soit une perte de chiffre d’affaires de 55%.

Or les conditions pour obtenir cette aide impose une perte d’au moins 70%!!! Pour avoir droit à cette aide il eut fallu que notre chiffre d'affaire 2020  soit minoré  de 15% avant même la fermeture de nos lieux de travail!  Qui peut dès lors prétendre à ce soutien en trompe l’oeil ? 

Mais s’ajoute à cette misérable astuce un nouveau coup bas, le  gouvernement estimant sans doute la dépense encore trop importante.

En consultant le site de la direction générale des impôts, dans l’article « CORONAVIRUS -COVID 19: LE POINT SUR LA SITUATION », mis à jour le 22/03/2020, on découvre en effet que la période de référence qui logiquement devait s'étendre du 1er mars au 31 mars, s'étend en réalité  du 21 février au 31 mars. Rien n’arrête le gouvernement qui, pour les besoin de la cause restructure le calendrier et invente un mois de mars de 40 jours pour arranger ses petits calculs et priver en fait les professionnels d’une aide désormais impossible à percevoir. 

Qui dans ces conditions aura perdu 70% de son chiffre d’affaire ?  En effet, si nous répétons le calcul précédent avec cette nouvelle donne, sur 37 jours  ouvrés, nous n’avons pu travailler que 12 jours, ce qui aboutit à une perte de 32,5%, très loin du seuil des 70% de perte minimale exigée, puisque dans ce cas de figure, notre chiffre d’affaire aurait dû préalablement à la fermeture ordonnée par le gouvernement être minoré de 37,5%. Le gouvernement ne recule devant rien pour ne pas honorer ses promesses.

La gestion comptable et médiatique du gouvernement force l’admiration! Cette manœuvre indigne et mesquine est une véritable insulte à des professionnels en difficulté. Les petites entreprises sont l’objet d’une manipulation servant de faire-valoir pour le gouvernement qui se montre généreux en laissant pour compte les professionnels dans cette situation de crise sanitaire et financière. Elle permet au gouvernement d’afficher une posture altruiste en ne déboursant rien ! Il y a tout lieu de craindre dès lors  que l’Etat Providence opportunément ressorti des cartons s’apparente a un pur effet d’annonce : une fois de plus les promesses n’engageront que ceux qui y croient !

Ce nouvel épisode démontre à quel point, le seul objectif de ce gouvernement est comptable! Dans la start-up nation l’humain est une simple variable d’ajustement. Tous les trompe-l'œil, tous les mensonges, tous les coups bas sont permis au mépris de la décence, de la solidarité, et aujourd'hui de la vie nos concitoyens. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Karl Laske, Marine Turchi et Sébastien Bourdon
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte