ISHTAR.
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

3 Éditions

Billet de blog 3 déc. 2009

ISHTAR.
Abonné·e de Mediapart

Comment fut éradiquée vraiment la variole...

ISHTAR.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’éradication de la variole

Cette stratégie est développée dans un document de 135 pages, publié en 1980 par l’OMS.

La variole n’a pas été vaincue par les grandes campagnes de vaccination de masse mais par la recherche active des malades, la surveillance des contacts et leur isolement immédiat s’ils tombaient malades. C’est ce que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) appellera la stratégie de« SURVEILLANCE-ENDIGUEMENT ». Cette stratégie est développée dans un document de 135 pages, publié en 1980 par l’OMS et intitulé : « L’éradication mondiale de la varioleRapport final de la commission mondiale pour lacertification de l’éradication de la variole ». En voici quelques extraits :« Les campagnes d’éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de massefurent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas ».L’OMS reconnaît que dans certains pays, même lorsque la couverture de vaccination, atteignait 90%,la maladie continuait à se propager. Elle considère qu’il « eut été extrêmement coûteux etlogistiquement difficile, sinon impossible, d’atteindre des niveaux beaucoup plus élevés decouverture. Il fallait absolument changer de stratégie ». L’étude de la maladie : Une fièvre intense marquait le début de la maladie. Cependant, ce n’était qu’avec la phase éruptive –au moins 24 heures après – que le malade devenait contagieux.C’est ce créneau qui va être exploité dans la stratégie qui remplacera la vaccination de masse. Ellecherchera et réussira à interrompre la transmission :« Dès lors que les varioleux étaient isolés dans une enceinte où ils n’avaient de contact qu’avec despersonnes correctement vaccinées ou précédemment infectées, la chaîne de transmission étaitrompue ». La stratégie de surveillance-endiguement Tout d’abord, les malades étaient activement recherchés. Campagnes d’affichage, enquêtes auprès dela population, primes offertes à quiconque signalait un varioleux … Une fois qu’un malade était repéré, une équipe arrivait sur zone. Il était isolé, le plus souvent chez lui.Les personnes ayant été en contact avec ce malade étaient recherchées et surveillées. Si une fièvreapparaissait, l’isolement était immédiat. S’il s’agissait de la variole, cet isolement avait donc été réaliséavant que n’apparaisse la contagion. « En identifiant et en isolant immédiatement les contacts qui tombaient malades, on dressait unobstacle à la poursuite de la transmission ». De l’échec au succès : Les campagnes de vaccination de masse n’empêchaient pas la propagation de la maladie. Par exemple, on peut lire dans le rapport de l’OMS : « La campagne menée en Inde … révéla les limites d’une stratégie axée uniquement sur lavaccination de masse … même lorsque la couverture de vaccination atteignait 85 à 90%, objectifpourtant difficile à atteindre.En revanche, lorsque les programmes de surveillance active et d’endiguement efficace entrèrentpleinement en action, l’Inde fut en mesure de réaliser l’éradication dans un délai relativement bref ».En Inde, le dernier cas se produisit en mai 1975, « une année seulement après que l’incidencemaximale ait été signalée ». En 1974, l’Inde avait enregistré 188 000 cas, record absolu. Une vaccination circonstanciée : L’échec de la vaccination de masse ne signifie pas pour autant que le vaccin n’ait pas joué un rôle enapportant une certaine protection, au demeurant, difficile à évaluer. En effet, les équipes de santé quirestaient au contact des varioleux étaient constituées soit d’anciens malades, soit de personnes jugéescorrectement vaccinées. Il est possible que sans cela, ces équipes auraient été souvent décimées. Dansce cas, la stratégie de surveillance endiguement aurait, sans doute, moins bien fonctionné.En Inde, ces équipes représentaient 60 000 personnes pour 600 millions d’habitants (1 pour 10.000). 1977 La variole vaincue : Le dernier cas de variole fut recensé en Ethiopie. Le porte parole de l’OMS, F.J. TOMICHE, signa ungrand article sur cette aventure dans le journal Le Monde (21/12/1977) où il dit :« Sur le plan stratégique, l’abandon de la vaccination de masse en faveur de l’approche dite de« Surveillance Endiguement » revêtit une importance capitale. Avec ce type d’approche, onparvenait à faire échec à la transmission, même lorsque l’incidence variolique était élevée et les tauxd’immunisation faible. La méthode consiste en la prompte détection des nouveaux cas, suivie de la recherche de tous lescontacts possibles et leur isolement afin d’arrêter la transmission ». L’éradication de la surveillance-endiguement : Après 1980, la victoire sur la variole sera attribuée à la seule vaccination massive et systématique surl’ensemble de la planète. La recherche active des malades, la surveillance des contacts et l’isolementimmédiat des nouveaux cas seront passés sous silence. Pourtant, cette attitude est contraire aux voeux émis en 1980 par le directeur général de l’OMS, leDocteur H. MALHER. Il proclama l’éradication mondiale de la variole en rappelant l’importance de lastratégie qui ne reposait pas sur la vaccination de masse mais sur la surveillance-endiguement. Ii concluait son rapport en ces termes : « En raison du caractère exceptionnel de cette réalisation, il est important que les responsables de lasanté publique, les historiens et les générations futures aient accès aux éléments d’appréciation surlesquels ces conclusions ont été fondées ». Puisse ce rapport final nous inciter tous à réfléchir à la manière dont cette expérience peut nousaider à nous atteler plus facilement à la résolution d’autres problèmes de santé ». Les voeux du Docteur MALHER seront-ils un jour exaucés ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis