Isola Delle Rose
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2022

Abstention, vote barrage, vote nul : quelle morale du vote ?

Le vote est libre. On peut voter ce qu'on veut : blanc, nul, Poutou, Macron. Mais le vote n'est pas sans pressions. Pouvons-nous tirer une leçon des injonctions morales du précédent scrutin pour le suivant ?

Isola Delle Rose
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le vote est libre. Pourtant à lire la presse ("des publications renommées", pas des canards locaux), une presse à fort tirage ayant pignon sur rue, ou à écouter les radios du groupe Radio France par exemple, la pression morale est forte sur les abstentionnistes.

Souvenons nous des positions exprimées dans Libération ou Le Monde lors de l'élection présidentielle précédente, de Nagui sur France Inter qui avait refusé l'antenne à un chroniqueur qui expliquait son abstentionnisme et provoqué le départ de la radio de ce dernier. Les cri d'orfraies poussés par d’autres intervenants de la radio face à cette dangereuse tentative de prise de position abstentionniste ; un d'entre eux, au moins, avait expliqué, après, qu'il ne votait pas depuis des dizaines d'années, mais que, dans son cas, c'était différent, c'était lié à son métier...

Sur beaucoup de fréquences, dans beaucoup de pages, par des figures influentes, l'abstention était vilipendée, l’abstentionniste cloué au pilori médiatique. La raison était claire, il fallait faire barrage à Le Pen. Barrage fut fait malgré l'incroyable moment de vérité quand tous les soutiens de Macron fêtèrent déjà la victoire finale au lendemain du premier tour, en dépit de la présence alarmante de l’extrême droite au second.

Beaucoup de gens bien intentionnés se chargeront encore de pousser les abstentionnistes à voter Macron au deuxième tour contre Le Pen si, comme les sondages nous le répètent depuis des mois et des années, c'est le sort qui nous échoit.

Passons outre le fait que, si d'aventure l’extrême droite arrive au pouvoir, ce sera sans conteste la faute de ceux qui ont voté pour elle plus que de ceux qui n'ont voté ni pour elle ni pour l'autre. Que disent les pourfendeurs de l’abstentionnisme, les défenseurs du vote barrage qui bientôt risquent de chanter plus fort encore leur petit refrain ? Que disent-ils pour le premier tour ? Que disent-ils d'offrir un choix qui ne soit pas une répétition du schéma bancal de 2017 ? Se proposent-ils de voter Mélenchon pour que nous n'ayons pas à faire un nouveau non choix ? Quelle légitimité auront-ils d'appeler à voter pour une droite compromise pour maintenir l’extrême droite loin du pouvoir s'ils ne s'appliquent pas le même raisonnement au premier tour ? L'argument est pourtant le même : "pour empêcher Le Pen d'arriver au second tour il faudrait appliquer le vote barrage et voter pour Mélenchon" (le seul qui aurait apparemment une chance de passer si cette stratégie était appliquée au premier tour comme on nous demandera de l'appliquer au second).

Alors, chers amis, avant de presser tous ceux qui seraient tentés de s'abstenir ou de voter blanc ou nul, avant de leur intimer de voter pour un candidat dont l’ambiguïté vis à vis de l’extrême droite, entre autres, n'est plus à prouver, appliquez-vous votre bel argument et allez tous voter Mélenchon. Sinon n'essayez plus de contraindre d'autres à accepter la morale de votre raisonnement dans quelques jours.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. 
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Chaos dans les aéroports : le symptôme d’une crise profonde
Alors que les salariés d’Aéroports de Paris entrent en grève, les délais et les annulations dans les aéroports devraient accompagner les voyageurs cet été. Une situation qui est le fruit des impasses d’un modèle dans lequel ce secteur s’est enfermé. 
par Romaric Godin
Journal
Paris rapatrie 16 mères ex-membres de l’État islamique et 35 mineurs détenus en Syrie
La France récupère 51 de ses ressortissants qui étaient détenus dans un camp du nord-est de la Syrie depuis la chute de Daech. Uniquement des femmes, anciennes membres du groupe terroriste et leurs enfants, dont sept orphelins.
par Céline Martelet, Hussam Hammoud et Noé Pignède
Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report
Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François