Bizerte, Tunisie: la révolution en marche, une jeunesse en action

Après la révolution du 14 janvier en Tunisie, on assistait à une véritable cacophonie, la parole libérée se faisait entendre partout, dans les cafés, chez le coiffeur, à la télévision, dans les ondes…bref on en venait presque à se demander si un jour cette parole céderait la place à l’action. Voilà qu’au mois de mars, de jeunes Bizertins, se retrouvant autour d’un café, décidaient d’agir et de mettre en place des actions afin de « changer Bizerte », ainsi naissait le groupe très engagé : « C’est à vous de changer Bizerte »(http://www.changer-bizerte.venez.fr/). Leur action est aussi large que variée, leur objectif principal étant de démontrer que la coopération citoyenne permet d’améliorer le quotidien de tous. En somme un mouvement citoyen et fédérateur.

Ainsi, tous les dimanches, ce jeune collectif, d’abord 5, puis 8, et maintenant plus de 20 personnes, décident ensemble d’organiser un événement ; vendredi dernier, il était question de rassembler des dons pour les écoles primaires saccagées pendant la révolution. Au mois de mai après avoir obtenu le sponsor d’une société de peinture tunisienne, le pont mobile de Bizerte retrouvait une nouvelles jeunesse du fait de nombreux bizertins, tous heureux de participer à l’embellissement de leur ville. D’autres évènements ont suivi, comme le nettoyage des espaces verts et le ramassage de détritus, depuis toujours abandonné par les pouvoirs publics.

Néanmoins, la mairie soutient le groupe et loin d’entraver leur démarche, leur apporte soutien moral, et parfois, un soutien matériel. Le fondateur du groupe Ahmed Hamdoun me confie que le groupe jouit d’une véritable liberté d’action et que, presque, rien ne leur est refusé. « Presque », puisque le collectif a osé soulever la sempiternelle question des poubelles (quasi inexistantes) et que la même litanie leur a été servie : trop cher. Du reste, Ahmed Hamdoun et ses compagnons ne se laissent pas abattre et ne se bercent pas d’illusions, ils continuent leurs actions et bouillonnent d’idées et de ressources pour mener à bien leur projet.

Alors qu’en France on s’étonnait de ces bateaux tunisiens échoués au large de Lampedusa, d’autres tunisiens, plus chanceux sans doute, actionnaient leur boîte à idées et relevaient leurs manches.

Enfin, un petit mot sur Bizerte : ville portuaire tunisienne qui regorge de trésors visibles à l’œil nu : son mythique vieux port, la vieille ville réel musée à ciel ouvert, et pour le cliché, de longues plages de sable fin. Si vous recherchez de la douceur et de l’authenticité venez visiter Bizerte et rencontrer ses habitants qui seront heureux de vous accueillir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.