iszbel
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2019

Mépris

(

iszbel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On s’offusque de l’esprit prétendument  «  factieux » des Gilets jaunes, factieux car « anti démocratie représentative » , mais s’est on offusqué du rôle des multiples conseillers,  non élus, dont faisait entre autres partie Macron ? S’est on offusqué lors de l’imbecile Guerre de Libye, lorsque l’on ne savait même plus qui était le véritable ministre des affaires étrangères, Juppé où le «  conseiller » non élu ? Factieux, Macron .Factieux, Bernard Henri Levy ? 

Ce mépris qui se répand  comme une traînée de poudre chez les journalistes : «  mais ne dites pas que l’on est contre vous puisqu’on vous invite », «  mais si , vous êtes factieux, haineux, reconnaissez le »... haineux .. qui est haineux ? Car le mépris qui se gargarise de lui-même ad  libitum n’est il pas  lui même haineux . Pire, Il n’est en rien un argument  politique . Il clôt tout débat. Démontrant  ainsi l’impuissance de celui qui l’emploie. Quand les mots ne parlent plus, ce sont les armes.  Les Gilets jaunes ont su les éviter. Mais l’impuissance, en face a continué. 

L’impuissace mène  à la répression, d’abord policière, puis judiciaire. La répression judiciaire devient politique. Le droit s’en mêle. Un droit repressif, un droit politique. Démocratie ? Le mépris affiché dénie  donc peu à peu la démocratie . Une toute petite émotion, dont soudain on se demande : «  De quoi le mépris est il le nom? »

Alors revient en mémoire l’episode Ignoble des «  enclosure » lors de l’industrialisation anglaise. Et on ne peut s’empecher d’operer un parallèle entre ces «  white trash » condamnés à l’exil pour peupler les colonies, mais surtout abandonner leurs terres à L’Etat, et l’utilisation du terme «  petits Blancs » ( les Blancs étant , bien sûr ,  comme chacun sait, destinés à n’être que Grands).  Exemple anglais. Les Anglais ont la cote. Pas très amusing.

De quoi ce «  mépris aristocratique-vulgarisé » est il le nom ? ( car il n’a rien d’aristocratique, bien sûr , tant il est vulgaire.  (Cf  Del Castillo : «  la vulgarité bourgeoise est bien pire que la vulgarité populaire » car elle s’amuse du plus faible et elle tue , alors que l’autre s’amuse des mots et aide à vivre ), la  belle vulgarité bourgeoise . Écouter à ce propos le chanteur  la Canaille. On s’offusque du Fouquet’s qui brûle, haut lieu de convivialité, mais s’offusque t on des rond points mis à sac et brûlés , seuls lieux de convivialité restants. Non.  La guerre des symboles. Comme d’habitude.  

Le mépris comme argument zéro, le mépris comme émotion de haine, le mépris comme ressentiment. Car le mépris qui se lâche, c’est le rire jaune de la lucidité,  c’est l’esclave de la culpabilité. Oui, ces messieurs.dames peuvent se savoir coupables. Leur rire le prouve. Leur peur aussi. Seul règne le ressentiment, le ressentiment d’avoir été dérangés par quelque chose qu’il ne ne voulaient voir.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal — Amérique du Nord
La républicaine Liz Cheney battue à la primaire par une pro-Trump
La vice-présidente républicaine de la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021 paie son opposition à l’ancien président. Ce dernier a soutenu sa rivale, l’avocate Harriet Hageman, qui a remporté mardi la primaire dans le Wyoming.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart