iszbel
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2019

Mépris

(

iszbel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On s’offusque de l’esprit prétendument  «  factieux » des Gilets jaunes, factieux car « anti démocratie représentative » , mais s’est on offusqué du rôle des multiples conseillers,  non élus, dont faisait entre autres partie Macron ? S’est on offusqué lors de l’imbecile Guerre de Libye, lorsque l’on ne savait même plus qui était le véritable ministre des affaires étrangères, Juppé où le «  conseiller » non élu ? Factieux, Macron .Factieux, Bernard Henri Levy ? 

Ce mépris qui se répand  comme une traînée de poudre chez les journalistes : «  mais ne dites pas que l’on est contre vous puisqu’on vous invite », «  mais si , vous êtes factieux, haineux, reconnaissez le »... haineux .. qui est haineux ? Car le mépris qui se gargarise de lui-même ad  libitum n’est il pas  lui même haineux . Pire, Il n’est en rien un argument  politique . Il clôt tout débat. Démontrant  ainsi l’impuissance de celui qui l’emploie. Quand les mots ne parlent plus, ce sont les armes.  Les Gilets jaunes ont su les éviter. Mais l’impuissance, en face a continué. 

L’impuissace mène  à la répression, d’abord policière, puis judiciaire. La répression judiciaire devient politique. Le droit s’en mêle. Un droit repressif, un droit politique. Démocratie ? Le mépris affiché dénie  donc peu à peu la démocratie . Une toute petite émotion, dont soudain on se demande : «  De quoi le mépris est il le nom? »

Alors revient en mémoire l’episode Ignoble des «  enclosure » lors de l’industrialisation anglaise. Et on ne peut s’empecher d’operer un parallèle entre ces «  white trash » condamnés à l’exil pour peupler les colonies, mais surtout abandonner leurs terres à L’Etat, et l’utilisation du terme «  petits Blancs » ( les Blancs étant , bien sûr ,  comme chacun sait, destinés à n’être que Grands).  Exemple anglais. Les Anglais ont la cote. Pas très amusing.

De quoi ce «  mépris aristocratique-vulgarisé » est il le nom ? ( car il n’a rien d’aristocratique, bien sûr , tant il est vulgaire.  (Cf  Del Castillo : «  la vulgarité bourgeoise est bien pire que la vulgarité populaire » car elle s’amuse du plus faible et elle tue , alors que l’autre s’amuse des mots et aide à vivre ), la  belle vulgarité bourgeoise . Écouter à ce propos le chanteur  la Canaille. On s’offusque du Fouquet’s qui brûle, haut lieu de convivialité, mais s’offusque t on des rond points mis à sac et brûlés , seuls lieux de convivialité restants. Non.  La guerre des symboles. Comme d’habitude.  

Le mépris comme argument zéro, le mépris comme émotion de haine, le mépris comme ressentiment. Car le mépris qui se lâche, c’est le rire jaune de la lucidité,  c’est l’esclave de la culpabilité. Oui, ces messieurs.dames peuvent se savoir coupables. Leur rire le prouve. Leur peur aussi. Seul règne le ressentiment, le ressentiment d’avoir été dérangés par quelque chose qu’il ne ne voulaient voir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat