Ivan Sainsaulieu
Recherche et enseignement
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Lien 7 nov. 2017

Le harcèlement moral des femmes soignantes en milieu hospitalier

Faut-il différencier le harcèlement sexuel et le harcèlement moral ? Oui et non. Si le harcèlement sexuel renvoie plutôt aux libertés dans l'espace public et le harcèlement moral plus spécifiquement à la sphère du travail, où une certaine sujétion est de mise, ils portent tous deux gravement atteinte à l'intégrité morale et physique des personnes, comme le montre l'exemple de l'hôpital.

Ivan Sainsaulieu
Recherche et enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://fns.unifr.ch/travail-et-politique/index.php/les-chercheurs/ivan-sainsaulieu

Dans la presse, la nouvelle ministre de la santé, Agnès Buzyn, et le patron de l’AP-HP, Martin Hirsh, ont pris position récemment contre le harcèlement sexuel. Bien leur a pris. Dans le même temps, ils défendent une politique de restriction des dépenses à l’hôpital.

Côté face, la ministre a été engagée aux côtés des patients et pour la recherche, elle a même fait l’expérience du harcèlement sexuel. Elle promet de faire passer au second plan les préoccupations gestionnaires et de promouvoir de grandes causes sanitaires, comme la lutte contre le tabagisme, la taxation des boissons sucrées, une redistribution plus juste de l’aide familiale, la lutte contre la misogynie. Côté pile, elle a présenté les liens des experts avec l’industrie comme un gage de compétence (cf. Médiapart, le 7 mars 2016) et elle reprend à son compte la chasse au gaspis : selon elle, rien moins que « 30% des dépenses de l’Assurance Maladie ne sont pas pertinentes » (interview dans le Journal du dimanche du 22 octobre 2017). Ses qualités personnelles viennent donc ici re-légitimer un discours fort ancien contre « le trou » de la Sécurité Sociale : « mutualiser les dépenses », fermer des lits « qui ne servent à rien », privilégier « l’excellence et la haute technicité », contrôler les fraudeurs et les absences des personnels soignants, développer la chirurgie ambulatoire (ibidem)... Disons-le, ce côté-ci a l’air plus affirmé et les mesures de gauche plus timides, en phase en cela avec la politique du gouvernement. Dans le même temps, faisant écho au côté enchanté, Martin Hirsh dénonce le harcèlement sexuel à l’hôpital (Le Monde, 28 octobre 2017). Mais le patron de l’AP-HP est aussi en phase avec le côté sombre : suite au plan d’économies du ministre précédent en 2015, il a contraint les établissements de l’AP-HP à faire 3% d’économie sur leur dépense par an. Avec comme résultats plus d’horaires décalés, des temps de repos plus courts, deux jours de repos en moins… et plus de grèves en 2017.

Contrairement à ce qu’on lit parfois, le personnel hospitalier ne se féminise pas : ce sont les médecins qui se « féminisent », depuis un moment déjà. La grande majorité des soignants n’est pas médecin (environ 500 000 infirmiers et 250 000 aides soignantes) mais bien soignante, au contraire de la minorité salariée non soignante, plutôt masculine. Tandis que les chercheurs en sciences sociales essayent de penser ensemble dominations de classe, de couleur de peau, de genre, d’orientation sexuelle, voire écologique, les nouveaux chevaliers de la cause des femmes auraient tort de séparer leur idéal de la cause, moins noble certes en apparence, des conditions de travail.

Quel mal y a-t-il à épouser la cause des femmes ? Aucun, certes... sauf à la dévoyer. Si les discours progressistes sont sans lendemain, on écoeure le public et l’on nourrit par contrecoup des politiques réactionnaires – qui ne sont plus vraiment une simple hypothèse d’école, ni en France, ni en Europe, ni ailleurs. Depuis un moment, la gauche au pouvoir déploie des causes en trompe l’œil et laisse agir la main droite de l’Etat, démobilisant son électorat. A l’hôpital, le terreau est fertile pour le déploiement d’un double discours. La communication est à l’œuvre, surfant sur l’image populaire de l’hôpital dans des opérations grand public, vantant la qualité de soins et déclarant « redonner du sens au travail » en interne, voire cherchant à amadouer les syndicats par une attitude friendly. Mais dans le même temps, un discours répressif se déploie, on criminalise les esprits critiques, on intimide les protestataires, et surtout, au quotidien, se déploie un management véritablement toxique de culpabilisation des personnels, via des cadres trop soucieux d’être bien vus de leur hiérarchie. Il faut comprimer les dépenses, fermer des lits et des établissements, faire travailler les autres à flux tendu, en sous effectifs, via des dispositifs comptables comme la tarification des actes, des objectifs chiffrés comme la diminution de la durée de séjour des malades. Du coup, la charge de travail devient trop lourde, les salaires restent bloqués, la pression est maximale contre des personnels trompés ou découragés d’avoir à faire face à un management organisé, en plus de la maladie, de la souffrance des malades, des familles et des collègues. Les dirigeants de l’hôpital sont bien placés pour savoir que l’organisation du travail est la mère des batailles. Mais ils ne peuvent pas le dire sans la changer, ni la changer sans risquer leur place.

Si le harcèlement sexuel renvoie aux traditions corporatives de professions masculines, particulièrement de celles en position dominante, comme les professeurs d’université (sic), le harcèlement moral renvoie lui aux techniques de management anciennes et nouvelles qui entendent pressurer le citron en maniant avec art la manipulation des esprits : faire prendre la cause pour l’effet, la victime pour le bourreau. A l’hôpital, ce management toxique use et abuse du sentiment du devoir produit par une double socialisation primaire et secondaire : en tant que filles ou mères et en tant que professionnelles, les soignantes sont portées au care, à prendre soin d’autrui, et sont dès lors parfois moins enclines à contester ou à revendiquer. Par expérience, les soignantes savent bien qu’elles sont utilisées, mais en pratique, elles sont prédisposées à prendre sur elles, quitte à en souffrir, jusqu’au suicide parfois, pour celles (ou ceux aussi) qui se jugent trop sévèrement responsables des dégâts causés par l’organisation du travail aux patients.

Evidemment, même « la patience des femmes » a des limites, d’où la possibilité de trouver des « enveloppes », pour éteindre le feu ici ou là. L’émancipation des soignantes sera donc bien l’œuvre des soignantes elles-mêmes – mais aussi celle des patients, qui peuvent prendre la parole en public pour dénoncer les conséquences sur la santé des personnels et des patients de ce système gestionnaire inique.

Ivan Sainsaulieu, professeur de sociologie du travail à l’université (Lille, Clersé), a publié plusieurs ouvrages sur les relations de travail à l’hôpital.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871