Le détective-chocolatier et la très vieille dame en EHPAD

Comment un chocolatier très occupé prit le temps de découvrir comment et pourquoi une très vielle dame et ses soignantes furent privées de la joie de recevoir son colis de chocolats pour Pâques.

Les gendarmes de la brigade de la Charité sur Loire ont été saisis en urgence mais c'est le chocolatier qui résolut le mystère de la disparition des chocolats de Pâques destinés à la très vielle dame, aux aide-soignantes et à l'infirmière de l’EHPAD Les Colchiques du bourg de Premery 58700. Nous y reviendrons dans un autre billet de blog décrivant les efforts des gendarmes de la Nièvre.

La famille pensait à un vol car le suivi colissimo indiquait une livraison de la vieille dame- qui ne souffre pas de maladie d'Alzheimer (sa mémoire est très correcte et elle est bien orientée dans le temps et l'espace mais elle ne possède plus que le sens critique d'une enfant de cinq ans) ce qui motiva un placement sous curatelle renforcée aux biens et à la personne- disait avec désespoir à sa fille ainée ne pas avoir reçu ses chocolats et notamment la petite panetière en osier contenant six petites baguettes en chocolat au lait qui lui avait été promise par sa fille pour décorer un peu sa triste chambre d’EHPAD.

La fille de la très vieille dame avait consenti un effort financier pour envoyer aussi des chocolats de très grande qualité aux soignantes de l’EHPAD qui travaillent beaucoup car il y a trop de secrétaires dans cet EHPAD et pas assez d’aides-soignantes

Le directeur-dictateur ADA dispose en effet, pour l'assister dans la gestion d'un petit EHPAD ( seulement 53 pensionnaires)  et les communications avec les familles d'une secrétaire et d'une secrétaire de direction mais il prit bien soin de ne pas avertir la fille de la très vielle dame qu'il avait refusé son colis de chocolats de Pâques. 

L'EHPAD n'emploie pourtant que 4 aides-soignantes diplômées et deux faisant fonction d'aide-soignantes et la famille de la très vieille dame possède des photos montrant des ongles sales et cassés permettant de comprendre qu'une aide-soignante de plus et une secrétaire de direction de moins serait une mesure de bon sens et d’humanité dans un EHPAD avec seulement 53 pensionnaires.

Le directeur-dictateur ADA prit aussi soin de ne pas avertir les soignantes de sa décision sadique de les priver de chocolats en reconnaissance de la difficulté de leurs taches pendant la pandémie  COVID-19 car elles ne sont pas assez nombreuses tandis qu’une secrétaire et une secrétaire de direction sont pléthore pour un si petit EHPAD qui n’offre aucune communication par Zoom ou autre moyen avec les familles.

Le directeur-dictateur Ada et ses fidèles secrétaire de direction et secrétaire se permirent même de ne pas transmettre à l’infirmière un courriel intitulé :« Confidentiel Madame l’Infirmière » qui évoquait les chocolats, d’après ce que déclara l’infirmière le lundi de Pâques à la fille de la très vieille dame. C’est sûrement un délit mais il faudrait que le parquet de Nevers et ses gendarmes consentent à s’intéresser un peu aux multiples abus de faiblesse que cette vieille dame subit depuis des années dans la Nièvre pour que le directeur-dictateur Ada cesse de commettre des délits.

Il faut dire que le dictateur-directeur ADA et ses fidèles secrétaire de direction et secrétaire refusent à l’infirmière une adresse de courriel spécifique: Il a été dit à la fille de la très vieille dame que cela serait conforme aux directives administratives en vigueur et qu’il suffisait d’intituler l’e-mail « Confidentiel pour l’infirmière » pour que seule l’infirmière le lise et, ce, très rapidement bien sûr.

Le ton monta le lundi de Pâques entre l’infirmière niant l’envoi de tout colis de chocolats de luxe et la très vieille dame  jusqu’au moment où l’infirmière reprocha à la très vielle dame de dire n’importe quoi, comme à son habitude, à portée d’oreilles de la fille de la très vieille dame qui communiquait par téléphone avec l’infirmière.

La fille de la très vielle dame déclara alors calmement à l’infirmière excédée qu’elle venait de commettre une faute professionnelle et un acte de maltraitance psychologique en agressant sa mère et l’infirmière décida de raccrocher et de refuser de lui parler à l’avenir parce qu’elle s’estimait insultée.

Heureusement, le chocolatier-détective suppléa au manque d’enthousiasme des gendarmes de la brigade de la Charité sur Loire sollicités en urgence de faire cesser les brimades et actes de maltraitance physique, psychologique, civique et financière subis par la très vieille dame dans cette EHPAD.

Le détective-chocolatier écrivit à la fille de la très vieille dame le résultat de ses investigations couronnées de succès après des efforts considérables car le directeur-dictateur Ada dispose de barrières humaines efficaces  :

"Le 6 avr. 2021 à 16:43 

Bonjour XXX,

 

Je viens de réceptionner aujourd’hui le colis destiné à votre mère que nous avions envoyé le 31 mars 2021 dernier.

 

Après m’être renseigné auprès de La Poste, il semblerait que le colis ait été refusé par le personnel de l’E.H.P.A.D dans lequel séjourne Mme XXX XXX

J’ai donc pris la liberté de contacter l’E.H.P.A.D de Prémery pour connaître la raison de ce refus.

 

J’ai dû m’entretenir avec la secrétaire, sa supérieure et enfin le directeur de l’établissement pour  finalement avoir une réponse claire :

Ils ont effectivement refusé le colis de votre maman car sur ce dernier figurait également la mention « pour les aides-soignantes et l’infirmière » comme faisant partie des destinataire.

Le directeur de l’E.H.P.A.D m’a alors expliqué que son personnel n’est pas autorisé à recevoir un quelconque cadeau de remerciement de la part des familles des résidents.

 

Il est malheureusement dommage de devoir nous même les contacter pour comprendre la situation.

J’espère que le personnel de l’E.H.P.A.D a au moins pris le temps de vous informer.

 

Souhaitez-vous renvoyer un nouveau colis avec la marchandises qui est revenue au magasin?

 

Je me tiens à votre disposition si vous désirez plus d’informations.

 

Chocolatement vôtre

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.