Malgré "les procès Mediator" Servier persiste à payer des leaders d'opinion pour désinformer les médecins prescripteurs!

Après publication dans la revue "The Lancet" de ce que beaucoup ont considéré comme une "publicité déguisée et mensongère " pour un médicament antidépresseur commercialisé par le laboratoire Servier avec une startégie marketing agressive: l'Agomélatine (Survectan),6 lettres de protestations -dont une française- ont été publiées le 21 01 2012 in "The Lancet" et des universitaires italiens ont proposé la métaphore "Cheval de Troie" pour cette scandaleuse stratégie marketing dans un article indépendant:

"Agomelatine and the brave old world of narrative-based medicine -- Barbui and Cipriani 15 (1): 2 -- Evidence-Based Mental Health"

http://ebmh.bmj.com/content/15/1/2

Une des 6 lettres de protestation publiées dans la revue "The Lancet" était pourtant française et insistait sur les effets secondaires dramatiques pour un produit- au mécanisme d'action original allégué - mais qui semble encore moins efficace que le reste des antidépresseurs -qui le sont déjà assez peu -face au placebo à la lecture des essais cliniques sérieux publiés.

Il faut croire que les laboratoires Servier et leurs avocats- très chers et très dévoués et compétents- ne craignent rien de la justice française et encore moins de la presse française car cela ressemble à une récidive d'intoxication des prescripteurs via des universitaires recevant de l'argent de ce laboratoire.

Le scandale des "chevaux de Troie" en faveur de l'Agomelatine produit pas Servier et celui qui fait l'objet de cet article montre assez que les "procès Mediator" n'inquiètent pas les" présumés innocents"!

Quels dysfonctionnements de la justice et de la haute fonction publique en France expliquent donc que tant d'acteurs de la santé publique universitaires et employés de l'industrie pharmaceutique se sentent dans l'impunité au point de continuer la désinformation des médecins prescripteurs et des patients?

Je répondrais de manière non exhaustive. Premièrement,  la justice est à deux vitesses en France. Big Pharma est très riche. Nos mandarins leaders d'opinion ne sont pas sanctionnés par le conseil de l'ordre des médecins pour manquements à la déontologie médicale. Deuxièmement notre haute fonction publique est formée de fonctionnaires de droit divin qui sont promus quand ils commettent des erreurs et des fautes. Troisièmement, trop de  nos journalistes informent mal et tardivement le public par copinage avec les leaders d'opinion -sur le même modèle que le copinage des journalistes avec les hommes politiques qui facilitent  le travail de ces journalistes aux dépens de l'information. Enfin, nos concitoyens adorent les médicaments et ne sont pas conscients des risques consentis par la prise d'un médicament (ou d’un produit vendus par une boutique bio ou une herboristerie) d’ailleurs.

1) Tant que la justice française sera lente et que les avocats ne montreront pas un peu plus de déontologie, les très riches "présumés innocents " seront mieux défendus que les plaignants la justice sera à deux vitesses et les abus continueront.

NB: le grand âge de M Servier fait que si la justice qui a déjà saucissonné "le procès Mediator" en plusieurs endroits traine à la française , l'action publique s'éteindra avec l'octogénaire M Servier tout comme le violeur présumé en série de patientes de son cabinet de sexologie , le Dr Gilbert Tordjmann, qui est décédé avant son procès en 2008 (les plaignantes avaient subi des intimidation du conseil d l'ordre de médecin de Paris alors qu'elles ne se connaissaient pas entre elles et avaient envoyé des plaintes indépendantes à cet ordre très confraternel qui n'avait prononcé qu'ne fois une suspension de 1 mois pour violation du secret médical car son épouse prétendait qu'elle assistait à travers une glace sans tain aux consultations de son mari accusé de viols si ma mémoire est bonne ! ).

Un commentaire de généraliste montre que les présumés innocents n'ont pas changé leur habitudes de désinformation des médecins :  

///26/04/2012, 16:05 par berocca

Le laboratoire Servier est quand même extraordinaire: je suis médecin généraliste et une jeune visiteuse médicale (Servier) m'a présenté la semaine dernière le Diamicron, avec des études et des affirmations totalement fausses. Etant hélas lecteur de la revue Prescrire et incrédule/cynique la pauvre (peu aguerrie en fait, une visiteuse de 20 ans de métier est autrement plus corriace) s'est fait démolir, gentiment bien sûr. Mais j'ai pu constater qu'elle n'inventais rien, qu'elle répétait en bon petit soldat ce que le laboratoire (et son "visuel" de présentation) voulait qu'elle me dise: des mensonges, des résultats d'études bidonnés. RIEN n'a changé.

PS laboratoire Servier qui commercialisait aussi le Survector, pas mal celui aussi....//

Je lui ai répondu aujourd'hui 29/04/2012:

"Et si les médecins étaient plus nombreux à refuser de recevoir les visiteuses médicales car ces personnes ne sont là que pour faire prescrire leurs produits?

Et pourquoi perdre votre temps à discuter avec des personnes -coriaces ou pas - payées pour vous raconter de la propagande que vous ne pouvez pas instruire car elles ont à réciter de la propagande par définition?

Le problème est que ces personnes distribuent encore des cadeaux tels que des invitations à des congrès payants (l'inscription au congrès et les frais de déplacements sont pris en charge par le labo) ou des réunions conviviales entre collègues aux frais de Big Pharma qui régale après "avoir instruit" les participants etc..."

NB: Les responsables de l''industrie pharmaceutique qui se comportent en délinquants ont besoin de sanctions exemplaires pour se réformer mais cette industrie est très utile à la santé publique et tous les charlatans du domaine médical n'y sont pas cantonnés. Y compris chez les homéopathes il y a le pire et le meilleur pour prendre un  exemple. Il y a des escrocs partout y compris dans les "médecines alternatives " et   des produits toxiques nombreux ont récemment été retrouvés dans des herbes médicinales chinoises. Les huiles essentielles ne sont pas non plus dénuées d'effets secondaires possibles.  

Tous les médecins ne sont pas dépendants des labos et il faudrait encourager et saluer notamment les rédacteurs de la revue Prescrire et les généralistes qui ont obtenu en justice que la haute autorité de santé soit condamnée pour conflit d'intérêt dans des préconisations de prescriptions dangereuses, inefficaces et couteuses de traitements anti-Alzheimer n'ayant pas fait la preuve de leur efficacité et riches en effet secondaires.

Il est cependant certain que le conseil de l’ordre des médecins est impuissant à faire respecter la déontologie médicale par les leaders d’opinion corrompus par Big Pharma .

Je ne prétends pas que la tache soit aisée de faire la différence entre une collaboration scientifique et la corruption sous un prétexte de recherche mais il est certain que l’ordre des médecins français est impuissant  dan son organisation actuelle.

Comment des conseillers ordinaux responsables des ordres des médecins qui s'en mettent plein les poches (6000 EUR par mois à Paris) en plus de la retraite ou du cabinet pourraient-ils risquer de se rendre impopulaires au point de ne pas être réélus? Il y a là un conflit d'intérêt bien réel qui mérite à lui seul une réforme en profondeur du conseil de l'ordre des médecins et de ses prérogatives augmentées par Mme Bachelot car le président du conseil national de l'ordre des médecins, ancien radiologue de Neuilly, le Dr Michel Legmann est un des fameux "amis de 30 ans du président Sarkosy" .

 

2) Il me semble que le responsable de l'AFSSAPS qui a présidé au scandale Mediator -quand une courageuse "petite" cardiologue non universitaire qui dénonçait seule la toxicité du produit subissait des tentatives d'intimidation- a été promus à l'Education nationale si on en croit l'ouvrage de journalistes du journal "Le Point" :"L'oligarchie des incapables" .

M Hollande a promis de revoir certaines nominations politiques après son élection.

Aquilino Morel -un autre fils d'immigré espagnol qui a une place prépondérante dans l'équipe de M Jospin - est un brillant médecin et énarque IGAS qui est un des enquêteurs rédacteurs du rapport de l'Igas sur le Mediator. On y trouve écrit que des universitaires prétendent avoir été "roulés dans la farine" par le laboratoire alors que le Mediator est le nom commercial du Benfluorex et que le suffixe OREX signifie anorexigène de type 2 dans la cklassification internationale OMS.

M Hollande a donc toutes les raisons d'être bien informé!

Je ne suis donc pas d'accord avec le fatalisme d'un commentateur de l'article de M de Prémontal qui écrivait :

//Quand aux médecins "leadeurs d'opinions" n'en attendez aucun miracle, ils vont continuer sur le même chemin, comme les parlementaires DE DROITE ET DE GAUCHE, en "oubliant" le sens du terme conflit d'intéret.///

Et je connais bien ce milieu: pour avoir été mariée longtemps avec un mandarin notamment chargé de mission de plusieurs ministres de la santé (Kouchner et Bachelot) , pour avoir été formée en psychopharmacologie à Paris et à Oxford et pour être en conflit actuellement avec le conseil de l'ordre des médecins qui m'empêche illégalement d'exercer mon métier.

Mon "avis éduqué" comme disent les anglo-saxons est que ces mandarins et leaders d'opinion vendus à l'industrie pharmaceutique (ou fabricants de matériel) ou à un ministre qui leur offre un bureau sous les ors ministériels avec des repas gratuits et fins servis par maitre d'hôtel ne sont pas- à mon humble avis et dans leur ensemble- ni de grands courageux ni des stratèges de la délinquance plutôt des immatures politiques opportunistes se sentant au-dessus des lois-et ils ont raison car la justice les ménage visiblement beaucoup et le conseil de l'ordre des médecins fait semblant de vérifier l'absence de conflit d'intérêt.

Il suffirait que les juges sévissent et sans lenteur en mettant en examen des mandarins experts prétendant « avoir été roulés dans la farine » par le laboratoire Servier ou que les conseils de l'ordre des médecins soient remplacés par des commissions de déontologie correctes et efficaces pour que la donne change immédiatement: Qui aurait envie de perdre un statut de fonctionnaire particulièrement confortable pour un médecin (pas de frais de cabinet ni de matériel, pas de gestion de personnel, une protection financière et légale en cas de procès etc...) et les 8000 à 10 000 EUR de salaires (praticien hospitalier et professeur des universités) et une retraite plus que confortable pour des fautes déontologiques ?

3) Je ne comprends pas le silence de la presse médicale française grand public -en plein procès Médiator - sur la possible récidive d'un scandale sanitaire du type Mediator du fait de la toxicité hépatique de l'Agomelatine et des doutes très sérieux quand à son efficacité anti-dépressive malgré le scandale du cheval de Troie introduit dans "The Lancet" par deux universitaires ayant reçu de l'argent du laboratoire Servier qui ont exagéré les résultats d'un antidépresseur en profitant de l'écriture d'un article non soumis aux règles des publications d'essais cliniques dans cette revue prestigieuse . Je ne sais d'ailleurs pas que la presse médicale en français ait signalé la création du syndrome du cheval de Troie en hommage aux laboratoires Servier .

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.