Ivresse des Pourfendeurs
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2022

Ivresse des Pourfendeurs
Abonné·e de Mediapart

Sandrine Rousseau ou comment faire reculer écologie et féminisme

... tout en se revendiquand éco-féminsite ! Le moment politique dit 'Affaire Bayou', que la France suit ailleur que sur Médiapart (...), est emblématique des limites des méthodes révolutionnaires apliquées par une frange féministe dont le courant, s'il se prétend majoritaire, n'est certainement pas unique.

Ivresse des Pourfendeurs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Franchement, mais pourquoi je dois m'y coller ? Pourquoi ne peut-on pas lire quelque chose ici meme qui nous parle de ce qu'il se passe au niveau du féminisme en France en ce moment ? Car seul un courant est ici représenté, rendant alors impossible toute prise de recul face a l'actualité pour le moins mitigé du mouvement  féministe. Et c'est pas facile de taper sur un clavier en faisant un numero d'equilibriste et de contortioniste en meme temps. 

Rappel de l'actu : 

- J Bayou, elu secretaire general de son parti EELV et representant dudit groupe a l'assemblée national, a été contraint de se mettre en retrait de ses deux mandats car une de ses concurrente au sein du parti - S Rousseau, a eut la bonne idée d'aller parler sur un plateau TV que son ex avait mal vecu la séparation, et que cela lui avait créé des souffrances psychologiques. 

- Toutes les parties affirment que rien n'est pénalement répréhensible. J Bayou affimre que rien n'est meme moralement répréhensible et qu'il n'a jamais été ni agressif ou rabaissant ou blessant envers son ex compagne. Cela malgres un harcelement subit par l'elu - qui avouera avoir voulu deposer une main courante puis s'etre ravisé - pendant 3 années par un groupe d'ex compagne sentimentales qui apparement souhaitaient  un retour de baton concernant leur rupture respectives qu'elle considere donc comme une atteinte a leur integrité psychologique. (Ecrire ceci sans fléchir, le lire sans rire ni meme frémir). 

- S Rousseau, qui a toujours tenue la ligne des islamo-behats en cela qu'ils et elles sont absolument incapable  de formuler une quelconque critique de l'islam en France, raisonnable ou non, s'est faites copieusement sifflée a la manifestation de soutient aux combats de femmes iraniennes il y a 24 heures sous le nom de 'collabo'. Manges tes morts! Merci Daniele, on dirait que la France decouvre ce que c'est que d'avoir des deputés qui viennent du peuple...

Depuis plusieurs jours, les militant.es EELV sont pour la plupart en colere. On ne peut leur en vouloir, on se demande ou est l'écologie dans tout cela. Les militant.es de gauche en general aussi, car on ne voit pas bien ou est le progressisme dans la prise de partie sur plateau télé d'un conflit de couple - sans aucune violence, faut-il le rappeller. Plusieurs voix s'éleve pour dire que cela n'est 'pas mon féminisme', et cette-fois ci il elles n'ont pas l'air de vouloir se plier a l'injonction qui ne manque jamais de suivre : taisez-vous. 

Et bien tant mieux, il est urgent qu'il y ait debat sur la question. Les tribunaux en dehors des cours de justice finissent immanquablement par etre recupéré par des personnalité de premier plan ou qui souhaitent le devenir, comme S Rousseau qui, ne nous y trompons pas, est une fine politicienne. Elle sonde voir jusqu'ou elle peut aller sachant que pour le moment elle est a l'abri de tout retour de flamme. De 'l'entrecote' a 'j'ai reçu ton ex hier chez moi', elle ne recule devant rien pour parvenir a obtenir par la barbouzerie ce qu'elle n'est pas arrivée a obtenir par le vote interne.

Mais ca c'etait avant l'affaire Bayou.

Je pense que Rousseau vient d'entamer copieusement ses chances de tout mandat elu ou fonction interne a son parti autre que ce qu'elle a deja en main. L'avenir vient de s'assombrir, et on peut s'attendre a ce qu'elle surencherisse dans les jours qui viennent, jouant ce vatout jusqu'au bout quitte a endommager durablement son parti EELV, son groupe La NUPES, l'ensemble de la gauche politique et bien sur le mouvement féministe qui semble aujourd'huis illisible pour beaucoup. 

Tout cela a cause d'un groupe d'ex qui a voulu se rappeller les années lycée et d'une arriviste politique dont les méthodes auraient été applaudis, en URSS, il y a 70 ans. 

J'étais perplexe face a ce que pouvais etre "l'eco-feminisme", qui pour moi n'a pas de sens meme en terme d'intersectionnalité. On allait voir ce qu'on allait voir nous disait certain.es ici meme. Veni, vidi, ouais ouais, mais la c'est pas vici du tout. L'eco-feminisme se revele comme une fumisterie :  Il n'est pour le moment rien de plus qu'un enieme produit de marketing politique, celui-ci visant quelques bourgoises citadinnes qui souhaitent se donner bonne conscience tout en evacuant leur frustrations de l'autre (c'est pratique c'est comme apprendre en dormant). Enfin, l'eco-feminisme, dans sa methode et je dis bien dans sa methode, est bien revolutionnaire : il ne s'embarrasse pas des lois ni des institutions, pas plus que du respect de l'autre ou du contradictoire. Il ne cherche pas la verité, il cherche la victoire, quoi qu'il en coute. 

Il faudrait au moins ouvrir le debat sur Mediapart, car en fait le debat est deja ouvert ailleurs. Mediapart a fait une habitude d'etre a la traine depuis quelques années et de plus en plus obtu sur certains sujets. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Des médecins accompagnant des patients en cancérologie confient leurs doutes
La convention citoyenne sur la fin vie qui s’ouvre aujourd’hui doit se prononcer sur une légalisation de l’aide active à mourir. Deux médecins de l’Institut de lutte contre le cancer Gustave-Roussy, qui sont auprès des malades en fin de vie, partagent leur vécu et leurs interrogations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations
L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Viktor Bout, (es)pion auquel tient tant le Kremlin
Le Kremlin a lâché l’ombre en sa possession, la basketteuse américaine Brittney Griner, pour la proie russe emprisonnée outre-Atlantique : Viktor Bout. Le système Poutine a ainsi montré à quel point il tenait à libérer un marchand d’armes au destin symptomatique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart