Ivresse des Pourfendeurs
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2021

Ivresse des Pourfendeurs
Abonné·e de Mediapart

Une autre image de JLM

Le paysage médiatique en France et idéologique a gauche ajoutant a la main mise des principales redactions francaises par les oligarques est tel qu'il est devenu tres difficile de lire quelques chose de serein sur Jean-Luc Mélenchon a l'intérieur de nos frontieres.

Ivresse des Pourfendeurs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je vous partage donc ici un article du de Domani (Rome) paru dans la courrier international ce jour, afin d'amener un tout petit peu d'équilibre et d'espoir plus que necessaire en ce moment. 

Premier candidat important à présenter sa candidature à la présidentielle à gauche, Jean-Luc Mélenchon n’a pas abandonné ses ambitions, constate le quotidien Domani. L’homme reste fidèle à ses valeurs, et, comme le prouve son parcours passé, son flair politique peut réserver des surprises.


Jean-Luc Mélenchon veut récupérer tout ce que la gauche a vu lui filer entre les doigts : l’Élysée, la lutte des classes, le peuple et le populisme. La droite a volé à la gauche jusqu’au dictionnaire. L’extrême droite d’Éric Zemmour cite Antonio Gramsci [intellectuel communiste italien] et parle d’hégémonie culturelle, tandis que les ultraconservateurs européens font leur Internationale : même la boîte à outils historique de la gauche est tombée entre des mains tout autres que les siennes.

Problème : le leader de La France insoumise se lance dans une mission proche de l’impossible : la gauche en France est divisée, le mot est faible, et rien ne dit que le peuple acceptera encore de la suivre. Certains trouvent à Mélenchon un charisme séduisant, d’autres un égocentrisme clivant. Mais pendant que le fondateur du parti, député et candidat à la présidentielle de 2022 tente de relever la gauche française, les jeunes cadres insoumis œuvrent au redressement à l’échelle européenne.

“J’ai un programme, une équipe, je suis prêt à gouverner”
“Nous nous sommes mobilisés pour répondre aux échecs du Parti socialiste et pour renouveler le leadership à gauche”, explique depuis Bruxelles l’eurodéputée insoumise Manon Aubry, qui copréside également le groupe de la gauche européenne. C’est la plus jeune – elle est née en 1989 – à assumer une telle fonction en Europe.

Lui a toujours été là. Mélenchon est en lice pour la présidentielle de 2022 depuis quasiment un an déjà. “J’ai un programme, j’ai une équipe. Je suis prêt à gouverner le pays” : ces mots noircissaient les colonnes des quotidiens français dès novembre 2020, alors que les unes des journaux étaient encore quasiment vierges de candidatures.

Pour donner une idée du calendrier, Anne Hidalgo, la maire de Paris, la socialiste qui séduit a minima la gauche de la capitale, officialisera seulement le dimanche [12 septembre] sa candidature à l’Élysée. L’ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg s’est jeté à l’eau officiellement le 4 septembre.

À LIRE AUSSIFrance. Jean-Luc Mélenchon, le populiste salutaire
Preuve cependant qu’à gauche les candidats se bousculent plus que les votes, un sondage Ipsos a accueilli sa candidature en relevant que Montebourg pouvait espérer au mieux décrocher 2 % des suffrages, tandis que, “quel que soit le scénario, aucun candidat de gauche n’a de chances de franchir la barre des 10 %”. Cette funeste prévision n’a toutefois pas dissuadé Fabien Roussel de se présenter pour le Parti communiste français (PCF), qui avait choisi en 2017 de se ranger derrière Mélenchon. Cette fois, visiblement, ce ne sera pas le cas.

Le chef de file de La France insoumise est là, dans les starting-blocks, avec “un programme, une équipe”, depuis des mois. Sans parler du temps qu’il a passé en politique : presque une vie, et toujours à gauche de la gauche, jusqu’à devenir la gauche majoritaire à la dernière présidentielle, avec 20 % au premier tour. Certes, il n’est arrivé que quatrième, mais Emmanuel Macron avait déjà raflé 24 %, tandis que Marine Le Pen coiffait l’insoumis d’à peine plus d’un point, et la droite des Républicains de moins d’un demi-point.

À LIRE AUSSIVu de Belgique. France : comment Mélenchon a fini d’enterrer l’union de la gauche
Surtout, face à cette kyrielle de candidats de droite, Mélenchon incarnait le seul signe de vie à gauche. Le Parti socialiste, derrière Benoît Hamon, est sorti laminé de la dernière course à l’Élysée, à 6 % seulement.

Mélenchon, qui, dans les années 1970, a participé aux luttes étudiantes et ouvrières mais rejette l’idée d’avant-gardisme (“Je n’y ai jamais cru”), perçoit et met au jour, dans ses publications et ses prises de position, toutes les failles de la gauche traditionnelle. Au début des années 2000, depuis les rangs du Parti socialiste, il accuse “la social-démocratie européenne de se soumettre au néolibéralisme”. À l’époque où Ségolène Royal se porte candidate, lui part “en quête de gauche”, selon le titre d’un livre qu’il publie en 2007 – et, l’année qui suit, quitte le Parti socialiste pour la chercher ailleurs. “On ne peut pas prêter le flanc à la droite.”

Il cofonde alors le Parti de gauche. Eurodéputé de 2009 à 2017, mais partisan repenti du traité de Maastricht, détracteur de la monnaie unique, défenseur du non au référendum sur la Constitution européenne en 2005 et promoteur d’une refonte des traités européens, il a fait de son opposition habituelle non pas une limite, mais un bélier pour percer lors des présidentielles.

“Une figure très appréciée dans les quartiers populaires”
L’“union populaire” et l’“avenir commun”, le peuple : dans cette présidentielle encore, Mélenchon se revendique du populisme. Comme l’ont fait avant lui des candidats comme Bernie Sanders, La France insoumise puise dans des idées radicales qui ont une longue histoire, mais se considère “née précisément pour porter le renouveau”, assure depuis Bruxelles Manon Aubry, coprésidente du groupe de la gauche européenne. C’est l’eurodéputé Manuel Bompard, un de ses collègues, né lui aussi dans les années 1980, qui pilote la campagne. Pourquoi présenter à nouveau un vétéran de la politique comme Mélenchon et ne pas porter une nouvelle candidature ? “Jean-Luc “est une figure connue, très appréciée dans les quartiers populaires, argumente Manon Aubry, mais on ne juge pas un livre à sa couverture, et son programme et son équipe sont tournés vers l’avenir”.

L’avenir, Mélenchon connaît : en 1989, alors sénateur, il propose le “contrat de partenariat civil”, qui est retoqué mais préfigure le Pacs, qui sera adopté dix ans plus tard. Voilà une dizaine d’années, sa première charge contre les élites, Qu’ils s’en aillent tous ! [Flammarion, 2010], se vend comme des petits pains en librairie.

Toujours en quête de gauche
Pendant la campagne de 2017, il est le premier à posséder le don d’ubiquité dans ses meetings : Mélenchon apparaît en personne sur une scène et sous la forme d’un hologramme sur une autre. Il joue si bien des plateformes Internet qu’à la fin 2016 sa chaîne YouTube compte plus d’abonnés que celles de Donald Trump et Hillary Clinton. Et, comme Bernie Sanders, il fait du numérique un allié précieux de mobilisation et de campagne.

Mélenchon appelait déjà de ses vœux une alliance avec les écologistes au début des années 1990, et la justice climatique figure au nombre de ses priorités affichées depuis plus de dix ans. Pendant que l’extrême droite tente de lui subtiliser l’hégémonie culturelle et l’Internationale, le dimanche 12 septembre, c’est lui, l’insoumis, qui s’est présenté sur la scène d’Ostende aux côtés du Parti du travail de Belgique (PTB) pour débattre des moyens d’endiguer la montée de “l’autoritarisme d’extrême droite”.

L’Internationale existe-t-elle à gauche en Europe ? Manon Aubry l’assure : “La gauche n’a absolument pas abandonné son idéal internationaliste. Nous incarnons une autre voie face à un discours de droite fondé sur le rejet de l’autre. En Europe, nous dénonçons l’austérité, la soumission de la politique au marché et aux grands groupes, Big Pharma comprise. Et nous défendons la justice climatique et sociale.” Pour relever des défis comme celui-là, pour Manon Aubry, “il est fondamental de dialoguer avec la gauche portugaise, espagnole, italienne”. Toujours en quête de gauche, comme le titre de ce livre dont l’auteur est, justement, Mélenchon.


Francesca De Benedetti

https://www.courrierinternational.com/article/vu-ditalie-melenchon-innovateur-de-gauche-depuis-toujours

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Congrès EELV : Marine Tondelier en passe de prendre « la suite »
L’élue municipale à Hénin-Beaumont et cadre dirigeante de longue date est arrivée largement en tête du premier tour du congrès d’Europe Écologie-Les Verts. Mélissa Camara, candidate proche de Sandrine Rousseau, arrive troisième derrière la proche de Yannick Jadot, Sophie Bussière. 
par Mathieu Dejean
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard
Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement