Ivresse des Pourfendeurs
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mars 2022

Ivresse des Pourfendeurs
Abonné·e de Mediapart

Mediapart doit prendre acte de ses erreurs

Ceci est l' extrait ivre d un commentaire qui ne devrait pas passer aux oubliettes, sous peine de faute morale et de gachis de gros rouge... Des pans entier de la population sont jetes dans la pauvrete pendant que l'on reserve ici l'essentiel de l'espace editorial sur des questions qui ne peuvent apporter de changement notable pour cette part de population declassee.

Ivresse des Pourfendeurs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est ecrit vite et meme pas relu ni corrige (si, un peu tout de meme. J'ai fait toutes les Apostrophes a posteriori en pensant a Frank Zappa) . C'est bourre de faute emise d'un clavier cyrillique sans accent. Entre ca et la dialectique aux accents méchamment prolétariens, c'est comme si cela avait ete ecrit par une machine Enigma pour certain.es ici.  Bref, c'est moche et beau comme la vie...

Les pauvres. Les gueuses et les gueux. Les sans dent. La division cassos (en dessous de la ligue beauf). Les mancheuses et les mancheux. Les gaeriennes et les galeriens. Dans l'antiquite comme aujourd'huis, condamne.es au supplice jusqu a la mort, lente. Pour beaucoup d'entre nous : la vie c'est moche et puis un jour tu creves.

Cette part de population, elle n a  jamais ete represente sur mediapart, en tout cas pas en elle meme. L'abonnement payant etant un bloqueur bien que je ne le remette pas en question car la  question est complexe et depasse le pouvoir de decision de Mediapart. On en discutera pas ici.

Mediapart fait ce qu'il peut, et que l'on doit aussi soutenir si on l'aime, surtout dans cette periode. Seul des avatars de ce qui est ici meme qualifie d'extreme gauche ont parfois porte le cri d un peuple en souffrance, en decalage, en incompréhension. Mais nous - ou je, car je ne parle au nom de personne - ne somme que nos propres avatars. Comme des photos de jeunesse, des instants de galere, que l'on evoque a chaque lune bleue et que l'on congedit a la meme vitesse que ce dernier verre de rouge dont la bouteille coute presque autant que le mensuel ici. Ouais, c'etait une bonne bouteille. 

Celles et ceux qui souffrent sont dans d autres logiques. Celles et ceux qui peinaient pour leur loyer hier manchent (ca veut dire faire la manche, la mendicité) aujourd'huis sur les parkings proche du centre ville ou nous faisons nos courses. Nous qui payons notre abonnnement a Mediapart tous les mois, et parfois pour le meme prix pour une petite bouteille de rouge.

Celles et ceux qui etait fragiles mais fonctionel.les hier ont aujourd'huis sombre.es. Mentalement avant tout, puis socialement. Ces publics qui etaient deja dans la souffrance ont sombres suite a deux ans de covid et de re-prioritisation temporaire de notre systeme de sante. Ils ont chute dans les abysses de la rue et depuis sont comme Voldemore, dont on ne cite pas le nom : les SDF. 

Faire un dossier locatif pour un appart salubre est aujourd'huis aussi complique et demandeur que faire un dossier de pret pour une maison de famille hier. Pas que dans la capitale mais partout.

Soutenir un ou une amie peut, et toutes celles et ceux qui ont de vrai.es ami.es le savent, devoir dire des choses difficiles.

Donc je te le dis, mon ami.e de la redaction : ecoute la souffrance du plus grand nombre, et agit en consequence. Montre nous que tu sais etre a l'ecoute de tes erreurs, ainsi que de tes lectrices et lecteurs. Fait evoluer ta ligne éditoriale.

Cette sequence doit avoir des consequence sur toi aussi, sur ta redaction, sinon cela voudrait dire que tu es deconnecte. 

Prends acte. 

Agit.

//En edit 48h plus tard...//

Voici ce dimanche matin ce que la redaction de Mediapart a choisi de mettre en avant de le Club.

La guerre fait rage en Ukraine, La Russie plonge l'Europe dans le chaos geopolitique, la pauvrete est toujours ce qui fait le plus de ravage a tous les etages en France, nous elisons un president dans 3 mois... Mais que se passe t il dans la tete de la personne qui a cru que le sujet clivant de l'ecriture inclusive etait ce sur quoi il fallait mettre nos neurones en route ce Dimanche matin ? Ce sont des choses comme celle ci qui la font prendre en grippe - cette ecriture inclusive - alors que la plupart d entre nous devrait s en foutre car elle n'est pas si derangeante que cela quand on veut bien etre raisonnable.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon