J Berthelot
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2014

Stéphane Le Foll ment sur les subventions de l'UE à l'exportation

Dans l'émission de France 2 Des paroles et des actes du 22 mai consacrée aux élections européennes, Stéphane Le Foll a répété : «Vous mentez… Il est faux de dire que l'Europe subventionne ses exportations agricoles. L'Europe ne les subventionne plus comme cela a été le cas il y a quinze ans. Il faut cesser de se culpabiliser sur quelque chose qui n'existe pas ».

J Berthelot
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l'émission de France 2 Des paroles et des actes du 22 mai consacrée aux élections européennes, Stéphane Le Foll a répété : «Vous mentezIl est faux de dire que l'Europe subventionne ses exportations agricoles. L'Europe ne les subventionne plus comme cela a été le cas il y a quinze ans. Il faut cesser de se culpabiliser sur quelque chose qui n'existe pas ». Ce faisant, il ne fait que reproduire le discours officiel des institutions européennes – Commission, Conseil et Parlement –, des Etats membres et des syndicats agricoles majoritaires et coopératives agricoles (Copa-Cogeca). Mais ce sont eux et Stéphane Le Foll les menteurs, pas François Bayrou, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon, qui soulignaient la responsabilité majeure de l'Union européenne (UE) dans la paupérisation des paysans d'Afrique ,qui les pousse à risquer leur vie pour migrer en Europe afin d'aider leurs familles avec leurs maigres économies.

Le fond du problème est que Stéphane le Foll et la Commission européenne partent de deux définitions erronées portant sur les subventions à l'exportation et sur les aides internes n'ayant pas d'effet de distorsion des échanges. Ils ne considèrent comme subventions à l'exportation que celles accordées au niveau de l'exportateur, qui ne représentent que la partie émergée de l'iceberg des subventions de l'UE à l'exportation – et qui ont été totalement supprimées depuis le 1er juillet 2013 –, oubliant les subventions internes bien plus considérables qui bénéficient aussi aux produits exportés. D'ailleurs, l'organe d'appel de l'OMC a jugé 4 fois – sur les “Produits laitiers du Canada” les 3 décembre 2001 et 20 décembre 2002, sur le “Coton des Etats-Unis” le 3 mars 2005 et sur le “Sucre de l'UE” le 20 avril 2005 – que les subventions internes bénéficiant aux produits agricoles exportés ont aussi un effet de dumping.

Et le jugement sur le coton a précisé que les aides directes fixes des USA – soi-disant sans effet de distorsion des échanges car “découplées” du niveau de production ou du prix –, étaient “couplées” car les producteurs qui les percevaient n'avaient pas une totale liberté de choix de leur production, n'ayant pas le droit de produire des fruits et légumes ou du riz sauvage. C'est l'une des raisons pour lesquelles le nouveau Farm Bill signé par Barack Obama le 7 février 2014 a définitivement supprimé les 5 milliards de dollars d'aides directes fixes. Or les interdictions ou plafonds de production sont infiniment supérieurs dans l'UE à ceux des USA, puisque des quotas limitent la production de lait jusqu'en avril 2015, la production de sucre jusqu'en 2016 et la production de vin (droits de plantation) jusqu'en 2018 et qu'il y a en outre des plafonds à la production de coton et de tabac.

Autrement dit, compte tenu de ce précédent de l'OMC sur le coton des USA, toute poursuite contre les aides directes soi-disant découplées de l'UE – les droits au paiement unique (DPU), rebaptisés droits au paiement de base (DPB) pour la PAC 2014-20 – est assurée de les considérer comme ayant des effets de distorsion des échanges et donc astreintes à réduction. Et, comme l'UE a accepté de réduire de 70% ce type de subventions si le Doha Round est finalisé, cela implique que les 37,7 milliards d'euros alloués aux DPU en 2012, qui ont représenté 65% du Budget  agricole de l'UE, chuteraient à 11,3 milliards et signeraient la mort des agriculteurs européens puisque ces aides représentent l'essentiel de leur revenu net.      

Il en résulte que les subventions à l'exportation de l'UE ont été de 4,9 milliards d'euros en 2012 pour les seules céréales (2,1 milliards), viandes (1,8 milliard) et produits laitiers (957 millions), avec des taux de dumping – rapport des subventions aux exportations à la valeur des exportations – allant de 40,4% pour la viande bovine à 23,9% pour les céréales, 21,4% pour les volailles et œufs, 10,9% pour les produits laitiers et 7,8% pour la viande de porc (1). L'essentiel des subventions aux produits animaux provient d'ailleurs des aides directes aux céréales et autres aliments du bétail d'origine européenne, bien que camouflées dans les DPU. D'ailleurs, puisque l'Accord sur l'agriculture de l'OMC considère que les aides aux intrants sont “couplées” et astreintes à réduction pour les pays développés, c'est une raison supplémentaire pour considérer que les DPU sont couplés puisque les 14,7 milliards d'euros d'aides aux aliments du bétail d'origine européenne ont représenté 39% des DPU en 2012.

Or 15,3% de ces subventions à l'exportation, soit 750 millions d'euros, ont concerné les seuls pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique) auxquels l'UE veut imposer la signature des APE (Accords de partenariat économique), les obligeant à ouvrir leur marché intérieur à 80% de ses exportations, alors même qu'elle a exclu que les APE traitent de la question cruciale des subventions agricoles qui ne pourrait être traitée qu'à l'OMC!

Jacques Berthelot, ancien titulaire de la Chaire Jean Monnet d'intégration européenne de l'Institut National Polytechnique de Toulouse et membre, au titre de Solidarité, du Groupe consultatif de la Commission européenne sur les aspects internationaux de la PAC.  

(1) Jacques Berthelot, Le dumping des céréales, viandes et produits laitiers de l'UE en 2012, notamment vers les pays ACP, Solidarité, 5 mars 2014 (http://www.solidarite.asso.fr/Articles-de-2014,684) 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone