J CLOPEAU
Abonné·e de Mediapart

50 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juil. 2015

L'Europe, ça ne veut rien dire

J CLOPEAU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une tribune de l'Huma du 4 mars dernier, reprise dans son article de ce 2 juillet par Ludovic Lamand, l'eurodéputée UDI-Modem Sylvie Goulard disait la chose suivante,: « Les conséquences de l’entrée dans la zone euro ont été systématiquement minimisées et continuent de l’être. L’interdépendance politique est infiniment supérieure à ce que les hommes politiques nationaux, y compris ceux qui sont censés être pro-européens, veulent bien admettre. Si les peuples ont le sentiment que le pouvoir leur échappe, c’est essentiellement à cause de ce déni. » Et de conclure, non sans provocation : « Ce n’est pas l’Europe qui bride la souveraineté des peuples et démolit la démocratie. C’est la naïveté ou le cynisme avec lesquels les hommes politiques nationaux bornent leur horizon au cadre national, en faisant comme si l’Europe n’existait pas. »

La première partie de cette déclaration est juste : c'étaitprécisément un des dangers – sans doute pas le seul, mais certainement pas le moindre – de l'euro ; l'adoption d'une monnaie commune allait accélérer l'accouchement au forceps d'une Europe politique. Et c'est bien ce qui ne cesse de se passer sous nos yeux depuis une décennie – et - demie : la construction d'une Europe politique qui ne dit pas son nom, puisque toutes les décisions qui sont prises, et qui sont bel et bien des choix politiques majeurs, sont présentées aux bons peuples qui ont l'impression de n'en pouvoir mais, comme des impératifs purement techniques auxquels on ne peut donc déroger (une variante du TINA de Thatcher). Au point que l'on a l'impression que ce ne sont pas les politiques, mais les eurocrates qui mènent le bal.

Mais ce que dit l'eurodéputée du Modem juste après, est un dérapage parfaitement contrôlé. D'abord elle parle de l'Europe comme s'il s'agissait d'une valeur en soi, comme si l'Europe était suspendue dans le vide, comme si elle était sans caractéristiques politiques et économiques identifiables. Cela n'a rien d'étonnant de la part d'une responsable politique qui se sent très probablement (je ne la connais pas, mais le contraire serait surprenant), plus proche des possédants que des travailleurs et qui, comme Cahuzac, ne « croit » certainement pas à la lutte des classes. Mais comme il faut bien trouver une explication au fait que les peuples se détournent d'une Europe dont elle se refuse de voir le caractère de classe, notre députée incrimine les dirigeants politiques dont elle prétend que la contradiction majeure du moment est qu'ils continuent à raisonner dans l' étroit cadre des nations. Ce faisant, l'élue européenne fait ni plus ni moins semblant d'oublier que 90 % des lois votées par les parlements nationaux sont la transcription de directives européennes sans que cela ne gêne, ni la grande majorité des parlementaires, ni les membres de l'Exécutif.

Non Madame, ce n'est pas d'une Europe qui flotterait dans les nimbes dont les peuples se détournent, c'est de l'Europe que Jean Monnet et ses épigones n'ont cessé de construire pierre à pierre des décennies durant, en faisant croire, bien avant Mme Thatcher, qu'il n'y avait pas d'autre alternative possible, par une sorte d'effet de cliquet. Les peuples de détournent d'une Europe où les puissants ont pris le pouvoir sans partage, et ils le font trop souvent sans s'opposer à leurs véritables ennemis, en se contentant, par lassitude et sentiment d'impuissance de regarder ailleurs. Et si les Hollande, Juncker, Merkel, Dijssenbloem et Cie se refusent à lâcher quoi que ce soit sur la Grèce, c'est bien parce qu'ils craignent que ce qui se passe là-bas, ainsi que dans l'Espagne de Podemos ne soit le prodrome d'une vague de fond qui les emporte. Alors la chanson du camarade d'Eugène Pottier, écrite à l'aube de la Commune retrouverait toute sa force.

L’un suce ma moëlle,
L’autre boit mon sang.
Ma misère est telle,
Que j’en suis méchant.
Refrain :
Ah ! je l’attends, je l’attends,
L’attendrai-je encor longtemps ?
Ma misère est telle,
Que j’en suis méchant.
Ah ! viens donc la belle,
Guérir ton amant !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat