MAWLANA

AVIGNON 2019 - BOURSE DU TRAVAIL – MAWLANA – Cie La Scène Manassa par Nawar BULBUL d’après Fares Al-Zahabi – du 5 au 28 juillet Contact : 06 08 88 56 00

 

MAWLANA MAWLANA

 

MAWLANA - Une grande claque !!

Il faut tout d’abord saluer la performance d’acteur de Nawar Bulbul - Acteur et metteur en scène, Diplômé de l’Institut d’Art Dramatique de Damas - qui a aussi signé l’adaptation du texte de Fares Al-Zahabi et qui nous donne à voir les blessures actuelles du Proche-Orient (notamment) et les murs (hauts et épais) contre lesquels se cognent les esprits qui aspirent à la liberté, celle des Lumières.

Les questions cruciales : comment dépasser les interdits dans des sociétés dictatoriales ? Comment vivre selon ses aspirations : danser, chanter, penser et aimer librement ? Comment passer au travers des mailles du filet et trouver de nouveaux repères tellement tout est enfermé, bouclé ? le personnage d’Abed est pris dans la toile d’araignée tant de la société que de sa famille, enfermé comme dans les poupées russes... dans l’obscurantisme de la/les traditions religieuses. Au final, il est évident qu’Abed, après avoir tenté toutes sortes d’évasions, ne peut qu’essayer de se réfugier dans le cadre des confréries soufies, seul échappatoire, espère-t-il, pour préserver sa liberté d’esprit vers l’infini... « ...comme les planètes ! dit-il... » mais, même là, s’il s’envole c’est avec une ironie infinie, lui, que cette société considère comme « fou ». Mise au ban d’une autre manière que son ami Omran, artiste peintre qui est, lui, tout simplement éliminé... son œuvre anéantie, tout comme son existence même. Rentrer dans le rang, faire perdurer l’obscurantisme et l’asservissement, certains êtres le refusent, au risque d’être rejetés aux limites de la vie et passer quand même le mur invisible vers la liberté de l’âme...

On ne peut qu’être touché par cette violence que beaucoup subissent de plein fouet et d’autres qui ne comprennent pas encore quelle épée de Damoclès plane au-dessus de leurs têtes et de leurs vies.

Bravo à toute cette équipe qui a, elle aussi, trouvé ce bout de chemin de la survie et nous fait ressentir, sans pathos, l’essentiel de la vie, cette énergie vitale qu’est celle de la liberté que l’on ne saurait situer dans l’être humain mais qui est bien réelle...

Allez sans hésiter à la Bourse du Travail, les claques comme celle-là font grandir !!

 Joëlle Cousinaud

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.