j sivieri
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 sept. 2021

SNU du Gard : la paye toujours en attente

Plus de deux mois après la fin du Service national universel qui s’est déroulé à Méjannes-le-Clap du 19 juin au 2 juillet, l’équipe d’encadrement attend toujours d’être payée. C’est l’ASP, (Agence de services et de paiement) qui est en charge de la gestion du règlement des salaires des équipes d’encadrement du SNU.

j sivieri
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui fait quoi au niveau de l’État dans l’organisation du SNU ? C’est la question que l’on peut se poser concernant les séjours de cohésion qui se sont déroulés dans une quinzaine de départements en accueillant quelque 3 000 jeunes volontaires. Dans le Gard, c’est au sein du Village de Vacances « Les cigales du Gard » de Méjannes-le-Clap que se sont retrouvés plus de 200 jeunes encadrés par une équipe d’une quarantaine de cadres.

Tout travail mérite salaire

Or jusqu’à aujourd’hui, point de salaire. Deux mois après, il est inadmissible que les cadres de Méjannes-le-Clap doivent contacter les services auprès des directions départementales et régionales pour réclamer leur salaire. L’un d’entre eux s’est vu répondre « qu’il y avait du retard. Un autre « que les services travaillent en sous-effectif », un troisième « que la personne qui traite les dossiers est en vacances ». Il leur a aussi été certifié que « certains dossiers incomplets empêchent le traitement de tous les autres ». A cela s’est ajouté le fameux « vous serez payés dans quelques jours » pour certainement se débarrasser des inopportuns qui réclament simplement leur dû. Tous les arguments répétés depuis deux mois par les différentes administrations sont irrecevables pour les encadrants du SNU. Le même problème se pose d’ailleurs dans d’autres départements.

Le ping-pong administratif

Le « contrat d’engagement éducatif » signé par le salarié encadrant le séjour de cohésion du SNU relève du Ministère de l’Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports. Pour le séjour de Mejannes-le-Clap, c’est le rectorat d’académie l’employeur. Le parcours administratif d’un dossier passe par le niveau départemental de Jeunesse et sport qui est chargé de le vérifier. Ensuite le niveau régional financier de cette même administration le valide et le fait suivre au niveau national de l’ASP pour règlement effectif. S’agissant du SNU, contacter l’ASP nationale relève du parcours du combattant ! Aux dires d’un employé de cette structure « Une avance importante devrait être versée la semaine prochaine ». Une avance seulement ! Peut-être l’État veut-il réserver le solde pour les fêtes de fin d’année ?

Décentraliser, une nécessité

Selon le président de la République « Il ne s’agit pas de réinventer le service militaireMais de donner à la jeunesse de France des causes à défendre, des combats à mener dans le domaine social, environnemental, culturel ».  Emmanuel Macron poursuit : « Beaucoup disent que c’est impossible à faire. Cela forge plutôt en moi la conviction que c’est une nécessité de le faire ».

Soit ! Mais il y a aussi nécessité de définir exactement le pilotage de ces programmes et de donner aux préfectures et aux services départementaux ou régionaux la possibilité de gérer directement les financements pour que les « personnels pédagogiques occasionnels » ne fassent plus les frais de ces dysfonctionnements avérés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin