J20

J20

Éditeur/Media indépendant
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 août 2020

Macron en visite - TOULON sous contrainte sécuritaire

Emmanuel Macron s'est rendu en visite à TOULON ce 4 Août 2020.

J20

J20

Éditeur/Media indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Macron en visite - TOULON sous contrainte sécuritaire © JOURNALISME 2.0

Installé depuis quelques jours au fort de Brégançon pour 3 semaines de "vacances studieuses", plusieurs gilets jaunes s'étaient rendus sur la plage pour tenter de l'approcher. Anaïs albertini, Stephane espic et d'autres gilets jaunes sont donc restés plusieurs jours pour le rencontrer et faire entendre leurs revendications. On notera au passage la convocation d'Anaïs Albertini une gilet jaune des plus déterminés à la gendarmerie de Hyères précisément à l'heure à laquelle la visite de Macron à Toulon était prévue. C'est donc accompagné de G. DARMANIN que le marquis s'est donc rendu à la rencontre de H. FALCO le maire de la ville. Installé depuis quelques jours au fort de Brégançon pour 3 semaines de "vacances studieuses", plusieurs gilets jaunes s'étaient rendus sur la plage pour tenter de l'approcher. Anaïs albertini, Stephane espic et d'autres gilets jaunes sont donc restés plusieurs jours pour le rencontrer et faire entendre leurs revendications. On notera au passage la convocation d'Anaïs Albertini une gilet jaune des plus déterminés à la gendarmerie de Hyères précisément à l'heure à laquelle la visite de Macron à Toulon était prévue. C'est donc accompagné de G. DARMANIN que le marquis s'est donc rendu à la rencontre de H. FALCO le maire de la ville. 
C'est au "Café liberté" que leur rencontre a duré le plus longtemps. Les médias officiels (par exemple VAR MATIN) nous ont montré des images bien belles de cette journée ensoleillée. Usant de plans serrés et "d'effets de com" la mise en scène est bien rodée depuis plusieurs mois. Si nous regardons de plus prés. On est loin des visites Chiraquiennes et des verres de bières à la bonne franquette avec la population amusée. La musique du "parrain" aurait presque été pertinente sur la vidéo. En effet l'envers du décor présente une vision bien plus sombre et loin de déchaîner les foules ou les rassemblements teintés d'acclamation. Le dispositif de sécurité est impressionnant. Un chef d'état qui a besoin de tant de sécurité lors de ses déplacements à l'intérieur même de son propre pays...cela donne à réfléchir. Que craint-on ? Qui craint quoi ? Qui craindre ?. Les citoyens eux même sont en petit nombre, calmes, dociles...intimidés ? Dans la vidéo un policier a la main sur son arme, je ne doute pas que cela doit constituer un élément d'une procédure. Mais même sur leur visage on perçoit de l'agacement, de l'incompréhension. Ils ne savent pas, ils ne savent plus alors ils obéissent...à la procédure, à l'autorité. On dirait qu'ils cherchent plus à se protéger eux même que Macron...et peut être même DE Macron. Et Darmanin, leur patron...quel patron...quel patron ? 
Les bus sont stoppés, les citoyens qui s'approchent trop prés sont fouillés. Les journalistes qui peuvent s'approcher sont triés, sélectionnés et surtout, rares. L'Elysée décide de tout et pour tout le monde. Attention braves gens. Ne criez pas. Ne bougez pas, restez là, mettez-vous là et mettez votre masque, mais ne dissimulez pas votre visage. De l'injonction paradoxale par ci, de l'intimidation par là. Un hasard aussi de passer exactement à l'endroit de la bavure  du désormais célébre commandant Didier Andrieux ? Je ne crois plus au hasard avec ces individus. Vous retrouverez le déroulé de cette journée théâtre dans la presse officielle. Nous vous en montrons une parti du décor et quand on voit le décor...on peut être inquiet de ce que sont les coulisses...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal