J20

J20

Éditeur/Media indépendant
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 févr. 2021

La télé de demain, c’est aujourd’hui !

J20

J20

Éditeur/Media indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La TWEB est lancée ! 

Du journalisme citoyen en passant par le journalisme 2.0, la télévision 2.0 est née, elle s'appelle TWEB.TV

Les conséquences sont nombreuses sur notre façon à tous de percevoir l'information, le journalisme et la diffusion de contenu. Des mises au point s'imposent et cet article tente d'apporter des éléments de réponses pour que chacun puisse se situer par rapport aux constats faits dans une période aussi floue que la nôtre. De la prudence à la confiance, il y a encore tout à démontrer pour ces nouveaux médias dans une population déjà bien déçue par les canaux "officiels". 

Au cœur d’un monde numérique, la naissance de nouvelles voies et nouveaux processus d’informations prennent une dimension globale et deviennent une nécessité vitale. D’abord, il faut comprendre les enjeux de la numérisation. On doit vraiment la percevoir comme un outil et seulement en tant que tel, elle ne doit ni remplacer ni se substituer à l’humain, seulement en être un prolongement.

La progression de la technologie est telle qu’on doit aujourd’hui la ralentir pour la rendre compréhensible. Pas toujours pour des raisons financières ou stratégies capitalistes. Parfois, le seul frein est simplement l’appréhension que l’on ressent à l’utiliser. “Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas… c’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles” (Lao Tseu). Pourtant la démocratisation des moyens de communication et de la technologie ne nous a pas échappé et nous sommes tous en tant qu’être humain concerné par le partage des informations, le traitement de l’image, la téléphonie, l’internet, etc.

Avant même le partage de l’information, il y a la récupération de celle-ci. La “captation” des données a tendance à se multiplier à travers les Lives et partages de chaque journaliste citoyen (apportant de la matière brute, pas encore de l’information !). C’est une manière de voir à travers les yeux des citoyens. La notion de journalisme citoyen n’est pas apparu avec internet comme certain le pense, mais bien avant. Au moment de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, un citoyen a filmé la scène avec sa caméra et il fut présenté comme le premier journaliste citoyen de l’histoire (par le journal libération). 

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Journalisme_citoyen

À l’heure où les médias “indépendants”, “apartisans”, “apolitiques”, etc. se multiplient sur la toile. Par l’effet combiné de la violence des événements actuels d’une part et d’autre part les mensonges avérés et aujourd’hui dénoncés de la part des médias “mainstream” (diffusion à la tv publique et satellite, chaines d’info en continu…). La confiance du peuple vis-à-vis de ces médias majoritaires et imposés par les pouvoirs en place (financiers et politiques) est devenue extrêmement fragile. Face à cela, on voit donc apparaître des chaines indépendantes, quelques-unes sur YouTube ont déjà bien fait leur chemin et a même acquis une forte crédibilité envers un large public, et ce malgré beaucoup de trollage et de tentatives de censures et baillonages numériques en tout genre.

Le journalisme citoyen est au peuple et doit concerner l’information et les problématiques du peuple pour le peuple. Il y a eu trop de politiques qui ont parlé aux citoyens, maintenant les citoyens doivent parler aux citoyens. Cette forme de journalisme commence dans la main de chacun d’entre nous, tout le monde aujourd’hui arrive avec un simple smartphone à prendre des images autour de lui, le peuple est devenu le témoin du peuple… dans une époque comme la nôtre il y a des violences qu’on arrive à éviter et d’autres que nous arriveront un jour à faire condamner juste grâce aux Lives ou aux vidéos de quelques personnes présentes.

Mais ce n’est pas la seule application. Nous pouvons être les témoins de moments importants, démocratiques, des débats, des réunions, des AG, des expos, des ateliers, brefs… le journalisme citoyen ce n’est pas seulement pour filmer la police et avoir des preuves, il faut que ce soit plus que ça. De nombreuses initiatives sont menées pour vous donner un maximum d’images, de vidéos et d’informations locales, nationales, pédagogiques ou divertissantes… Des structures s’organisent de manière bénévole ou participative, mais souvent amateur et avec peu de moyens. Des cagnottes sont disponibles pour beaucoup de structures… et c’est une bonne chose. Si la population se responsabilise et y trouve son compte que chacun puisse donner et faire subsister ce qui les intéresse. Cruel, mais suffisamment démocratique si tout le monde joue le jeu. J’ose croire qu’il y a une démarche civique importante aussi dans l’engagement de ces médias et même dans la démarche de ceux qui les soutiennent. Je pense que le succès et l’impact de toutes ces initiatives dépendent de leur capacité à s’organiser, se coordonner, voire, soyons fous, collaborer pour un meilleur partage de l’information. Pour faire de l’information et de ces processus numériques de diffusion, un outil de transparence permettant au peuple de voir ce qu’il se passe et, dans l’autre sens, de montrer ce qu’il se passe aux autres membres du peuple. 

À condition qu'il n'y ait pas un déséquilibre causé par un média monopolaire qui pourrait rafler tout le marché des contributions et du coup devenir lui-même un racoleur mainstream. On ne guérit pas un mal par un autre. Il est donc important pour nous que chaque créateur et média puissent développer son propre modèle économique. C'est la diversité des structures qui doit pouvoir faire la force d'une VRAIE TÉLÉVISION CITOYENNE. Les moyens techniques que nous utilisons coûtent bien moins cher qu'une chaine de télé. Les investissements colossaux demandés pour la réalisation d'une simple émission ou d'une chaine sont aujourd’hui totalement démesurés. Nous sommes capables de faire tellement plus avec tellement moins qu'il serait totalement inutile d'investir plusieurs centaines de milliers d'euros dans une seule structure qui les demanderait pour faire ni plus ni moins que le travail déjà effectué brillamment par de petits ou grands médias de qualité. Nous préférons de loin aider ces derniers à collaborer et développer leur audience au travers des supports novateurs respectant leur indépendance et la propriété de leur travail. C'est notre idée de TWEB.TV la télévision 2.0.
 
Il y a dans le journalisme citoyen une interactivité qui lui est propre. D'abord à travers le côté participatif des commentaires et les participations d'invités distants. Ce sont les consommateurs de l’actualité qui peuvent la fabriquer eux-mêmes et la partager pour la faire connaitre à travers les chaines et processus concernées. On commence à voir de vraies motivations chez certains pour informer ou “réveiller” la population comme ils qualifient eux-mêmes leur démarche. C’est ce qui rendra le journalisme citoyen très souvent engagé. D’ailleurs, même en étant “apartisan”, il est lui-même issu d’une source totalement engagée dans les événements. Il est clair que ce sont les passions de chacun qui sont le moteur habituellement rencontré dans la démarche de ceux qui s’y engagent. Mais la sincérité est justement là… car ces passions, ce sont celles du peuple. Celles que l’on peut entendre ou ressentir quand on regarde autour de soi… à notre échelle. Si certains veulent ignorer cette source, libre à eux, mais c’est aussi une manière d’ignorer le peuple. Ce journalisme populaire doit pouvoir subsister, qu’il porte vos couleurs ou qu’il n’en porte pas, certains doivent surement vous correspondre, dans leur contenu, leur style, leur sujet ou la manière de les présenter. Le choix est large et les approches très diverses dans l’horizon des réseaux sociaux et de l’internet en général. Ces médias doivent eux aussi se responsabiliser et relativiser. S’il n’y a pas d’enjeu financier trop important, l’information doit pouvoir circuler, pour atteindre le plus grand nombre, surtout quand elle est de qualité et/ou qu’elle peut apporter beaucoup sur la réalité du monde et sa compréhension. C’est donc aussi à eux de la rendre accessible. De jouer de créativité et de valeur ajoutée selon la sensibilité de chacun portée sur la cohérence des infos, l’interactivité, l’approche ludique ou attractive pour quelques exemples. D’après ce que j’ai vu, nous sommes en très bonne voie et ce nouveau mode de diffusion a vraiment une place dans les processus démocratiques actuels et la gestion des conflits qui animent tout le territoire en ce moment.

Appuyée par la technologie et les réseaux sociaux le journalisme citoyen prend la forme de journalisme 2.0,

sources :  http://www.econum.fr/journalisme-2-0/
   https://www.ladocumentationfrancaise.fr/informations/espace-presse/communiques-de-presse/cp000193-journalisme-2.0.-nouvelles-formes-journalistiques-nouvelles-competences

C’est une forme d’extension technologique du journalisme citoyen, quelques sites et plateformes commencent à s’optimiser et s’organiser incluant des problématiques comme la récupération d’informations en milieux de conflits et autres terrains délicats ou dans l’interactivité avec la population et la prise d’opinion numérique, de nombreux sujets dans lesquels la technologie peut apporter beaucoup, autant dans la récupération des informations que dans leur diffusion et leur traitement. 

Voir aussi : http://www.diplomatie-digitale.com/featured/affaires-publiques/journalisme-citoyen-internautes-media-1325

Le JOURNALISME 2.0 est l'alliance ultime de l'homme avec la technologie dans le but de relayer les informations et l'actualité au plus grand nombre. Mais nous devons aujourd’hui aller plus loin et offrir au monde une nouvelle manière de diffuser. Ne plus être dépendant des réseaux sociaux et de leurs dictats. Se servir des réseaux sans qu'ils puissent nous asservir.

"Au cœur d’un monde numérique, la naissance de nouvelles voies et nouveaux processus d’informations prennent une dimension globale et deviennent une nécessité vitale."

TWEB est un processus de diffusion et multidiffusion multilangage et multisupport capable de concurrencer la télévision. Au travers la collaboration de créateurs de contenu nous pouvons diffuser de manière permanente et sur plusieurs chaînes thématiques leur contenu qui sera diffusé non seulement sur les plateformes sécurisées, résilientes et impossibles à censurer de TWEB.TV, mais aussi et en simultanée sur toutes les plateformes sociales de notre réseau (les nôtres et toutes celles des créateurs eux-mêmes) sur tous les réseaux sociaux classiques et alternatifs.

L’initiative de ce projet passe par les motivations grandissantes de la population à la fois à réclamer des informations simples et plus authentiques suite aux déceptions provoquées par les désillusions au sujet de l’information déformée, orientée voir carrément manipuler par les canaux officiels. L’idée d’une information fournie directement par le peuple elle-même ne garantit peut-être pas “l’objectivité” des éléments recueillis, mais il en reste une forme d’authenticité non négligeable.

L’idée est de vous proposer un contenu issu du journalisme citoyen et de nombreux médias indépendants ainsi que des créateurs populaires sur des thèmes différents. Pouvoir confronter les informations mainstream à une réalité du terrain au travers les yeux du peuple est très efficace d’une part pour dissuader aux malversations cachées et d’autre part toucher un plus grand nombre de personnes en permettant aux auditeurs de voir et partager les contenus sur tous les autres réseaux. Cette notion d'interopérabilité est la clef de lutte contre la censure numérique de plus en plus présente.

La motivation de personnes prêtes à prendre des risques et à communiquer sur ce qui leur tient à cœur mérite des supports plus performants aujourd’hui. Éduquer, partager et informer, voilà notre vision du journalisme citoyen et de la télévision 2.0. 

Il est temps de donner la parole au peuple et de voir à travers ses yeux pour comprendre ce que l’on vit et savoir que nous ne sommes pas seuls à le vivre.

La technologie en tant qu’outil va nous permettre de vous donner le plus d’informations possibles jusque dans des terrains ou des thèmes compliqués et risqués voir sensibles. Nous essayions de partager le plus de LIVE possible et de différents lieux (multiplex). Des reportages pourront être réalisés ensuite grâce à ces images par d'autres médias et dans différents formats pour s’étendre sur un bon nombre de plateformes. Nous compléterons nos diffusions par des interviews exceptionnelles, des analyses par des experts et des enquêtes terrain produites par TWEB (de nombreuses surprises vous attendent dans de nombreux thèmes, actu, culture, arts, cinéma, littérature, politique, sociale, concerts, musique, spectacle, humour…

Beaucoup de choses en prévisions qui seront complétées par la production des créateurs et autres médias indépendants de notre collectif pour comprendre le monde qui nous entoure et les événements à venir.

Pour allez plus loin et grâce à d’autres outils de notre conception, nous pouvons être un outil pédagogique et démocratique pour les groupes et communautés prêtent à s’engager dans cette voie depuis longtemps réclamée par la population. Pour ce faire nous sommes en mesure de couvrir ou organiser divers événements exceptionnels sur tout le territoire. Des expositions, des conférences, des débats, des réunions, des ateliers ou toute autre initiative peuvent aujourd’hui être suivi en direct ou en différé sur TWEB.TV et diffusé sur tous les réseaux sociaux simultanément et sur plusieurs comptes et profils par le plus grand nombre. Nous avons les technologies pour le faire. 

Même le vote ou le sondage d’opinion numérique peut être aujourd’hui proposé à grande échelle grâce à nos outils (bureau de vote intégré dans les Lives et émission en direct ou enregistrée). Donc que vous soyez un média, un journaliste citoyen, un militant, un citoyen lambda ou un groupe, une communauté souhaitant communiquer sur vos démarches et initiatives, un expert dans un domaine particulier voulant aider à la compréhension du monde, ou un autre média indépendant ayant compris l’intérêt du travail collectif et collaboratif entre nos structures, si vous avez envie de participer à une autre vision de la télévision, contactez-nous…

Au cœur d’un monde numérique, la naissance de nouvelles voies et nouveaux processus d’informations prennent une dimension globale et deviennent une nécessité vitale. D’abord comprendre les enjeux de la digitalisation. On doit vraiment la percevoir comme un outil et seulement en tant que tel, elle ne doit ni remplacer ni se substituer à l’humain, seulement en être un prolongement.

TWEB TV La Télévision du peuple pour le peuple est enfin là…

https://tweb.tv

Notre Annuaire numérique interactif :

https://ani.tweb.tv

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Liberté d’expression : en Inde, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND