De quoi le Président Macron nous parle-t-il?

Discours présidentiel vide de référence et relevant du délire ou comment ne pas répondre à ses responsabilités

L’une des manières d’analyser un discours est de considérer le signifié, le signifiant et le référent (référence du discours).

Ce dernier point est simple. Il pose la question : à quoi ce dont nous parle le discours se réfère-t-il dans les faits et à quel monde ? Le discours qui ne renvoie à rien est vide, nihiliste, voire délirant.

Le philosophe Spinoza au XVIIe siècle disait que les théologiens déliraient quand ils décrivaient la nature. On peut se demander dans quelle mesure le discours politique  de l’État sur le monde du travail n’est pas lui-même délirant.

Spinoza disait dans son Ethique : « Mais en disant que la nature ne fait rien en vain, ils ne disent rien d’autres que la nature et les dieux délirent en même temps que les hommes ». On pourrait paraphraser bêtement cette phrase en disant : « mais en disant que la société française ne fait rien en vain, c’est-à-dire à l’usage des travailleurs, ils ne disent rien d’autre que la société et les travailleurs délirent en même temps que les hommes politiques ». On n’aurait probablement pas tort.

Le fait est que certains discours semblent incroyablement en contradiction avec les faits et  semblent relever d’une forme de folie. Si on définit le délire d’un point de vue psychiatrique, on peut dire qu’il est un discours auquel rien ne correspond dans le monde.

Or on peut se poser des questions telles que… Un chômeur formé à l’horticulture vient voir Emmanuel Macron sur un bateau et lui demande comment trouver du travail, L’horticulteur tombe à l’eau. Qui reste-t-il sur le bateau à avoir un travail ? Emmanuel Macron évidemment. Mais travaille-t-il vraiment ? On peut en douter. Visiblement, s’il travaille le chômage n’est pas sa priorité puisque la France déclare toujours plusieurs millions de chômeurs. On nous signale quelques offres d’emploi dans la restauration et dans l’hôtellerie. Et donc on explique à ces millions de personnes que la responsabilité de leur chômage et de leur inactivité, ce sont eux qui la portent, parce qu’il suffit de traverser la rue pour trouver du travail. Il y a là un hôtel qui va les accueillir à condition qu’ils soient motivés bien entendu. Il y a tellement de fainéants en France.

Mais reprenons le problème à son début.

Discours délirant : discours qui n’a aucun référent possible dans un monde présent, passé ou à venir.

Chômage structurel : Chômage qui est induit par un type d’organisation de la société qui a choisi de manière plus ou moins délibéré et plus ou moins assumé, de priver une partie de ses membres de la possibilité d’avoir des conditions de vie décente.

Responsabilité : fait de répondre de ses actes et de ses choix.

Fainéantise : fait de se voir confier un travail et de ne pas le faire.

Ces définitions étant posées reste la devinette : Un chômeur formé en horticulteur et le Président sont sur un bateau. Lequel des deux est un fainéant ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.