Jacbal
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 août 2022

Jacbal
Abonné·e de Mediapart

LES BANQUES EN LIGNE - UN DESASTRE

Que sont devenues les banques qui, d'un service public géré par des banquiers compétents, se sont mutées en officines gérée par des robots sans âme considérant la clientèle comme une masse anonyme il est intéressant d'observer le comportement de ING ( groupe financier hollandais d'origine hybride- ) lors de son retrait actuel partiel de la banque en ligne française

Jacbal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

SAVEZ-VOUS POURQUOI «  LES BANQUES EN LIGNE » SONT DANGEREUSES ?

 Le  cas    I N G    ( Internationale Nederlanden Group , Amsterdam)    un cas d'école

Toutes les banques en lignes sont en difficultés financières graves

Après de longues années d’exploitation déficitaires en France , elles nous disent avoir beaucoup de mal pour atteindre leur équilibre en affirmant qu' elles seraient dans une phase lourde d’investissements pour assoir leur modèle .Nous observons aujourd’hui que ING GROUP (nom commercial de la banque hollandaise ING NV ; Amsterdam ) aprés une activité de 21 en France cède ou abandonne en urgence sa clientèle et se retire du marché français, dans une précipitation qui rappelle une retraite, aux dépens de sa clientèle abandonnée  dans une sombre situation si elle refuse de voir ses intérêts ligitimes être transférés en grandes pompes et avantages négociés à Boursorama. Une nouvelle stratégie est évoquée.

ING s’est longtemps déclarée être première banque en ligne en France . De fait depuis une longue présence, elle jette l’éponge. Peut être que le siège d’Amsterdam ne veut pas renflouer cette gestion sans lendemain.

Les banques dites en ligne sont apparues au début du siècle, lors de l’éclosion à l'époque de la nouvelle économie basée sur la numérisation à tout-va  en espérant faire supporter par leurs clients l’ensemble de la gestion courante des ordres simples tels que les dépôts, virements, comptes épargne , bourse et autres Cela permettait grâce à une publicité tapageuse et de gracieuses primes de bienvenue de rabattre une vaste clientèle , dans un premier temps satisfaite.

Les ordinateurs fidèles permettaient de répondre aux besoins de la clientèle qui appréciait les bas coûts des transactions sans avoir conscience qu’elle donnait directement des ordre à des machines elles-mêmes gérées par des experts en informatiques dont les compétences en matières de banque étaient limitées et en toutes circonstance bien loin des préoccupations du client individuel traité sans considération dans la masse statistique.

il s'agissait d'une mutation fondamentale puisque l'interlocuteur banquier disparaissait au profit du robot. Il s'agit de l'épargne nationale qui est ainsi traitée

Après ce premier niveau, ces banques ou assimilées se sont lancées sur les marchés des crédits à la consommation et du crédit immobilier très lucratifs en l’apparence  poursuivis selon ce modèle de gestion désincarné grâce à l’outil digital   Néanmoins, compte tenu du fait que la machine informatique n’a pu acquérir l’intelligence nécessaire dans la pratique du métier de banquier, les dossiers se limitent à une demande de gamme standardisée et purement administrative

La banque moderne a été présentée comme un service public auprès duquel chacun devait adhérer en ouvrant un compte permettant ainsi les relations financières avec l’administration et ultérieurement avec l’ensemble des partenaires économiques Cette institution s’est progressivement transformée en partenaire commercial et a exigé une rémunération conséquente . Cette rémunération s’est révélée gigantesque pour un service minime. Les pouvoirs-publics conscients du problème, ont opté pour une extension de la fonction des banques en leur confiant en toute confidentialité une mission de police, surveillance, contrôle et dénonciation des faits potentiellement anormaux qu’elles pourraient éventuellement observer dans les comptes  La boucle était bouclée . Faites ce qui vous plaira !!!

Cette fonction de police , mal maitrisée, a rendu les dirigeants de la banque victimes de la maladie mentale qui paralyse toutes leurs relation de clientèle : LA PARANOIA

Dans ce contexte ,les banques qui ne sont plus capables de connaitre leurs clients , craignent d’être accusées de négligence si une contrepartie se révèle douteuse à son insu .Elles ont tendance à considérer les nouveaux clients avec beaucoup de méfiance et à gérer l’ensemble selon des normes d’encadrement de masse. 

Le client captif dans la masse, tous ses mouvements étant épiés , les banques peuvent en disposer et peuvent industrialiser la gestion de leur clientèle sous couvert de filiales dites banque en ligne. Il n’est plus nécessaire de former de vrais banquiers très chers puisque de simples ingénieurs informaticiens font l’affaire

On ne connait pas le client : un simple nombre est attribué  en guise d’identifiant. Il ne s’agit pas d’un numéro de compte bancaire mais de l’identifiant d’une personne humaine. Toutes les organisations de concentration de masses ont eu recours à ce type d’identification.

La situation s’est aggravée car dans ce système de paranoïa, incompétence bancaire dans les banques en ligne, croissance incontrôlable des portefeuilles de masse nous montrons les limites de l’économie digitale par laquelle des instances irresponsables et cupides , sont capables de fragiliser des masses de familles très nombreuses pour répondre au mythe néo-libéral de la croissance à tous prix

Accepter le principe de ce genre d’institution conduit à céder une grande partie de l’humanité à des manipulateurs, derrière  des machines à sous, sans âme et à moyen terme très chères

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Congrès EELV : Marine Tondelier en passe de prendre « la suite »
L’élue municipale à Hénin-Beaumont et cadre dirigeante de longue date est arrivée largement en tête du premier tour du congrès d’Europe Écologie-Les Verts. Mélissa Camara, candidate proche de Sandrine Rousseau, arrive troisième derrière la proche de Yannick Jadot, Sophie Bussière. 
par Mathieu Dejean
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard
Journal — Défense et diplomatie
Ukraine : cette gauche qui n’a rien appris
Une partie de la gauche radicale aborde la guerre en Ukraine avec des grilles de lecture vieillottes. Celles-ci négligent excessivement la nature des régimes en compétition sur la scène internationale. 
par Joseph Confavreux et Fabien Escalona
Journal — Asie et Océanie
La Chine fait face à une vague de protestations inédites contre les mesures anti-Covid
Dans tout le pays, des manifestations ont eu lieu pour réclamer la fin des mesures de confinement à la suite d’un incendie mortel à Urumqi jeudi soir, dans la capitale du Xinjiang. Les protestataires, au premier rang desquels des étudiantes et étudiants, jugent qu’elles ont retardé les secours.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens